Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 12:43

Huit, pour mémoire


Par Olivier Pansieri

Les Trois Coups.com


La guerre a rattrapé le Off. N’espérez pas y échapper en allant vous planquer au théâtre Le Tremplin. L’armée l’a réquisitionné pour y loger des réfugiés chaque jour à 18 h 45 (et non 18 h 30 comme annoncé par erreur dans le catalogue). Il s’agit des huit interprètes de « Séjour pour 8 à Tadécia », de Luc Girerd, mis en scène par Lætitia Dejardin. Bien que déjà jouée à Paris, la pièce est encore en rodage. Elle marche tout de même, avec des ratés. Une ou deux fois, elle cale, mais elle repart toujours. Mo-ti-vée. C’est beau la jeunesse !

L’armée, représentée par deux sous-offs, installe une famille de trois personnes dans un théâtre abandonné. Survient un couple, dont la femme est prête d’accoucher. Deux plus trois, plus deux égalent… sept. Il en manque un. Ah oui ! Une séductrice à qui personne ne résiste : Anna.

Commençons par ce qui cloche : le sérieux. Cette troupe est trop sérieuse. Le texte de Luc Girerd, pas toujours très vraisemblable, a besoin qu’on l’exagère, qu’on le bouscule, qu’on le déconne, qu’on le pousse en fait lui-même dans ses derniers retranchements. Comme son histoire le fait avec les personnages.

Là, nous avons un univers un peu popote, des acteurs appliqués, parfois même d’une raideur bêta. À ce défaut de folie s’ajoutent ceux de la mise en scène, qui quelquefois se borne à mettre en place. Mal de surcroît, car ce petit monde joue beaucoup de face. Dans les scènes à deux passe encore, mais quand ils sont là tous les huit, ça fait très « théâtre ».

D’où vient qu’on ne s’ennuie pourtant pas ? D’abord, le texte est remarquable. Il fut d’ailleurs remarqué par Gildas Bourdet, qui le monta, paraît-il, fort bien. Cette pièce évite tous les pièges et conte avec humour huit histoires, qui chacune tient debout et réserve au public une surprise. Huit intrigues joliment et savamment tissées entre elles.

Ensuite et pour revenir à cette version-ci, ses huit interprètes y croient. Même si j’ai un gros faible pour Jean-Loïc François qui campe un ado plus que convaincant et Didier Forest qui n’aurait qu’à se laisser aller pour que son Boniek soit irrésistible, les autres ne déméritent pas. Ils ont la pêche et du talent.

De plus l’actualité, avec l’arrestation récente de Karadzic, vient de donner un coup de projecteur à cette sombre part de l’histoire européenne. Ce Séjour pour 8 à Tadécia nous la remémore en la transposant avec art. Et comme l’écrit Shakespeare : « La mémoire est la sentinelle de l’esprit ». À bon entendeur… 

Olivier Pansieri


Séjour pour 8 à Tadécia, de Luc Girerd

Les Faiseurs de plaisantristes | 06 19 02 70 82

lesfaiseursdeplaisantristes@yahoo.fr

Mise en scène : Lætitia Dejardin

Avec : Blandine Bleker, Philippe Blondelle, Lætitia Dejardin, Sergio Do Vale, Marie Esther, Simon Ferrante, Didier Forest, Jean-Loïc François

Le Tremplin • 8 ter, rue Cornue • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 05 00

Du 10 juillet au 2 août 2008, à 18 h 45

Durée : 1 h 30

14 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Xavier 05/08/2008 09:55

Je ne suis absolument pas d'accord avec votre critique de séjour pour 8.Je n'ai absolument pas ressenti le "sérieux" que vous indiquez dans votre article. Je me suis vraiment laissé emporter par la pièce et le jeu des comédiens.A voir absolument!

Rechercher