Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 01:35

Story-board vivant !


Par Audrey Chazelle

Les Trois Coups.com


Jean de Pange se met en scène dans un spectacle énergique et générationnel pour nous parler d’un temps que les plus de vingt ans pourront reconnaître… à La Manufacture. Pour ce trentenaire, qui a grandi en assistant aux frasques provocantes du grand Serge Gainsbourg dans les médias des années quatre vingt, il s’agit de porter un regard sur la progéniture de cette époque.

À l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de la naissance du chanteur, un appel à projets est lancé pour lui rendre hommage. Le projet de Philippe est sélectionné. Il ne lui reste plus qu’à écrire la dernière séquence du scénario inachevé par l’artiste pour voir enfin son film se réaliser. En parallèle, Philippe est aussi transformiste dans un cabaret…

Mathias Baudry a conçu un décor sur mesure en réalisant une scène sur la scène, composée d’une structure métallique sur laquelle est accroché un rideau, pour une mise en abyme de la représentation. Et c’est en déplaçant ce rideau que Jean de Pange nous balade de Paris à Rio, créant astucieusement les lieux qu’il sillonne. Le rideau fait également office d’écran de projection, où apparaît le générique de la pièce au début, le story-board du film en train de se faire ensuite, ou encore, plus tard, les instructions du coach pour réussir sa vie.

Le showman est partout, il est tout le monde ! En un laps de temps très court, il enfile les « basiques » des personnages qu’il interprète. Il converse quasiment en permanence avec l’un d’eux, en même temps qu’il tente d’élucider le mystère de la scène finale de son film.

Ainsi, la multiplication des points de vue, des supports de représentation, et l’ingénieuse utilisation du décor produisent une esthétique dynamique et originale, mise en évidence par un acteur qui l’est tout autant. Il invente de la sorte une multitude de tableaux qui s’enchaînent à un rythme effréné. En outre, il s’approprie l’espace au-delà de la scène recréée et adopte en un éclair le comportement des différents protagonistes qu’il met en jeu. La caricature qu’il en fait parfois est plus vraie que nature, quand on connaît un peu le milieu.

« Pourquoi j’ai tué Serge G… »

Le spectacle imaginé par Jean de Pange, qui fait référence à un « mythe » ancré dans une époque révolue, offre un panorama social et artistique. Le performeur opère, sur fond de compositions de « l’homme à la tête de chou », un mixage du son et de l’image pour révéler les différentes facettes du « métier » d’intermittent du spectacle.

Au final, on assiste à un divertissement branché sur dix mille volts, aux effets scéniques enthousiasmants, mais sans parti pris aucun, si ce n’est celui justement de ne pas en adopter. La figure gainsbourienne ne sert ici que de repère référentiel et comparatif.

Ce one-man-show pêchu de Jean de Pange dirige le regard du spectateur au cœur de son univers, où s’embrassent le spectacle, le cinéma et la musique. Il court, danse, chante sur la voix – voie – du réputé trouble-fête. Et lève le rideau sur les rouages d’un système cloisonné en vous révélant ses plus belles prestations de music-hall et un sex-appeal deviné derrière des jambes ultra-féminines montées sur talons rouges…

Jean de Pange déborde d’énergie dans le jeu et redouble d’imagination dans sa mise en scène. Il vous convie donc en fin d’après-midi au tournage de ce story-board vivant pour découvrir l’envers du décor, sur fond de nostalgie « post-gainsbarrienne »… 

Audrey Chazelle


Pourquoi j’ai tué Serge G…, de Jean de Pange

Compagnie Astrov, Maison des associations • 1, rue du Coëtlosquet • 57000 Metz

06 63 82 12 41

cieastrov@gmail.com

Conception, mise en scène et interprétation : Jean de Pange

Collaboration à l’écriture : Laure Duqué, Tommy Laszlo, Benoît Faivre

Assistanat à la mise en scène : Laure Duqué

Scénographie : Mathias Baudry

Costumes : Dominique Fabuel

Lumière : Gwendal Malard, Jeff Metten

Création sonore : Benoît Faivre

Vidéo : Tommy Laszlo

Collaboration artistique : Isabelle de Pange, Gauthier Hernandez, Volodia Serre, Julien Petit

Chargé de production : Cécile Bouquet

Photographie : Olivier-Henri Dancy

La Manufacture • 2, rue des Écoles • 84000 Avignon

Du 7 au 27 juillet 2008 (relâche le 21 juillet) à 18 h 40

Réservations : 04 90 85 12 71

Durée : 1 h 10

15 € | 11 € (avec la carte Off)

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher