Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 20:58

La musique pose question à la danse

 

En ouverture de la Biennale de la danse 2008 de Lyon : une re-création du célèbre chorégraphe Michel Eghayan. En 1984, c’est déjà lui qui inaugurait la première Biennale avec « Retour en avant », une chorégraphie qui donne son nom à cette 13e édition.

 

Symbolique. C’est le Lyonnais Michel Eghayan et sa troupe, installée aux Échappées belles entre Vaise et la Duchère, qui a ouvert la Biennale de la danse 2008. Il interroge à travers une nouvelle version de Retour en avant le rapport entre la danse et la musique.


Pour l’occasion, il troque les caleçons moulants contre des costumes noirs et blancs aériens, choisit des danseurs à la vingtaine et remixe à la sauce IIIe millénaire le premier passage de sa chorégraphie. Mais c’est toujours sur la musique de Jean-Sébastien Bach que les six danseurs – trois garçons et trois filles – exécutent une danse très technique, sobre mais efficace.


Premier tableau. Premier questionnement sur la musique, ici saccadée. Les interprètes, vêtus de voiles blancs et noirs, marchent en silence, et s’activent lorsque quelques notes de Bach se font entendre. La frustration du spectateur est à son comble devant ce très contemporain spectacle, lorsque débute le deuxième tableau, avec des figures blanches pleines de grâce. En mettant en avant l’intensité de la musique et son intention, Michel Eghayan interroge sur la notion de groupe et d’ensemble, et rappelle un ballet classique.

 

 

Pour la troisième partie sans musique, c’est vêtus de noir qu’apparaissent les danseurs. Mais cette fois-ci, le silence n’est pas pesant, car les danseurs usent du mime et de drôles de coups de fesses pour combler le vide musical. La fin de la chorégraphie appelle à la virtuosité des artistes qui, telle une nuée de cygnes, dessinent ensemble les contours d’une danse limpide et fluide.


Du spectacle, on retient surtout les qualités techniques. Des danseurs d’abord, qui réalisent notamment de superbes portés de garçons, de petits pas agiles, et de grandes enjambées voluptueuses. Du chorégraphe ensuite, qui crée un spectacle intelligent, remet en cause les certitudes du spectateur et casse la routine en proposant une œuvre contemporaine sur une musique on ne peut plus classique. En outre, il pose la question de l’indépendance de la danse par rapport à la musique.


Malgré tout, et certainement du fait d’un certain manque d’unité dans la pièce, l’émotion ne va pas au-delà de la beauté du mouvement et reste relativement superficielle. On ne peut pourtant nier que cette nouvelle version de Retour en avant, loin d’être nostalgique, a surtout très bien passé l’épreuve du temps et incite, une fois de plus, à inscrire la danse, art éphémère par excellence, dans la durée. 

 

Julie Olagnol

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Retour en avant, de Michel Hallet Eghayan

Compagnie Hallet-Eghayan • 65/73, rue du Bourbonnais • Aux Échappées belles • 69009 Lyon

04 78 64 84 98

contact@ciehalleteghayan.org

www.ciehalleteghayan.org

Chorégraphie et conception : Michel Hallet Eghayan

Danseurs : Guillaume Barre, Jacinthe Janowskyj, Ivan Julliard, Marina Morel, Marc Ribault, Maude Reider

Musiques : Jean-Sébastien Bach

Collaboration musicale et régie son : Jean-Christophe Désert

Création lumière : Guy Simard

Création costumes : Carole Boissonnet

Régie générale : Stéphane Rimasauskas

Production et communication : Thierry Rollet

Administration : Delphine Bagne

Théâtre de la Croix-Rousse • place Joannès-Ambre • 69317 Lyon cedex 04

Réservations : 04 72 07 49 49

Samedi 6 septembre 2008 à 17 heures et dimanche 7 septembre 2008 à 19 heures

Durée : 1 heure

11 € | 6 € (dans l’abonnement)

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher