Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 19:20

Divine surprise


Par Olivier Pansieri

Les Trois Coups.com


Aucune envie de rester chez vous, alors qu’il fait si bon montrer son bronzage dans les bars branchés de la rue de Lappe ! En son milieu à gauche, vous trouverez le Café de la danse qui vous y propose une soirée pas comme les autres : « Connectic », écrit et mis en scène par Cécile Rist. Du sexe pour rire, pleurer et penser. Tout ce qu’on aime.

Vous pouvez demander Mélanie, Lætitia ou Zoé. De toute façon, ne craignez rien : vous aurez les trois. L’une est une boulotte à lunettes qui bégaie, la deuxième une belle allumeuse enceinte, la troisième une tornade cocaïnomane. Que veulent-elles toutes les trois ? La même chose que vous : être aimées. Connectic est là pour ça. Son boss (et premier bénéficiaire), Georges, a tout prévu. Sauf Patrick, son frangin rêveur, lui aussi en mal d’amour.

Surtout ne vous fiez pas à votre première impression. Le spectacle commence en effet par quelques enfantillages, qui font craindre le pire. Pas si gratuits que ça quand on y resonge, mais disons un peu longs. Ensuite, Mélanie déboule dans ce jeu de quilles et de dupes pour protester, elle qui est bègue ! Et tout démarre. De drôles d’histoires de solitudes, d’erreurs et d’errances, parfois saugrenues, qui vont se télescoper au rythme de la consultation de Connectic. Un site effroyablement vrai puisque, comme disait Vian, imaginé d’un bout à l’autre. Par une grande.

Il faudra nous y faire : la vidéo fait désormais partie de l’arsenal ordinaire des metteurs en scène, qui s’en servent aussi bien pour situer l’action que pour la faire avancer ou la narguer en contrepoint. Indéniablement, Cécile Rist maîtrise cette nouvelle technique, qui lui fait réussir de jolies scènes. Je pense à ce moment « interactif » où Patrick s’adresse tout d’un coup à Mélanie, qui ne lui a rien demandé. Ou plus tard à celui, très beau, où Zoé caresse la bonne bouille de sa « rivale » apparue dix fois plus grand qu’elle sur écran.

Mention spéciale, à ce propos, à Mathieu Crescence (Rémi), qui tient ici son propre rôle : celui du vidéaste-scénographe « honteusement exploité » par cette jeune compagnie pleine de talent et d’humour, qui soi-disant « ne sait pas ce qu’elle veut ». Elle le sait très bien au contraire : faire rire, pleurer et réfléchir. Dans sa manche, d’énormes atouts : une remarquable progression de l’intérêt dramatique, des vrais personnages et cinq interprètes (six en comptant notre scénographe, surtout vers la fin) qui s’entendent et s’y entendent. Quelle excellente troupe !

Dounia Sichov campe sa bourgeoise libérée (Lætitia) avec une rare justesse, Caroline Pietrucha fait de sa Mélanie un petit bijou, Félicie Baille casse la baraque en junkie pot de colle (Zoé). Avec trois actrices pareilles, les mecs ont intérêt à s’accrocher, ce qu’ils font. Bastien d’Asnières invente un « altermondialiste de l’insertion » (Patrick) d’une grande vérité. Guillaume Tobo, quant à lui, construit comme un chef son personnage de viveur ne sachant plus pourquoi il vit (Georges). Coup de chapeau aussi à Arthur Ribo, qui vient « slamer » impeccablement sa lettre-coup de poing face à l’objectif.

Un seul regret, à cet égard : que Cécile Rist n’en profite pas pour donner alors un peu plus de place, voire de texte, à sa Zoé, dont on ne se lasse décidément pas. Que ce soit son mauvais trip face à Mélanie, son extraordinaire danse du malheur, la scène où elle craque devant Patrick ou cède à Georges, l’actrice, l’auteure et la metteuse en scène peuvent être fières d’elles. 

Olivier Pansieri


Connectic, de et mis en scène par Cécile Rist

Compagnie Bord cadre

www.bordcadre.org

Avec : Bastien d’Asnières, Félicie Baille, Mathieu Crescence, Caroline Pietrucha, Dounia Sichov, Guillaume Tobo

Et la participation de : Bernard Menez, Arthur Ribo

Scénographie et vidéo : Mathieu Crescence

Lumières : Gordo

Production Compagnie Bord cadre | Ville d’Avion, C.R. et D.R.A.C. Nord-Pas-de-Calais

Avec la participation de l’A.D.A.M.I. et du Britisk Council

Café de la danse • 5, passage Louis-Philippe • 75011 Paris

Métro : Bastille

Réservations F.N.A.C. : 08 92 68 36 22

Du 27 août au 13 septembre 2008 à 20 h 12, relâche lundi, mardi et dimanche

Durée : 1 h 50

20 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher