Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 19:51

La chair défendue


Par Alexandra Cartet

Les Trois Coups.com


La danse m’a toujours fascinée : la chair y est à l’honneur. Les acteurs l’affichent et l’humanisent tandis que notre société la vulgarise et la malmène. « Les anges aussi s’absentent » m’a fait redécouvrir la valeur de ce bien précieux : notre corps.

Les anges aussi s’absentent est un spectacle qui m’a laissé le temps de penser : rien ne m’est imposé, je vais à mon rythme. Cela tient du fait que le contenu ne m’a pas vraiment touchée.

J’ai regretté l’accompagnement musical répétitif : un guitariste (guitare sèche) et une bande-son, qui se veut onirique. Les sons sont amplifiés, longs et sourds. La danseuse, elle, y calque des mouvements lents. Trop. Voilà encore un élément que je n’ai pas apprécié. La première apparition d’Éléonore Stern m’a néanmoins beaucoup troublée : elle est vêtue d’un habit de chair, qui donne l’impression qu’elle est nue. Le corps, trop souvent affiché dans les publicités ou encore au théâtre, a alors repris son sens à mes yeux. Il m’est apparu fragile et noble.

Par ailleurs, j’ai été traversée par un sentiment rare au théâtre : la peur. Les mains, les pieds et le visage de la danseuse sont enduits de maquillage, incolore à la lumière. Sous une lumière bleue, on assiste alors à une danse macabre : elle se transforme en squelette. Est-ce la pénombre ou encore l’image de la mort qui rôde qui m’a troublée ? Dans tous les cas, la magie a opéré et j’ai été dérangée.

C’est malheureusement le seul moment qui m’a happée. Je me suis lassée petit à petit de cette danseuse, qui m’a semblé emprisonnée dans ses mouvements répétitifs. J’aurais aimé qu’elle invente de nouvelles chorégraphies ou qu’elle insuffle d’autres rythmes à sa danse pour me sortir de ma léthargie grandissante. Sa moue « dramatique » et le mime qu’elle introduit dans le spectacle ne sont pas faits pour le servir. De petits détails ne favorisent pas non plus la concentration du spectateur : une machine à fumée bruyante, la lumière des coulisses et les regards du musicien au régisseur. 

Alexandra Cartet


Les anges aussi s’absentent, d’Éléonore Stern

Théâtre de la Tortue • 51, allée des Feuillants • 31370 Labastide-Clermont

06 78 50 88 86

contact@theatredelatortue.com

www.theatreldelatortue.com

Mise en scène : Éléonore Stern

Avec : Éléonore Stern

Guitare : André Stern

Compositeur : André Stern

Création des costumes : Éléonore Stern

Créateur et régisseur lumières : Giancarlo Ciarapica

Alibi Théâtre • 27, rue des Teinturiers • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 23 23

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 16 heures, relâche le 21 juillet

Durée : 1 h 15

13 € | 9 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher