Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 20:43

Un huis clos au quotidien


Par Cédric Enjalbert

Les Trois Coups.com


Le Magasin Théâtre, petite salle de la rue des Teinturiers, reçoit la compagnie Les Mistons pour une mise en scène d’un auteur injustement méconnu : Louis Calaferte. La pièce au titre improbable – « Tu as bien fait de venir, Paul » – prend des allures de huis clos familial. Pas toujours juste, le jeu des acteurs montre l’extrême difficulté de jouer l’incommunicabilité et la tragique banalité du quotidien.

Georges (Yvan Chevalier), veuf, célibataire, habite un appartement que la décrépitude a gagné, le temps et la solitude faisant. Paul (Julien Leonelli), son fils, manifestement désireux de parler, lui rend visite. Mais, entre les deux hommes, la communication est rompue depuis bien longtemps, et, en guise de conversation, il n’y a en fait qu’un échange de banalités.

La difficulté de la pièce, et aussi sa qualité dramatique, réside précisément dans cette absence totale d’évènements ou même de style, associée à la tension latente qui couve entre un père et un fils, qui aimeraient avoir plus à se dire, et mieux. La mise en scène ainsi que la scénographie jouent sur l’accumulation de détails signifiants (des poses, des silences, des mouvements retenus ou inachevés et une multitude d’objets terriblement anodins) et instaurent un langage qui supplée avec intelligence cette parole devenue incapable.

Difficile cependant de trouver le ton juste lorsqu’il s’agit de dire au théâtre ces lieux communs, ces paroles inconséquentes, dont le réel regorge mais dont la scène ne saurait se satisfaire. En effet, si le quotidien investit le plateau et dément l’illusion théâtrale, si chaque mot de cette langue rude de Calaferte est comme un morceau de réel mal dégrossi, il n’en demeure pas moins impossible de dire ces choses courantes de la façon la plus courante. Cet équilibre délicat entre souci de réalisme et théâtralité n’est pas toujours bien tenu par les deux comédiens. Si bien qu’il est des répliques qui sonnent faux et sapent un jeu dans l’ensemble pourtant bien maîtrisé au regard de ce texte difficile. Nous voilà désormais convaincus de la difficulté de dire les choses simplement. 

Cédric Enjalbert


Tu as bien fait de venir, Paul, de Louis Calaferte

Compagnie Les Mistons • 100, rue Juliette-Savar • 94000 Créteil

www.lesmistons.fr

www.tuasbienfait.com

Mise en scène : Didier Moine

Avec : Yvan Chevalier et Julien Leonelli

Son et lumières : Jérôme Pratx

Magasin Théâtre • 31, rue des Teinturiers • 84000 Avignon

Du 10 au 2 août 2008 à 15 heures

Réservations : 04 90 86 11 33

Durée : 1 h 10

15 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Philippe Caron 18/08/2008 11:55

Je trouve au contraire qu'il serait difficile de jouer ce texte "simple" plus justement que l'ont fait ces deux comédiens formidables.

K.Simon 28/07/2008 12:48

Encore une critique de Cédric Enjalbert que je ne partage pas. J'ai pour ma parttrouvé les deux acteurs extrêment justes, dans leur manière de dire des choses banales, dans un rythme assez lent. Cette pièce est pour moi un petit bijou. Les deux comédiens y sont formidables. C'est bien le spectacle vivant, cela fait débattre !

Rechercher