Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 20:01

Les petites gens vous saluent toujours

 

L’atmosphère surannée du troquet Dany Bar, la patronne chaleureuse, et des personnages touchants accoudés au zinc : voilà ce qui semble nous attendre pour ce spectacle. Mais, au travers de chansons et de péripéties, ces gens qui ne paient pas de mine vont nous faire rire et réfléchir. Gentils et sans prétention, ils ne transigeront cependant pas sur les principes de solidarité et de générosité qui les guident.

 

L’esthétique de ce spectacle n’est pas très sophistiquée, et ne cherche pas à l’être. Les comédiens sont déguisés de manière à avoir des signes distinctifs. Avec des perruques, des lunettes, du strass… chaque personnage revêt son caractère. L’on sent l’influence du cabaret dans les choix de lumières, et l’outrance des costumes. Au début, j’ai une petite appréhension concernant le risque de la caricature. Mais, parce que les personnages sont croqués avec beaucoup de tendresse et de justesse, cette crainte s’estompe au fur et à mesure.

 

Le spectacle fonctionne sur le principe de la participation du public, et de l’échange entre le public et les comédiens. Dany, la patronne du bar, organise des jeux comme ce « jeu de la vérité » où les spectateurs posent des questions aux personnages. Mais cet attrait pour le jeu, et la soif de partage et de reconnaissance entraînent nos personnages, et le public avec, dans la perversion de la télé-réalité.

 

Il ne s’agit plus alors de participer et de partager, mais plutôt de trahir ses amis pour arriver au sommet d’une gloire éphémère. Néanmoins, alors que l’on croit qu’il faut se résoudre à accepter la fatalité de la règle imposée de « l’élimination », heureusement le personnage d’Odette nous rappelle avec force qu’accepter tacitement ces injustices banalisées nous ôte chaque fois un plus notre humanité.

 

Parce que le spectacle repose sur une complicité entre public et comédiens, et qu’il se déroule dans le cadre d’un bistrot, j’ai eu le sentiment que la salle de théâtre traditionnelle, qui oppose le public à la scène, n’était pas le lieu idéal. Peut-être que ce spectacle trouverait une autre ampleur s’il était joué dans des lieux moins formels, ou dans un théâtre avec une autre disposition. Cela dit, le fait d’être pris à parti, en tant que spectateurs, dans le cadre d’une salle de théâtre traditionnelle remet en question notre rapport au théâtre et à la scène, et ce n’est peut-être pas si mal d’être déstabilisé un peu. En perturbant nos habitudes de spectateurs, la troupe du Voyageur debout nous invite gentiment à nous engager davantage vis à vis de ce que l’on regarde et de ce qui nous est proposé.

 

L’humilité et la clarté des propos de ce spectacle sont rafraîchissantes dans un paysage théâtral où l’on méprise parfois le travail artisanal des saltimbanques. Ces artistes voient toujours dans le rire et la solidarité des moyens de faire du spectacle bien vivant. 

 

Anne Losq

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Dany Bar, de Jean-Luc Bosc

Le Voyageur debout • 1, cours d’Herbouville • 69004 Lyon

04 78 30 67 05

le.voyageur.debout@free.fr

Mise en scène : Jean-Luc Bosc

Avec : Jean-Luc Bosc, Sandrine Gelin, Claudine Lebègue, Marie-Émilie Nayrand

Paroles et musique : Claudine Lebègue et Jean-Luc Bosc

Régie : Christophe Richard

Collège de La Salle • 1, place Pasteur • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 88 00 56

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 19 heures

14 € | 10 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher