Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2006 4 19 /01 /janvier /2006 15:43

« Seul dans l’aquarium
du monde »


Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


Alain Cesco-Resia, amoureux des mots, présentait à la mi-décembre des textes de Benjamin Fondane, mort en 1944. C’était aux Ateliers d’Amphoux de Monique Cerf, autre amoureuse de la littérature.

maldesfantomes-gc.jpg« Benjamin Fondane est né en Roumanie, a émigré en France en 1923. Il est déporté à Auschwitz et il y meurt en 1944. Poète en marge du surréalisme, philosophe existentialiste, cinéaste, dramaturge, critique. Sa poésie viscérale et irrésignée nous fait voyager au plus profond de l’errance et de l’existence.

« Ses grands poèmes d’exil interrogent le “mal des fantômes”, c’est-à-dire la négation des individus par l’émigration, le mépris, la mort ou les idéologies meurtrières », déclare Alain Cesco-Resia dans le dossier de presse du spectacle.

Au vu de ces déclarations, j’avais très envie d’aller entendre et scruter ce Mal des fantômes. Et, effectivement, les textes dits – « le Mal des fantômes », « Ulysse », « Villes » et « Préface en prose » – sont magnifiques de douleur. Je ne peux que me sentir happé par ce poète « seul dans l’aquarium du monde », qui observe une femme déclassée, « maigre comme un repas de mercredi des Cendres ». Je ne peux qu’être le frère d’un homme qui me dit : « Je mange comme vous le pain de mon angoisse ». Je ne peux que souffrir avec la tribu de ceux qui n’ont que leur vie dans leur valise, qui n’arrivent jamais et partent toujours.

Concernant l’interprétation d’Alain Cesco-Resia, je suis totalement désarmé dans ma critique. Je sais depuis longtemps que cet homme est un amoureux fou de beaux textes douloureux, comme ceux d’André de Richaud, par exemple. Sa sincérité est au-dessus de tout soupçon.

Néanmoins, comment comprendre que le comédien souligne constamment le texte ? Comment comprendre cette grandiloquence des gestes et du phrasé, cet air tourmenté, ce hachage permanent des phrases et des mots, cette diction précieuse et tous ces e muets prononcés, ces transitions étranges entre les textes… ? Je demeure dans des abîmes de perplexité. 

Vincent Cambier


Le Mal des fantômes, de Benjamin Fondane

Avec : Alain Cesco-Resia

Contacts : 06 77 75 00 64 et 04 90 85 60 56

alain.cesco-resia@wanadoo.fr

Ateliers d’Amphoux • 10 et 12, rue d’Amphoux • Avignon

Tél. : 04 90 86 17 12 – télécopie : 04 32 74 13 71

www.amphoux.com

cerfmonique@hotmail.com

Vendredi 13 janvier 2006 et samedi 14 janvier 2006 à 20 h 30, dimanche 15 janvier 2006 à 16 h 30

Durée : 1 heure

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher