Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 12:47

Une transe mémorielle, qui aurait mérité plus d’audace


Par Aurore Krol

Les Trois Coups.com


« Mâ Ravan’ » est un spectacle réunionnais à la jonction entre musique, théâtre et danse. Quatre danseurs-percussionnistes-comédiens vont, tour à tour, y servir de réceptacle à la mémoire des anciens esclaves.

Les seules paroles prononcées durant la pièce ont trait à l’identité. Le spectacle se veut un hommage aux marrons qui se sont révoltés, à ces hommes qui furent dépossédés de tout élément culturel, ne pouvant plus être maîtres ni de leur corps ni de leur identité. Dès le début, on est plongé dans l’écoute d’une liste de noms d’esclaves. Répétée de manière litanique, cette liste devient interminable, comme pour nous rappeler l’ampleur de la tragédie.

Tout ce qui a ainsi été bafoué dans le passé retrouve vie par l’intervention successive des quatre comédiens. Leur corps sert de lieu de réminiscence, devient l’espace d’une mémoire primitive, atavique.

L’énergie très contrôlée de ces danseurs est impressionnante. Ils sont capables de passer de la transe à l’immobilisme en un instant. La ravanne, tambour emblématique, rythme la transe, sert de relais entre le souvenir et la peau du danseur. La peau qui agit comme une métaphore filée du spectacle. La peau qui est le lieu du frisson, du tremblement et de la résonance. L’émotion est donc épidermique : le souffle agité et les muscles contractés des quatre hommes nous communiquent la tension et l’angoisse venues de cette autre époque.

Le thème des mains est omniprésent, mains liées par les maîtres bien sûr, mais aussi mains brandies, agitées de révolte. Et cette vision d’horreur, vers la fin du spectacle, de mains tranchées d’esclaves punis, avec lesquelles l’un des danseurs va interpréter une chorégraphie.

Bien que touchée, je ne peux pas dire que j’ai été bouleversée par cette danse. Pour être bouleversé, il faut être surpris, bousculé, en perte de repères et de protection. Il faut être vulnérable. Et ce spectacle à la forme classique et quelque peu didactique ne permet pas de mettre le spectateur dans cet état. Après un début très lent et un peu opaque, quelques incursions timides du rire, de l’apostrophe au public et de l’autodérision agissent comme un coup de fouet sur le regard du spectateur. Mais c’est tout.

C’est dommage, car c’est justement quand les comédiens jouent sur l’humour, la moquerie et le décalage qu’ils interpellent le plus. Ils parviennent même alors à nous mettre mal à l’aise. On n’entre pas tout de suite dans ce parcours mémoriel qu’est Mâ Ravan’. Mais, au final, on a fait le chemin avec eux. Et on s’est souvenu. 

Aurore Krol


Mâ Ravan’, de Philippe Pelan Baldini

Mise en scène et chorégraphie : Philippe Pelan Baldini

Avec : Thierry Moucazambo, José Njiva Andrianantenaina, Pascal Marie, Michaël Marmitte

Assistant à la dramaturgie : Thierry Moucazambo

Assistant à la chorégraphie : Prema Santhanagopal

Création musicale : création collective

Création lumière : Nicole Léonforte

Production et communication : Véronique Levasseur

Photo : Valérie Koch

Production : Théâtre Talipot (île de la Réunion)

Chapelle du Verbe-Incarné • 21 G, rue des Lices • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 14 07 49

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 15 h 35

Réservation : 04 90 14 07 49

Durée : 1 h 15

15 € | 11 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher