Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 18:08

Le théâtre, c’est mieux
que la télé !


Par Claire Néel

Les Trois Coups.com


Lieu de programmation de spectacles venus d’outre-mer, la gracieuse chapelle du Verbe-Incarné accueille une pièce pas très catholique et ô combien pertinente ! de Rémi De Vos. C’est le directeur du lieu, Greg Germain, qui la met en scène avec la Cie Grâce Art Théâtre. « Projection privée » : pour un avenir sans télé…

Mesdames et messieurs, sous vos yeux de spectateurs avides, vous reconnaîtrez ici en toute sincérité que les regards et les vies se vident quand la télévision tente de les combler. Rémi De Vos imagine sans mal un vaudeville à quatre personnages : les célèbres femme, mari et maîtresse puis (ou plutôt avant tout) l’intrusif poste de télévision. Ce nouveau protagoniste permet à l’auteur de décaler les mécaniques du genre. Il s’en sert avec fantaisie et clairvoyance pour exposer l’absurdité d’une trop grande complicité avec la machine, ou l’absurdité du maintien d’un couple qui n’en est plus un, ou encore celle d’un couple qui s’appuie lâchement sur la machine pour obtenir un quelconque « fonctionnement ».

C’est d’abord elle que l’on entend, elle qui nous envoie les premiers rayons de lumière stroboscopiques. Puis on la voit, Elle, la femme, subjuguée par sa fidèle compagne, on croirait qu’elles se préparent un dîner en tête à tête. Débarquent son mari gaiement saoul, avec sa belle aventure du soir. Pas de mensonges, pas de jalousies, pas ceux que l’on attend, mais des oublis :

« Qui es tu toi ?

— Ta femme, ah je ne me souvenais plus !

— Je te présente ma copine.

— Parle moins fort, j’entends pas, allez dans la chambre… »

C’est si simple, tellement drôle… et irrésistiblement triste. Les relations des personnages entre eux surprennent d’autant plus qu’ils ne se posent que des questions incongrues…

Greg Germain reste réaliste dans sa mise en scène. Un intérieur banal, le canapé est face à la télé qui nous tourne le dos, on devine une chambre… Il réussit pourtant, grâce aussi à sa direction d’acteurs, à donner une place centrale à l’objet du décalage sans qu’il absorbe le jeu des comédiens, je veux dire sans en faire une béquille facile qui ôterait aux acteurs leur consistance. Il ajoute une note toute personnelle en intégrant des échanges en créole, charme supplémentaire porté par trois acteurs guadeloupéens.

Le poste de télévision interprète son rôle à la perfection, mais il serait d’un ennui terrible sans ses trois partenaires non virtuels. Sa plus proche complice est la femme, jouée par Firmine Richard, décontractée et naturelle dans ce rôle tragique. Elle inspire rire et effroi, toujours malicieusement. Son mari est Philippe Calodat, acteur habile. Il dégage quelque chose de lumineux et incarne la cruauté ingénue avec facilité. Nathaly Coualy, la jeune fille et maîtresse, compose un personnage aérien et doux, flottant on ne sait trop comment entre les trois autres. Enfin, ils étonnent tous par leur aisance à nous faire croire aux choses improbables qu’ils débitent et mettent en situation… Improbables ? Restons vigilants ! 

Claire Néel


Projection privée, de Rémi De Vos

Compagnie Grâce Art Théâtre • impasse de l’Équipement-Chauvel • B.P. 268 • Les Abymes cedex

06 45 09 63 62 | 06 20 20 75 96 | 04 64 18 71 20

Mise en scène : Greg Germain

Avec : Firmine Richard, Philippe Cadolat, Nathaly Coualy

Décor et costumes : Érick Plaza-Cochet

Assistant et lumières : Michel Bourgade

Paysage sonore : François Leymarie

Photos : Charlotte Schousboe

Visuel : Pierrick Biovir

Diffusion : Marie-Pierre Bousquet

Chapelle du Verbe-Incarné • 21 G, rue des Lices • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 14 07 49

Du 10 au 27 juillet 2008 à 12 h 15

Durée : 1 h 10

15 € | 11 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher