Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 15:45

Par ici la vie

 

Le drapeau C.G.T. flotte à une des fenêtres de la façade de droite. Devant le 94 rue Jean-Pierre Timbaud, je suis prise d’un doute… me serais-je trompée d’adresse ? Mais mon regard s’accroche de l’autre côté de la grille d’entrée sur la façade de gauche, ne permettant plus d’hésitation : « Maison des métallos-établissement culturel de la Ville de Paris ». J’entre. Et me prépare à découvrir un lieu étonnant et qui aiguise toutes les curiosités. Un lieu qui, sans aucun doute, est promis à un avenir radieux tant son projet est riche, audacieux, exigeant. Et très humain.

 

C’est Jean-Christophe Barbaud, conseiller artistique du lieu et metteur en scène de son état, qui a la gentillesse de m’accorder un temps d’échange. Avec son sourire tranquille et ses yeux pétillants, c’est un homme que l’on sent enthousiaste et confiant. Heureux de parler de cet espace, qui lui tient tant à cœur et qui a ouvert depuis peu, d’expliquer quelles en sont les particularités, les ambitions, les envies. Gourmand de cette Maison des métallos qui, étrangement, est un endroit où l’on se sent immédiatement bien.


L’espace, tout d’abord, est fort beau. Vaste, aéré, clair. Une mezzanine, au-dessus du hall d’entrée, accueille le café des Métallos, agréable et tranquille, où l’on peut s’installer pour lire, discuter, ou juste regarder les gens passer. Car il en passe, du monde, à la Maison des métallos ! Pensez donc : une salle de spectacle, une immense galerie sous verrière, une dizaine de salles de travail, des bureaux et bientôt (ouverture début 2009) un petite salle destinée à accueillir petites formes théâtrales et présentations de travaux. De quoi accueillir une foule, dans des pièces agréables et neuves.


Mais si l’architecture (bravo à Vincent Brossy qui a dirigé les travaux) participe grandement de la sensation de beauté, de mouvement et de vie qui émane de l’endroit, c’est bien par son projet de fond que la Maison des métallos force l’admiration. Pourtant, cette ancienne fabrique d’instruments à vents, reconvertie en haut lieu de la lutte syndicale jusqu’en 1997, aurait bien pu être revendue à des promoteurs privés, terminant ainsi soixante ans d’une effervescence politique, sociale et populaire qui avait fait sa réputation. C’est un regroupement d’habitants et d’associations du quartier qui a permis d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur ce risque. Et ce jusqu’au rachat du bâtiment par la Mairie de Paris, qui a eu à cœur d’offrir une nouvelle vie à la Maison des métallos.


Jean-Christophe Barbaud


Ce point historique est important, car il fonde la base de l’esprit de ce nouvel établissement culturel. Il est difficile de définir en quelques mots en quoi consiste cet « esprit », qui fait la particularité de la Maison des métallos. C’est un lieu de croisement (des populations et des genres), qui ne veut ni être enfermé dans la définition d’une maison de la culture, ni être limité au terme de maison des jeunes. Comme me l’explique Jean-Christophe Barbaud, ici, l’échange et l’interpénétration sont des notions phares. Mélange des publics (des professionnels aux amateurs), des disciplines (théâtre, danse, musique, peinture, arts numériques…), mais aussi échange d’idées et d’opinions dans le cadre de débats publics. Dans ce sens, Jean-Christophe Barbaud utilise volontiers le terme de « forum » pour définir l’esprit de la Maison des métallos. Un espace où l’on peut échanger, agir, et qui souhaite avant tout s’intégrer pleinement dans la vie du quartier, tout en demeurant solide sur sa ligne directrice. Une ligne d’exigence comme le conseiller artistique tient à le rappeler. Santé, culture, social, artistique, c’est une joyeuse et féconde cohabitation qui prend vie sous cette grande verrière lumineuse.


Concrètement, en dehors des manifestations culturelles (expositions, spectacles, concerts), des ateliers hebdomadaires de pratique artistique sont proposés dans les salles de la Maison des métallos. Ici, on peut s’adonner aux joies du chant choral, de l’écriture, de la musique, entre autres. Les ateliers de théâtre permettent un mélange des publics, pros et amateurs se rencontrant en vue d’un enrichissement mutuel. Le studio pro, atelier pour les comédiens, propose un travail hebdomadaire « à la barre ». Jean-Christophe Barbaud, qui encadre ce studio pro, intervient également en milieu scolaire, dans le cadre d’un partenariat avec le lycée Voltaire.


Il y aurait mille choses encore à dire sur ce lieu. Un lieu qui invite à la création, à l’action et à l’échange. C’est une sorte de laboratoire, un espace d’expérimentations, mais qui, loin d’être sous cloche, respire la vie par toutes les fenêtres. En ce sens-là, rien n’y est figé, tout y est appelé à évoluer. Et Jean-Christophe Barbaud, loin de s’en inquiéter, semble guetter d’un air réjoui les nouveaux jaillissements que la Maison des métallos ne manquera pas de provoquer, très prochainement. Si ce n’est déjà fait. 


Élise Noiraud

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


La Maison des métallos • 94, rue Jean-Pierre-Timbaud • 75011 Paris

01 48 05 88 27 | télécopie 01 48 07 88 21

Réservations : 01 47 00 25 20

www.maisondesmetallos.org

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher