Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 00:40

Un futurisme qui fait froid dans le dos


Par Élise Ternat

Les Trois Coups.com


Christophe Moyer investit le créneau du 12-14 heures à Présence Pasteur afin d’y présenter deux de ses textes, « Café équitable et décroissance au beurre » et « les pensées de Mlle Miss ». Deux pièces qui ont en commun un regard critique porté sur les travers de notre société de consommation. Nous nous sommes ici arrêtés sur le second texte de l’auteur, qui donne lieu à une mise en scène aussi intelligente que critique.

Nous sommes en 2011, dans une « boîte » de statistiques, dont la mission consiste à manipuler l’opinion publique. Or, rien ne va plus puisque l’opinion ne sait plus où elle en est, les employés ont cessé de consommer ; les patrons, quant à eux, sombrent dans l’alcoolisme et les congés-maladie ont désormais une durée indéterminée.

Le spectateur est accueilli dans un univers tout en papier broyé. Au sol, également, une plante verte en plastique qui n’évoluera jamais parce que déjà morte… Voici le monde de Mlle Miss, à l’image de son cerveau, broyé lui aussi par le système cruel et destructeur d’un capitalisme sauvage. Un capitalisme cynique qui n’épargne personne, c’est bien ce qui ressort de cette pièce, où sont successivement dressés trois portraits illustrant chacun à leur manière les stigmates d’une société futuriste et pourtant proche de notre réalité.

La langue pleine de calembours et autres jeux de mots est ici au service d’une pensée drôle, acide et critique jusqu’à la noirceur. La noirceur d’une plume acérée, qui fait froid dans le dos, mais qu’on se délecte à entendre. Des personnages attachants dans leur détresse, dans la compréhension qu’ils ont de n’être rien dans un système qui avale tout. Où il faut être parasite, devenir rat pour infiltrer, profiter et finalement s’en sortir. Trois portraits, celui de Mlle Miss, d’un premier patron puis d’un second, trois figures qui se dépassent et qui sont elles-mêmes dépassées.

Une mise en scène aussi efficace qu’ingénieuse, où le papier broyé qui suggère la profusion devient tour à tour cheveux, seins… tombeau. De même, l’usage des chaises de bureau permet parfois de véritables chorégraphies. Une scénographie chargée de sens et qui n’hésite pas à réinvestir toute une esthétique de la bureautique.

On appréciera l’interprétation convaincante et juste des comédiens, qui savent amener et faire partager aux spectateurs leur hystérie éthylique et autres excès de folie.

C’est une vision futuriste et critique, que nous fait partager ici Christophe Moyer, dans cette traversée folle d’un monde où le cynisme de l’argent et de la manipulation a franchi toutes les limites, jusqu’à l’inhumanité. Un propos acerbe et engagé qui a cette rare particularité de faire réfléchir. Un texte dont on apprécie la qualité et qui ne peut empêcher de faire penser aux grands classiques du genre tels que 1984 de Georges Orwell. 

Élise Ternat


Les Pensées de Mlle Miss, de Christophe Moyer

Compagnie Sens ascensionnels • 53, rue de Valenciennes • 59000 Lille

www.sens-ascensionnels.com

contact@sens-ascensionnels.com

Texte et mise en scène : Christophe Moyer

Avec : Florence Bisiaux, Henri Botte, Jean-Maximilien Sobocinski

Création sonore et régie son : Martin Hennart

Régie générale : David Laurie

Présence Pasteur • 13, rue du Pont-Trouca • 84000 Avignon

Réservations : 04 32 74 18 54

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 14 h 35, relâche les 16, 23, 29 juillet

Durée : 1 heure

12 € | 9 € | 6 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher