Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 19:57

Communiqué à la presse de la troupe

de la Comédie-Française

9 octobre 2008

 

Nous, la troupe de la Comédie-Française, refusons que les théâtres publics entrent en guerre les uns contre les autres. Nous n’irons pas à Bobigny sans une concertation préalable de l’ensemble des directeurs des théâtres de la région parisienne, dans la mesure où ces établissements sont liés les uns aux autres par la même mission de service public. Nous refusons de nous installer dans un théâtre contre ceux qui le dirigent, le font vivre.


Il est vrai que la Comédie-Française fait vœu d’obtenir, depuis des années, une grande salle modulable qui leur permette de mieux répondre aux dramaturgies contemporaines, aux avancées scénographiques, aux évolutions de l’art de la mise en scène. Le projet Bobigny vient dans ce cadre, et fut proposé par l’État à titre de projet à étudier, sans décision d’aucune sorte, pour un avenir lointain, qui ne signifiait en rien une quelconque annexion de la MC 93. Nous en étions encore là il y a quelques semaines. La publication de ce projet, annoncé comme décidé et imminent, a plongé les uns dans la stupéfaction, l’incompréhension, les autres dans la colère, la révolte. On le comprend aisément.


La situation est telle aujourd’hui qu’il nous paraît nécessaire de décliner la proposition de l’État dans un premier temps, de nous concerter dans un second temps, avec l’ensemble des personnes concernées, directeurs de théâtre subventionné, responsables politiques – la liste n’est pas exhaustive, bien sûr – afin d’étudier les moyens de ne pas laisser la MC 93, riche d’histoire, d’exigence et de vie, disparaître peu à peu, purement et simplement, comme il semblerait programmé. Il y va bien sûr de la cohésion, de la diversité et de l’avenir de l’ensemble des théâtres publics, dont la Comédie-Française affirme aujourd’hui être à la fois non seulement solidaire, bien évidemment, mais aussi, comme chacun de ces théâtres, responsable, tant il est vrai que la mission artistique que nous entendons défendre nous engage les uns et les autres, les uns envers les autres. Nous refusons d’être des entreprises concurrentes et prédatrices, nous voulons être des institutions particulières, différentes et différenciées, mutuellement respectueuses et loyales.


Recueilli par

Les Trois Coups


http://www.comedie-francaise.fr/

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher