Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 14:53

Tragédie et gaminerie

 

C’est au Monte-charge que l’intrigante pièce « Antigone Vietnam » est proposée. Née de l’association d’une troupe française, celle du Théâtre Monte-charge, et d’une autre, vietnamienne, la Compagnie Tuong, cette adaptation du mythe d’Antigone, mélange de tragédie et de commedia, me consterne.

 

Antigone est une jeune princesse. Elle vit avec ses frères sous la protection du roi, leur père. Mais la guerre éclate, et le roi est tué. Les frères décident alors de régner à tour de rôle. Mais leur oncle en a décidé autrement.

 

Ce mélange des traditions française et vietnamienne est très original, et j’aurais tendance à l’encourager, si l’adaptation et la mise en scène ne m’avaient pas autant affligée. Antigone et ses frères sont capricieux, et, loin de nous toucher, ils nous agacent. Leur attitude est d’une niaiserie et d’un ridicule qui contrastent avec la profondeur de la situation. D’accord, Alain Destandau n’a pas cherché à monter une nouvelle Antigone, mais alors il aurait fallu transposer l’histoire au Vietnam, que cela puisse nous atteindre. Je connais assez mal la culture vietnamienne, mais je suis persuadée qu’une bonne direction d’acteurs nous aurait rendu les personnages attachants.

 

Et puis, au vu de cette pièce, quel est finalement l’intérêt de mêler les deux langues ? Est-ce un exercice de style ? Y a-t-il un objectif politico-culturel ? Cette adaptation amoindrit les enjeux de la pièce originale, et la tragédie fait irruption comme un cheveu sur la soupe. On passe, sans transition, de la guerre horrible, à la paix toute joyeuse ! L’oncle est le gros méchant qui veut du mal à tout le monde, les frères sont d’une grande naïveté, et Antigone pleure tout le temps !

 

La peur d’Antigone est illustrée par les percussions. Mais pourquoi ne pas en avoir fait un symbole ? Il aurait suffi qu’Antigone réagisse à la musique au lieu d’inventer cette synchronisation douteuse. Je ne comprends pas non plus pourquoi, après la mort de leur père, les enfants ne sont pas en deuil, alors qu’Antigone l’est après celle de ses frères.

 

Dans la deuxième partie de la « tragédie », une mort de commedia, à la voix haut perchée et au costume bariolé, apparaît à Antigone. Quel effroi ! Elle est accompagnée d’un personnage qui me laisse perplexe… Il a d’ailleurs gardé ses bottes de prince… Sans commentaire. Les combats eux aussi sont profondément ridicules, surtout avec ses lances ornées de pompons roses !

 

Côté décors, il n’y a pas grand-chose à dire : deux groupes de percussions rouges prennent les trois quarts de la scène. Les accessoires, eux aussi, sont sidérants : les fruits sont des jouets en plastique d’enfants, et nous avons déjà parlé des lances à pompons. Des mains apparaissent, venant de derrière le rideau… et les comédiens, censés être morts, chaussés de bottes à grelots, font un bruit monstre en sortant de scène. Les costumes sont assez beaux pour certains et ont un air de déguisement sans forme pour d’autres.

 

Autant je trouve que la démarche est louable et pleine d’avenir, autant je ne vois pas l’intérêt du projet tel quel. 

 

Isabelle Desalos

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Antigone Vietnam, d’Alain Destandau

Compagnie du Théâtre Monte-charge • 7, rue Rivares • 64000 Pau

05 59 27 74 91

theatre.monte-charge.pau@wanadoo.fr

www.theatre-montecharge.com

Compagnie du Théâtre national Tuong

Mise en scène : Alain Destandau

Avec : Bétina Schneeberger, Nguyen Thi Loc-huyen, Alain Destandau, Nguyen Van-tho, Richard Cayre, Nguyen Viet-yen

Traduction : Nguyen Manh-truong, Nguyen Thanh-nhan

Musiciens : Nguyen Xuan-may, Nguyen Van-quy

Création costumes : Minh Hanh

Création masques : Erhard Stiefel

Création lumière : Cyril le Brozec, Brice Poudens

Création décors : le TMC

Le Monte-Charge • place de l’Horloge • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 62 48

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 12 heures

Durée : 1 h 15

15 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher