Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 23:12

Je ne suis pas qu’un comique

 

Pierre Palmade est de retour sur scène. Dans une pièce écrite par lui, pour lui et autour de lui. Pour la première fois, il abandonne complètement la forme du one-man-show pour s’essayer au « théâtre classique ». Et c’est au Théâtre Fontaine, logé dans ce quartier parisien riche en scènes théâtrales, que l’on peut venir apprécier cet essai. Réussi ?

 

Pierre Mazar est un comique reconnu, son succès n’est plus à faire et sa vie privée s’étale dans les magazines people avec la régularité qui lui manque cruellement lorsqu’il s’agit d’écrire son nouveau spectacle. Son assistante professionnelle, qui fait plus souvent office d’assistante de vie, s’en inquiète et envisage sérieusement de faire appel à un jeune auteur afin de stimuler chez lui des qualités moins physiques que créatives… Ce qui ne va pas se révéler une bonne idée, du moins au début.


Mais Pierre Mazar n’a pas que ce problème. Il y a également l’alcool, les amours instables, un looser comme meilleur ami, un concierge beauf et envahissant, une sœur qui ne cache pas ce qu’elle pense de sa vie dissolue, une journaliste un peu trop curieuse… Mais, heureusement, ces amis-satellites, qui gravitent autour de lui tels les débris qui forment la ceinture de Vénus, font rempart et le protègent de son pire ennemi : lui.


C’est avec cette trame relativement classique que Pierre Palmade nous brosse à grands traits ce que fut apparemment sa vie jusqu’il y a peu de temps. Un théâtre cathartique ? Un peu de voyeurisme ? Une forme de nostalgie ? Un peu de tout ça probablement. Mais, finalement, peu importe, car on passe un bon moment.


D’abord, parce la démarche est honnête et sincère. Son histoire d’un jeune comique qui connaît un succès fulgurant, qui s’enivre dans la folie des nuits parisiennes et qui s’émerveille de vivre son homosexualité librement fait forcément écho dans l’esprit du spectateur, qui ne peut s’empêcher de lire entre les lignes et entrevoir les blessures de l’homme. Pierre Palmade est particulièrement à l’aise dans « son » rôle, ce qui n’est pas aussi évident qu’il pourrait paraître. Il parvient à rendre son personnage, pétri de cynisme et d’alcool, attachant car humain.


Ensuite, parce que malgré la faiblesse de certains comédiens, l’ensemble dégage une bonne humeur et une joie communicative. L’équipe est heureuse de faire ce qu’elle fait, et ça se sent. Enfin, parce que la mise en scène est relativement efficace. Elle permet d’oublier certaines longueurs dans le texte et elle dynamise un canevas plus que connu. Alors si le théâtre doit être surtout divertissant et léger, alors oui ce Comique vous fera passer une agréable soirée… 


Andrée Lechat

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Le Comique, de Pierre Palmade

Mise en scène : Alex Lutz

Assistante à la mise en scène : Véronique Wolff

Avec : Delphine Baril, Anne-Élisabeth Blateau, Noémie de Lattre, Bilco, Sébastien Castro, Jean Leduc et Arnaud Tsamère

Régie générale : Pierre Randon

Muse, assistante, coiffure, régie plateau… : Claudine Érades

Stylisme : Muriel Legrand, assistée d’Agnès Vogel

Conception son : Baptiste Chevalier

Conception lumières : David Chaillot

Réalisation images : Baptiste Magontier

Maquillage, régie plateau : Alexandra Hannoun

Création musique : Frédéric Helbert

Théâtre Fontaine • 10, rue Fontaine • 75009 Paris

Réservations : 01 48 74 74 40

À partir du 9 octobre à 20 h 30, dimanche à 16 heures, relâche le lundi

Durée : 2 h 15

53,5 € | 35,5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher