Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 03:54

Déraillement dommageable


Par Audrey Chazelle

Les Trois Coups.com


Peut-on se contenter d’illustrer un texte sur scène pour présenter cela comme du théâtre ? C’est la question que je me pose en me rendant dans la salle du Bourg-Neuf cet après-midi. Agathe Schumacher (metteuse en scène) et Marie Chauffour (comédienne), de la compagnie Act’o théâtre, peinent à empoigner l’œuvre de Tennessee Williams, « Propriété condamnée », et en livrent par conséquent une version stérile.

À l’heure des débats du Off d’Avignon, qui soulèvent notamment la question des spectacles que le festival accueille, on est en droit de remettre sur la table la définition même du théâtre. Aujourd’hui plus que jamais, il semblerait que l’art théâtral ait un rôle majeur à jouer, en tant que moyen de lutte, moyen d’expression libre. Mais qui peut donner une définition précise du théâtre ?

« Propriété condamnée » n’est pas la pièce la plus connue du célèbre dramaturge. La traiter, pourtant, donne un éclairage intéressant sur son œuvre globale. Cette pièce littéraire de jeunesse de Tennessee Williams, écrite en un acte, expose le pouvoir de l’imagination comme moyen de fuite face à une impossibilité à assumer le réel et à une solitude intolérable. Willie a quinze ans. Elle se réfugie dans un monde chimérique, près des voies de chemin de fer, à deux pas de sa maison. Maison qu’elle occupe illégalement depuis qu’elle a été abandonnée. Ses parents partis, sa sœur décédée, c’est livrée à elle-même que Willie avance dans la vie, en funambule.

C’est toute l’innocence feinte d’une enfant-femme qui est à mettre en jeu ici. Et la tentative risquée de traduire l’état intérieur de cet enfant « sortie des rails » n’est pas une réussite. La blondeur naturelle de la comédienne, et ces ailes d’ange qui évoquent symboliquement la présence de son ami Tom auraient pu nous conduire sur le chemin de la candeur. Mais le jeu psychologisant de l’actrice, dédoublé par le film des images « mentales » de la fillette ne nous permettent pas d’accéder à la profondeur de son être. L’état « borderline » du personnage de Willie ne transparaît pas dans l’interprétation de Marie Chaufour. Les jeux d’enfants qu’elle pratique se mêlent à ses paroles d’adultes, et le contraste est révoltant. Il aurait pu être bouleversant si le jeu de la comédienne avait pu intégrer ces deux facettes. C’est tout l’enjeu de cette pièce : pouvoir incarner ce contraste. Mais cela demande une exigence certaine, pour ne pas tomber dans la facilité.

Un écran recouvre le mur de fond de scène et fait défiler un court-métrage, illustrant l’histoire qui nous est contée sur le plateau. La prestation de l’actrice se serait passée de la vidéo. Ou peut-être que la vidéo aurait suffi à nous résumer l’histoire (si elle avait pu connaître elle aussi un traitement plus exigeant) et à nous donner envie de découvrir le texte (si tel était l’objectif de cette compagnie). En tout cas, l’une et l’autre fonctionnent indépendamment, sans interagir réellement, et finissent par se parasiter. La duplication apporte de fait une redondance qui nous éloigne du sens.

La mise en scène propose ainsi un traitement de surface (sans ravalement), en cumulant une interprétation « blanche » et des images pseudo-oniriques. La poésie du texte se retrouve engluée dans une proposition dyadique. Alors que la pertinence du récit fait écho à une réalité sociale très actuelle, l’acte théâtral aurait mérité plus de recherche de la part de ses représentants… 

Audrey Chazelle


Propriété condamnée, de Tennessee Williams

Compagnie Act’o théâtre • 9, rue de Mouzaïa • 75019 Paris

06 85 53 59 09

mariechaufour@wanadoo.com

Mise en scène : Agathe Shumacher

Avec, dans le rôle de Willie : Marie Chaufour

Création vidéo : Edouardo Lamora, Agathe Shumacher

Montage vidéo : Carole Ferrand

Lumières : Angélique Bourcet

Musique : la Berceuse de Brahms, Pierre Chépélov

Théâtre du Bourg-Neuf • 5 bis, rue du Bourg-Neuf • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 17 90

www.bourg-neuf.com

Du 10 juillet au 2 août 2008 (relâche les 21 et 28 juillet) à 16 h 30

Durée : 40 min

14 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher