Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 23:00

Le temps devant soi

 

Oriza Hirata, metteur en scène japonais, cherche ses inspirations aussi bien dans le cinéma que dans la peinture. C’est aussi un auteur, joué dans le monde entier. Sa pièce « Tokyo Notes » a été sélectionnée en tant que pièce contemporaine représentant le Japon dans le cadre des « Lectures du monde entier », en 1998, à Saint-Denis.

 

Dans un avenir proche mais incertain, une guerre éclate en Europe. Pour préserver l’art de la destruction, de nombreux tableaux – dont quelques Vermeer – sont expatriés dans un musée japonais. C’est là que se joue la pièce, dans ce musée habituellement vide, où, par chance, des tableaux célèbres ont pris place. Les visiteurs viennent admirer ces œuvres en famille, en couple, entre amis. Commence alors une véritable déambulation, où l’on parle aussi bien d’amour que de guerre, de famille que d’art…


Pour l’occasion, c’est dans un des vestibules du Théâtre de Gennevilliers que ça se déroule. Endroit propice pour représenter un musée. L’action principale a lieu dans un endroit conçu pour faire une pause avec ses bancs et ses livres de peinture. Juste au-dessus, un couloir ouvert permet aux « visiteurs » du musée d’avoir une vue surplombante. L’ensemble est relié par escaliers et ascenseur, qui permettent une plus grande mobilité des acteurs. Le décor sobre, froidement éclairé, retrouve ainsi un souffle de vie grâce aux déplacements réguliers et inconstants des comédiens.


© Tsukasa Aoki


Alors qu’un musée est le lieu de l’éternel, du temps figé, cette pièce de théâtre semble vouloir rendre le temps palpable. Ainsi, le spectateur sent chaque seconde s’écouler. Comme dans les films d’Ozu, réalisateur japonais dont le metteur en scène s’est légèrement inspiré, la lenteur prend le dessus pour nous laisser apprécier la vie qui s’étire devant nous. On pourrait presque parler d’un théâtre « contemplatif ». On n’attend pas du spectateur qu’il réagisse sur les propos des personnages, mais qu’il laisse glisser ce temps où les gens se retrouvent. De grands blancs succèdent à des flots de paroles ajoutant au silence une atmosphère quelque peu pesante.


À cet égard, on peut trouver cela un peu lent parfois, sentiment renforcé par le peu de profondeur des dialogues, qui sont ceux de conversations banales. Notons cependant que le surtitrage ne permet peut-être pas une retransmission entière et fidèle de ce qui est dit. Néanmoins, on a parfois l’impression de se trouver face à de l’improvisation, les acteurs paraissent chercher une conversation qui pourrait meubler le silence, mais une sorte de gêne se lit régulièrement sur leur visage. Après tout, peut-être est-ce particulier au théâtre japonais.


La culture japonaise étant d’ailleurs très différente de la culture occidentale, il est difficile d’émettre un jugement sur son théâtre sans connaître ses valeurs. La pièce est assez déroutante du fait qu’elle n’apporte pas grand-chose du point de vue de l’histoire, des acteurs et des dialogues. C’est juste une vue sur un moment de la journée dans un musée. Le principal bémol reste au sujet des surtitres, parfois trop rapides, trop nombreux et qui nous détournent de la pièce elle-même. 


Chloé Chochard-Le Goff

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Tokyo Notes, de Oriza Hirata

Traduction française : Rose-Marie Makino-Fayolle

Mise en scène : Oriza Hirata

Avec : Makoto Adachi, Kenichi Akiyama, Mami Goto, Yoko Hirata, Tatsuya Kawamura, Hiroko Matsuda, Shu Matsui, Miyuki Moriuchi, Mizuho Nojima, Umi Ngano, Koji Ogawa, Yuri Ogino, Tadashi Otake, Hiroshi Otsuka, Hiroshi Ota, Haruka Saito, Mizuho Tamura, Minako Tsuji, Takako Yamamura, Kenji Yamauchi

Scénographie : Itaru Sugiyama

Lumière : Tamotsu Iwaki

Production : Théâtre Komaba Agora-Tokyo

Coréalisation : Théâtre de Gennevilliers, Festival d’automne à Paris

Théâtre de Gennevilliers • 41, avenue des Grésillons • 92230 Gennevilliers

Réservations : 01 41 32 26 26

Spectacle japonais surtitré en français

Du vendredi 10 octobre 2008 au samedi 18 octobre 2008 à 20 h 30, dimanche 12 octobre 2008 à 16 heures et 19 heures, dimanche 19 octobre 2008 à 16 heures, relâche le lundi

Durée : 1 h 30

22 € |15 € |11 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher