Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 00:32

Vieille dame pleine de grâce

 

On pourrait légitimement prendre peur en entendant le résumé de ce spectacle : une vieille dame parle (radote) à son libraire, qui, lui, reste résolument silencieux, et ce, pendant une heure. Mais ce simple résumé omet de prendre en compte l’imposante prestation de Joanna Bartholomew, en vieille dame chiante et élégante, et la présence discrète, subtile et indispensable de Joël Mangeot, qui, tel « un livre avec une oreille » écoute avec respect le récit de sa partenaire.

 

Je suis la vieille dame du libraire est une confession. Denise se confie à un ami, qui réagit silencieusement mais non moins clairement à son histoire par des gestes, des sourires et des silences. Pourquoi le libraire n’engage-t-il pas le dialogue avec Denise ? Sans doute parce que ce n’est pas son histoire, et que, en écoutant sans juger, le libraire peut permettre à la vieille dame d’avoir un ultime espace d’expression, où trivialités, poésie et pensées profondes se côtoient.

 

Le texte, adapté d’un roman de François Perche, est intéressant pour lui-même, mais serait oubliable sans la présence de Joanna Bartholomew. Grâce à son talent, la comédienne donne au personnage une ampleur théâtrale qui semble être de sa propre invention. Elle saisit la posture et la démarche de la vieille dame ainsi que les différentes intonations de voix selon les discours. Elle expose toute une palette de sentiments, et divulgue petit à petit les secrets de ce personnage ambigu. Cette femme qui craint la mort même si elle l’attend, et qui, sous ses airs de Mamie, reste une éternelle jeune fille.

 

La mise en scène déploie un espace qui incite à la complicité et au partage. L’arrière-boutique de la librairie est à la fois un lieu intime et de travail, de recensement et d’archivage, avec de vieux livres et des cartons. La vieille dame s’inscrit dans ce contexte, et dialogue elle aussi avec les archives, en contant son passé. Mais le décor est peut-être un peu timoré. On aurait voulu un foisonnement d’objets et de livres. Cela aurait permis de décoller du réel. Il n’y a pas, semble-t-il, de charge symbolique dans le décor, alors que les livres ont, dans le texte, le statut de troisième personnage.

 

Le jeu limpide des deux comédiens est particulièrement réjouissant. Le texte en prose résiste bien au choc de l’adaptation théâtrale. Le spectacle se savoure donc avec plaisir. Mais une mise en scène visuellement plus aventureuse aurait peut-être transformé le plaisir en délice… 

 

Anne Losq

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Je suis la vieille dame du libraire, de François Perche

Compagnie L’Esperluette • 11, rue Paul-Bert • 75011 Paris

06 16 51 76 70

cielesperluette@gmail.com

Mise en scène : Philippe Ferran

Avec : Joanna Bartholomew et Joël Mangeot

Décors : Jean Noviel

Théâtre du Bourg-Neuf • 5 bis, rue du Bourg-Neuf • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 17 90

Du 10 juillet au 2 août 2008, à 14 h 45

15 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher