Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 20:50

Un premier pas hésitant

 

Un ticket Paris-Séville en chansons autour d’une histoire d’amour : avec « Paris-Séville, mon amour », c’est une création séduisante que nous propose Patrick Mons au Pulsion Théâtre. Séduisante comme son affiche aux tons chauds qui a des allures de toile contemporaine. Et le spectacle séduit en effet, mais paraît se contenter d’un premier pas hésitant… Cela reste joli et délicat, mais laisse le spectateur en attente. Si bien que les applaudissements hésitent eux aussi à se déclencher, tant ils nous semblent interrompre la pièce plutôt que la conclure.

 

Le décor répond aux promesses de l’affiche : le café créé sur le plateau est plongé dans une lumière rouge, résolument hispanique. Et pour cause, tous les regards sont tournés vers elle, la Sévillane de passage, assise sur le côté. Tous les regards, c'est-à-dire, dans ce café désert, ceux des trois musiciens, un guitariste, un contrebassiste et un percussionniste. Doucement, entre le guitariste auvergnat et l’espagnole flamboyante, naît un jeu de séduction qui deviendra bientôt une passion ardente. La Sévillane ne sera plus de passage, et leur histoire intime et universelle évoluera au gré de chansons empruntées aux paysages français et espagnol.

 

Car la musique joue un rôle essentiel, reflet de leurs antagonismes, de leur amour aussi, car plus expressive et sincère que le langage parlé. Les musiciens sont tous les trois excellents, de Patrick Mons à la guitare à Juan Saubidet à la contrebasse, en passant par le percussionniste Jérôme Cury, qui accompagne l’histoire avec naturel en faisant feu de tout bois. Il faut également rendre hommage à Raquel Castellano, qui non seulement inonde la pièce de son charme et de son talent de comédienne, mais se révèle être aussi une chanteuse douée et sensible. Pleine de fougue retenue, elle nous offre au milieu de la représentation un joli moment de danse flamenco.

 

Seulement voilà : malgré la prestation musicale, le spectacle dans son ensemble demeure peu convaincant. Intimiste et subtile dans son déroulement, la pièce manque de chair pour exprimer ce qui est en son cœur : la passion, d’autant plus intense qu’elle unit un Auvergnat et une Sévillane, deux êtres « prégnants », profondément terriens. Du coup, les transports amoureux semblent superficiels : l’émotion née de la musique et de la danse échoue à investir le jeu, peut-être desservi par un texte d’une faible intensité dramatique. Enfin, l’interprétation souvent excessive de Patrick Mons ne nous a pas toujours paru crédible, particulièrement dans les duos avec sa partenaire.

 

Ce ticket Paris-Séville nous offre donc un joli voyage musical, qui nous berce plus qu’il ne nous transporte. On aime un peu, beaucoup… mais la passion demeure lointaine. 

 

Sarah del Pino

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Paris-Séville, mon amour, de Patrick Mons

Cie La Lune et L’Océan • 24, villa de l’Industrie • 93400 Saint-Ouen

01 40 11 52 97

lalunelocean@orange.fr

Mise en scène : Patrick Mons

Assistante à la mise en scène : Victoria Saez

Avec : Raquel Castellano, Patrick Mons, Juan Saubidet, Jérôme Cury

Décor : Philippe Vignal

Création lumières : Pascal Noël

Régie lumières : Miguel Acoulon

Son : Didier Léglise

Chargée de diffusion : Lisa Cruciani

Pulsion Théâtre • 56, rue du Rempart-Saint-Lazare • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 37 48

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 13 h 30

Durée : 1 h 10

16 € | 11 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher