Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 12:34

Présentation de travail de fin d’année

 

Tous les soirs à 18 h 30, les quatorze élèves de deuxième année de l’Académie internationale des arts du spectacle, dirigée par le grand Carlo Boso, montent et démontent leurs tréteaux dans la cour d’honneur de la faculté des sciences. Ils y interprètent durant une heure et trente minutes (comptez une heure cinquante) l’un des nombreux bijoux de Shakespeare qu’est « la Nuit des rois ». Le grand Carlo Boso… Les quatorze élèves de deuxième année… Mon sentiment reste partagé malgré toute cette notoriété réunie.

 

Suite à un funeste naufrage, les deux jumeaux Viola et Sébastien échouent chacun sur un bord de l’Illyrie. L’un croit l’autre mort et vice versa. Viola, éprise du duc Orsino, se travestit sous le nom de Césario pour le servir. Mais le duc lui-même se meurt d’amour pour la belle comtesse Olivia, qui, recluse, déplore la mort de son frère. C’est alors que celle-ci tombe sous le charme de Césario…

 

Cette intrigue riche en rebondissements laisse présager une succession de situations comiques à vous travailler les abdominaux pendant toute la durée du spectacle. De nombreuses possibilités de jeu ont été cependant laissées pour compte et certaines situations demeurent mal exploitées quant à la matière comique qu’elles fournissent.

 

 

Bien qu’il se soit estompé au fur et à mesure de la représentation, le stress apparent des comédiens ne les a pas aidés à se défaire de leurs marques. Et c’est sans doute cela : un jeu encore un peu trop propre, un peu trop cérébral par rapport au « lâcher-prise » que nécessite une comédie shakespearienne. D’autant plus que le parti pris de mise en scène incite à cette détente et à cette créativité avec la présence notamment de personnages masqués (pourquoi seulement trois le sont ? je n’ai pas la réponse…). Certains chants, certains duels, certaines danses demeurent réalisés avec trop de concentration et de sérieux alors que les personnages sont décrits comme souls, festifs ou hargneux. Tout cela manque un peu d’autodérision…

 

D’autodérision ou de confiance. Et pour des comédiens encore en cours de formation, ils pourraient en prendre une petite dose. Presque tous ont une très belle technique : voix bien placée, projection vocale équilibrée, articulation et diction nettes. L’énergie est au rendez-vous et le rythme, un peu relâché par moments, reste dans l’ensemble assez bien maintenu. À leur crédit, tous sont stimulés par une véritable sincérité, terreau du jeu comique. Luca Bozzi interprète un Sébastien d’une très tendre naïveté, Pierre Serra rappelle la maladresse attachante d’un Benigni et Étienne Guerrin tient son personnage du fou Feste d’un bout à l’autre de la pièce avec agilité et sans jamais le lâcher.

 

Ces jeunes comédiens ont encore beaucoup à apprendre et sont formés au Festival d’Avignon par la plus impitoyable mais aussi la meilleure école : le public. 

 

Aïda Asgharzadeh

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


La Nuit des rois, de William Shakespeare

Studio Théâtre de Montreuil • 52, rue du Sergent-Bobillot • 93100 Montreuil

01 42 87 89 20

www.stmprod.com

www.academie-spectacles.com

Mise en scène : Carlo Boso

Adaptation : Carlo Boso et Pascal Arbeille

Avec : Éline Berthuit, Camille Brazzini, Luca Bozzi, Jean Budde, Laure Caillet, Marianne Crozatier, Renaud Gillier, Étienne Guérin, Marine Jardin, Charly Labourrier, Maud Landau, Élise Touchon-Ferrera, Pierre Serra, Sophie Vaussard

Direction musicale : Benoît Combes

Escrime artistique : Bob Heddle Roboth

Pantomime : Elena Serra

Chorégraphie : Nelly Quette

Décors : Stefano Perocco Di Meduna

Costumes : Emmanuelle Bredoux et Garance Stassart

Chargée de diffusion : Gabrielle Kühn

Chargée de communication : Yslane Haïda

Cour d’honneur de la faculté des sciences • 33, rue Louis-Pasteur • 84000 Avignon

Réservations : 06 79 84 35 90

Du 10 juillet au 2 août à 18 h 30

Durée : 1 h 30

12 € | 10 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher