Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 15:58

L’art de la métamorphose


Par Audrey Chazelle

Les Trois Coups.com


Carlotta Ikeda, la grande dame du butô, crée un solo magnifié par la danseuse Anna Ventura sur la scène du Théâtre des Hivernales. « Corps de craie » procède d’une recherche engagée par plusieurs artistes. Sur une idée du metteur en scène Stéphane Vérité, le travail de la chorégraphe dialogue avec les œuvres de Claudine Drai, plasticienne française. Ainsi, l’être devient substance et l’interprétation, organique, rend alors visibles les fluctuations d’états intérieurs.

Créé à Lille en 2005, Corps de craie fait référence au corps blanchi du danseur butô et déplace la « danse des ténèbres » (ankokubutô) jusqu’à l’humour et la dérision, tout en conservant les postures « classiques » créées par Tatsumi Hijikata. Carlotta Ikeda est une des disciples de celui qui proclame en 1968, dans l’underground de Tokyo, « la révolte de la chair ». Contrairement à la danse occidentale, dont les techniques sont fondées sur les principes d’isolation et de dissociation des différentes parties du corps, le butô engage le corps dans sa globalité articulaire, organique et sensible. Anna Ventura nous entraîne dans un voyage intérieur à travers différentes épaisseurs de temps et d’espace.

Elle entre dans l’univers de la chorégraphe par la grande porte et absorbe son héritage. Carlotta Ikeda lui transmet une danse, au cœur du butô en creusant son propre sillon, qu’Anna Ventura révèle avec une énergie et une puissance singulières. Et l’apparence inquiétante, voire surréaliste, dans un premier temps, du corps dépersonnalisé de la danseuse, progresse peu à peu vers le ballet romantique, jusqu’au ludique. C’est ainsi que la danseuse célèbre une vie fantasmatique… Avec ses tripes et sa rigueur, dans la tension et la précision, elle régurgite un langage du corps : humain, animal, minéral ou végétal, obscur et lumineux.

L’éclairage sculpte l’espace et habille la toile centrale. La musique soutient la dimension universelle de l’œuvre, mêlant des compositions de style varié (bruitage, rythme africain, lyrisme…) qui accompagnent l’expression corporelle de la danseuse : contractions, ondulations, immobilisme, sauts, marche… Le temps se dilate dans l’extrême lenteur de ses mouvements et s’accélère par instants, quand le corps s’imprègne de la folie du monde. Chaque partie du corps est engagée dans le but de « transformer tout ce qui est tenu pour négligeable en richesses inouïes », selon les principes du maître, Hijikata.

L’invisible du monde prend forme et éclôt dans le mystère d’un corps. Une folie blanche qui mène à l’extase. Un état de transe contrôlé par un soi protéiforme, pour donner vie à cette femme multiple. La quête d’une « danse absolue » offre un spectaculaire solo, sublimé par Anna Ventura, qui nous balade dans l’ampleur et la densité de l’univers de Carlotta Ikeda… Une curiosité, un étonnement, une magie ! 

Audrey Chazelle


Corps de craie, de Carlotta Ikeda

La Ventura Cie • 17, rue Oratoire • 14000 Caen

02 31 73 79 12

laventuracie@yahoo.fr

http://anna.ventura.free.fr

Chorégraphie : Carlotta Ikeda

Interprétation : Anna Ventura

Sur une idée du metteur en scène Stéphane Vérité

Création lumières : Éric Loutau-Carrère

Régie lumières : Emmanuel Bassibé

Musique : Kamal Hamadache

Costume : Elsa Rio

Régie son : Élise Fernagu

Théâtre des Hivernales • 18, rue Guillaume-Puy • 84000 Avignon

www.hivernales-avignon.com

Réservations : 04 90 82 33 12

Du 10 au 26 juillet 2008 (relâches les 15 et 21 juillet) à 12 h 30

Durée : 1 heure

16 € | 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher