Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 19:08

Une tornade

 

Venez pousser la porte du tout petit Théâtre des Corps-Saints. Vous y serez chaleureusement accueillis. Puis poursuivez donc jusqu’à l’ancienne cave à vin aménagée en salle de théâtre. Ses murs en pierre et son plafond voûté vous raviront. Le cadre se prête particulièrement bien à « Boucha ventris ». À 19 heures, la compagnie Cipango l’investit avec un projet original, qui vous propulsera dans un Moyen Âge farcesque et réjouissant. Double coup de cœur assuré !

 

Le projet est intéressant, original et audacieux. La compagnie a choisi de combiner deux textes pour l’élaboration de Boucha ventris. Le premier, qui s’intitule Histoires de prêtres sans chevaliers, a été écrit par Aurélie Ledoux, membre de la compagnie. Elle donne la parole à un mystérieux conteur du Moyen Âge, qui parcourt la campagne sans véritable objectif. On comprend néanmoins qu’il aimerait bien rencontrer une jeune fille tellement belle qu’on la contraint à se voiler le visage. Chacune de ses rencontres est donc prétexte à un nouveau conte.

 

Dans cette trame principale s’intègre le deuxième texte : la Farce de frère Guillebert. Il s’agit d’une pièce profane du xve siècle d’un auteur anonyme. Elle fait intervenir un mari cocu, une jeune épouse frustrée et un prêtre, qui oublie volontiers son serment d’abstinence. Pourquoi relier les deux textes ? Il s’agit avant tout de se conformer à la forme traditionnelle des pièces médiévales : la farce est comme une farce (au sens culinaire du terme !) de la trame principale. Cette entreprise, certes louable, dessert malheureusement la compréhension de l’histoire pour un spectateur non aguerri.

 

« Boucha ventris »

 

Fort heureusement, nous oublions vite ces complications, car l’univers proposé séduit immédiatement. Nous sommes entraînés dans un Moyen Âge qui oscille consciemment entre rigueur historique et fabulation. La parole du conteur insuffle la vie à des personnages grotesques, aux costumes rapiécés. Les accessoires se font rares sur scène, car les gestes et les mots suffisent à donner corps à leur création. Le décor, quant à lui, est réduit à un simple cube de 70 cm de côté. Il devient estrade ou lit en fonction des nécessités et participe même au comique de la pièce. En effet, la totalité de la Farce de frère Guillebert se joue sur ce petit espace, entraînant des situations absurdes et cocasses.

 

On ne peut que saluer l’habileté du metteur en scène, Vanasay Khamphommala, qui nous offre un spectacle rigoureux et parfaitement orchestré. Grâce à une astucieuse utilisation de la lumière, les saynètes s’enchaînent à un rythme effréné et donnent lieu à de très beaux tableaux. On rit même aux scènes les plus graveleuses tant elles sont traitées avec ingéniosité.

 

L’exiguïté de la scène du Théâtre des Corps-Saints est donc utilisée à son avantage : les six remarquables comédiens de la troupe l’investissent et se l’approprient avec vigueur et intelligence. Ils passent devant nous d’un rôle à l’autre et surprennent par leur agilité et leur énergie. On ne peut que se réjouir de voir un groupe travailler aussi bien ensemble. Le plaisir qu’ils éprouvent à jouer se communique au public qui sort du spectacle ravi de cette belle découverte! 

 

Bianca Guitton

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Boucha ventris, d’après Histoires de prêtres sans chevaliers d’Aurélie Ledoux et la Farce de frère Guillebert (farce anonyme du xve siècle)

Compagnie Cipango • 47, rue de Meaux • 75019 Paris

06 59 39 80 58

http://www.myspace.com/bouchaventris

bouchaventris@yahoo.fr

Mise en scène : Vanasay Khamphommala

Assistante à la mise en scène : Élise Pradinas

Avec : Sabrina Aliane, Mathieu Charrière, Guillaume Compiano, Christophe Dumas, Étienne Durot, Justine Le Pottier

Graphisme et décors : Guillaume Compiano

Costumes : Anabelle Boussaud

Théâtre des Corps-Saints • 76, place des Corps-Saints • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 16 07 50

Du 10 juillet au 2 août 2008 à 19 h 30

Durée : 1 h 10

15 € | 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher