Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 01:49

Le songe d’un matin d’été

 

« La Nuit des Rois ou ce que vous voudrez » d’après la pièce de Shakespeare est montée par la Compagnie de l’Aurore, une des trois compagnies oubliées par le programme du Off d’Avignon 2008. Poussée par mon amour pour l’auteur et une envie de soutenir cette troupe de jeunes acteurs, je me rends à l’espace Roseau, qui accueille la pièce pendant la durée du festival. À peine arraché aux bras de Morphée, je m’apprête à vivre un autre rêve. Le spectacle de la Compagnie de l’Aurore nous emporte dans un univers féérique, poétique, riche en créativité et d’une rare précision dans sa forme, redonnant ainsi à l’œuvre de Shakespeare sa valeur onirique. Certains songes se traversent éveillés.

 

Avant de pénétrer dans la salle, je trouve le temps de visiter une des quatre expositions permanente proposées par l’espace Roseau : Incredible India. La photographe Marie Broche nous fait partager son amour et sa fascination pour l’Inde à travers une série de clichés mêlant portraits, scènes de la vie quotidienne, instants magiques volés au détour d’une rue.

 

Mais revenons-en à la Nuit des rois ou ce que vous voudrez. Les portes s’ouvrent, la lumière se baisse. La beauté des costumes frappe d’entrée de jeu et contribue à créer cette ambiance de conte propre à la mise en scène de Frédéric Vern. En touche-à-tout, il utilise tour à tour la marionnette, la rétroprojection, le masque, la musique en direct pour mieux nous inviter dans son monde. L’intrigue est clairement menée par des comédiens à la technique irréprochable et au capital sympathie important. Le groupe est homogène en termes de niveau de jeu, chose suffisamment rare pour être signalée.

 

« la Nuit des rois »

 

Mention spéciale pourtant à la comédienne qui interprète le fou du duc et deux autres personnages. Elle fait preuve d’un talent incroyable, d’une énergie et d’une précision rare dans l’art du masque.

 

Surprise agréable : l’utilisation de la distanciation. Née avec le mouvement expressionniste en Allemagne à l’issu de la Première Guerre mondiale, la distanciation repense la notion d’interprétation en créant une distance entre l’acteur et le personnage qu’il incarne. Les personnages arrêtent l’action de la pièce pour venir parler de leur situation au sein de celle-ci, ou encore de leur vie. Le comédien peut lui aussi redevenir lui-même à vue du public et reprendre aussitôt son rôle.

 

Ici, elle prend la forme d’un rond rouge au milieu de la scène qui définit l’espace de jeu. Les acteurs qui n’actent pas restent à vue en attendant leur prochaine intervention. Ce choix artistique amène convivialité et complicité entre les acteurs et le public.

 

Cette version de la Nuit des rois rend à l’œuvre de Shakespeare sa dimension féérique et fantastique sans en faire quelque chose de mielleux et d’ennuyeux. À l’heure où le travail du Grand Barde est souvent représenté dans ses aspects les plus sales et les plus sombres, il est bon de découvrir d’autres façons de l’aborder. 

 

Benjamin Brenière

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


La Nuit des Rois ou ce que vous voudrez, d’après William Shakespeare

Compagnie de l’Aurore • Hôtel de Ville • 33190 La Réole

05 56 67 83 74

www.compagnie-l-aurore.com

Scénographie et mise en scène : Frédéric Vern

Avec : Muriel Gaudin (Viola, Sébastien), Noélie Giraud (Olivia), Franck Montauzon (Orsino), Marine Pédeboscq (Maria), Marie Verge (le clown, Sir Toby, Sir Andrew), Benjamin Vern (le pianiste), Frédéric Vern (Antonio)

Production|Diffusion : Hélène Henri Dréan, Estelle Martinet, Samuel Mateu

Images : Yoann de Montgrand

Lumières : Pierre Martigne

Musique : Benjamin Vern

Costumes : Thibaut Cora

Décors : Marjolaine Féliu de Cabrera

Masques et marionnettes : Koba Grosheitsch

Espace Roseau • 8, rue Pétramale • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 25 96 05

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 11 h 15

Durée : 1 h 50

14 € | 10 € | 7 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher