Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 19:51

Ça suffit !

 

Aujourd’hui, jeudi 2 mars 2006, le gouvernement a agréé la nouvelle convention Unédic de l’assurance-chômage signée par le M.E.D.E.F., l’U.P.A., la C.G.E.-P.M.E., côté employeurs, et la C.F.D.T., la C.G.C., la C.F.T.C., côté salariés, le 22 décembre 2005 dernier. Le ministère des Affaires sociales a fait le choix de la précarisation des privés d’emplois pour les rendre dociles et corvéables à merci (avec le C.N.E. et le C.P.E., véritables contrats précaires). Durcir les conditions d’admission à l’assurance-chômage pour envoyer les individus vers « le plein emploi précaire », tel est le credo du trio « gouvernement U.M.P./M.E.D.E.F./C.F.D.T. ».

 

Aujourd’hui, en pleine crise de grippe aviaire, les « poulets » sont comestibles selon M. Chirac, alors que pour nous ils sont indigestes. Ils déclenchent chez nous des symptômes comme les hématomes et saignements, les garde à vue, les brimades, les fausses dépositions et plaintes à notre encontre (B.A.C., commissaires, R.G., gardes mobiles, C.R.S., vigiles privés). Nous pensons ici aux 4 inculpés de la Star’ac.

 

Aujourd’hui, le Festival d’Avignon « in » présentait sa prochaine programmation estivale lors d’une conférence de presse à Avignon. Nous étions au rendez-vous, une quarantaine, avec la C.N.T.-Marseille, la C.G.T. Spectacle-Marseille, et le collectif du 25-Février. Présents, avec agit-prop, banderoles « Pas de culture sans droits sociaux », sonorisation avec les « engagements et effets d’annonces de R.D.D.V. ». Les journalistes n’avaient que cette question à la bouche : « Est-ce qu’une annulation du Festival est possible cet été ? » Une intervention en conférence de presse était prévue, mais l’entente entre « interluttants » et syndicats fut difficile pour finalement se retrouver devant une porte fermée par la B.A.C. et Varoutssikos le « chien de garde du Festival in ». Peu importe, la presse ne demandait qu’une seule chose : alors « risque d’annulation du Festival ? », la conférence de presse était autant dehors que dedans.

Le représentant de la région P.A.C.A. a soulevé la crise non réglée des intermittents. Mlle Archambault – codirectrice du Festival d’Avignon –, qui a retenu la leçon du 3 juin 2005 à la Maison Jean-Vilar où nous l’avons interpellée sur la dérive « médéfienne » de son Festival, a effleuré, du bout des lèvres, à la fin de son discours, la question du conflit des intermittents qui selon elle « n’est pas réglé ». Bravo ! Elle finira sa carrière au ministère de la Culture et de la Communication ! Les déclarations de nos jours sont plus importantes que les actes… à suivre.

 

manif-2-mars-2006-gc.jpg

 

Aujourd’hui, nous condamnons la violence économique, sociale et policière faite aux mouvements sociaux : étudiants, salariés, agriculteurs, RMIstes, sans-papiers, immigrés, chercheurs, intermittents, professionnels de la santé, syndicats, coordinations, etc. La criminalisation des mouvements sociaux est un leitmotiv d’un pouvoir monarchique aux abois, abusant de tous ses leviers institutionnels.

 

Aujourd’hui, Marie-Josée Roig a fini par sortir, avant les codirecteurs, de la chapelle, dos courbé, visage tendu, escortée par ses gardes du corps. Nous l’avons interpellé sur la grave situation des intermittents du spectacle à laquelle elle a répondu que personne n’avait intérêt à ce que ce festival soit annulé. Les dindons de la farce politique, qu’elle nous joue, sont les salariés précaires que la nouvelle convention Unédic exclue de plus en plus !

 

Aujourd’hui, nous arrêtons de discuter, d’expliquer, de négocier, nous serons partout où il le faudra pour lutter contre cette vision politique du pire : exclusion et précarité.

 

Aujourd’hui, il est impératif de faire converger toutes les luttes sociales pour établir un rapport de force avec le pouvoir en place tant au niveau national qu’européen. Brisons les chaînes qui nous lient pour être LIBRES.

 

Aujourd’hui, nous appelons tous les mouvements sociaux à participer :

• à la journée de grève contre le C.P.E. du mardi 7 mars 2006 – R.D.V. à 14 h gare centrale – Avignon, suivi d’une A.G. à la fac ;

• à la journée de grève des artistes et techniciens du mercredi 8 mars 2006 – R.D.V. à 10 h parking Castorama pour départ en action.

 

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous et toutes.

 

Nos actions ne connaîtront pas de pause.

 

Recueilli par

Vincent Cambier


Collectif du 25-Février

4, rue des Escaliers-Saint-Anne • 84000 Avignon

www.collectif25.com

collectif25@no-log.org

06 89 30 74 90 – 06 68 62 23 21

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher