Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 11:49

 

Programmation pour le Off d’Avignon 2008

(7 au 27 juillet 2008)

 

L’équipe du Théâtre des Doms a le plaisir de vous informer de la programmation retenue à l’occasion du 62e Festival d’Avignon.

Parmi près de cent vingt candidatures, nous avons retenu pour témoigner de la vitalité de la création artistique en Wallonie et à Bruxelles les spectacles suivants :

 

 

11 h :

Dialogue d’un chien avec son maître sur la nécessité de mordre ses amis de Jean-Marie Piemme, une production du Théâtre national de la Communauté française-Bruxelles en collaboration avec La Servante, mise en scène de Philippe Sireuil, avec Philippe Jeusette et Fabrice Schillaci.

Deux marginaux très en verve, l’un canin et l’autre humain (quoique…), philosophent avec férocité au sujet de notre société sans se priver d’une tendresse clownesque !

 

 

14 h :

Pas perdus de et par Les Argonautes, mise en scène de Louis Spagna, avec Benji Bernard, Étienne Borel, Christian Gmünder et Philippe Van de Weghe

Quatre « Argonautes », doués d’une énergie de jongleurs-acrobates, bâtissent et transforment sans discontinuité une sorte de paradis perdu et labyrinthique. Attention un kapla géant peut cacher bien des prouesses !

 

 

16 h :

Bash, Latterday Plays de Neil LaBute, une production de l’XK Theater Group, en coréalisation avec le Théâtre ZUT et le Théâtre Jardin passion, mise en scène et adaptation de René Georges, avec Fabrice Rodriguez, Edwige Baily, Bruno Mullenaerts et Lara Persain

Au plus près de notre côté obscur ! Trois histoires quasi banales subtilement confiées aux spectateurs transmettent le frisson de notre singulière inhumanité…

 

 

18 h 30 :

Un monde presque parfait de et par Soufian El Boubsi, une production du Théâtre du Public, mise en scène de Hamadi

Même pas peur ! Et pourtant le jeune « héros » – rien dans les mains, rien dans les poches – se fait une épopée digne d’un Indiana Jones oriental et franchement drôle à la quête de son passage au monde adulte.

 

 

20 h 30 :

Africare de Lorent Wanson, une coréalisation du Manège.mons/centre dramatique/CECN (Belgique), du Théâtre de Poche à Bruxelles (Belgique), du Tarmac de la Villette-Paris (France), du Phénix/scène nationale de Valenciennes (France), de Théâtre Épique/Cie Lorent-Wanson, avec Jocelyne Ntululo Nafranka, Murhula Cishesa Imani, Olivier Maloba Banza, David Kawama Kazembe, Karine Kapinga

Hymne à la vie – témoignée, dansée, chantée, filmée – pour conjurer un morceau de continent déchiré depuis cinquante ans. Du théâtre documentaire qui remue les tragédies avec une générosité et un souffle revigorants.

 

 

23 h

Petit déjeuner orageux un soir de carnaval de et par Eno Krojanker et Hervé Piron, une production de L’L

Comment deux amis, sur scène et dans la vie, se font peur en déconstruisant de manière jubilatoire les codes de la représentation théâtrale ! Tout est possible ce « soir de carnaval », fiction et réalité, friction et cruauté, affliction et loyauté… Où est-on ?

 

Dans le salon, à 21 h 30 du 22 au 27 juillet seulement :

Ô ! par la Compagnie Gare centrale, avec Agnès Limbos et Grégory Houben, mise en scène Sabine Durand

New York, around midnight, entre fumée de cigarette et brume nocturne, un couple fraîchement marié s’embarque vers une longue nuit de noces, qu’ils rêvent parfaite et hollywoodienne.

 

Trois spectacles chorégraphiques présentés avec et aux Hivernales grâce à l’engagement exceptionnel de Charleroi/Danses-centre choregraphique de la Communauté française Wallonie-Bruxelles :

 

Au Théâtre des Hivernales du 10 au 23 juillet :

Bayreuth FM (The Siegfried Swan Song #2) de Mauro Paccagnella par le Collectif Woosh’ing Machine, chorégraphie et interprétation de Ina Geerts, Lisa Gunstone, Ben Mohammed Benaji, Stéphane Broc, Christophe Morisset et Mauro Pacagnella

Une radio libre à Bayreuth pour livrer les passions wagnériennes à coup de voix, de break dance, de guitare et trombone, d’images et de confidences et de pas de deux désinvoltes ! Un univers déjanté assez iconoclaste digne d’un crepuscule des dieux…

 

 

Au Studio des Hivernales du 10 au 23 juillet :

Leopoldo de et avec Ben Mohammed Benaji et Harold Henning, une production de Charleroi/Danses

Rencontre burlesque entre un personnage, perdu dans son environnement urbain et son double qui erre dans son espace privé ! Un croisement de mouvements et d’immobilité…

 

 

Slipping de Carmen Blanco Principal, chorégraphie de Carmen Blanco Principal, Cille Lansade et Pierre-Yves De Jonge, avec Cille Lansade et Pierre-Yves De Jonge, une production de Furiosas

Voyage initiatique, à la fois parcours et corps à corps, où comme un défi à la pesanteur un homme et une femme sautent, glissent, dérapent, s’accrochent, tour à tour guide et guidé, porteur et porté.

 

Ce choix, pour le septième festival au Théâtre des Doms, veut refléter la ligne éditoriale qui s’affine autour d’écritures de « chez nous », de métissages dramaturgiques, de croisements textes/musique/images…

 

Comme chaque année, nous terminerons la saison par l’Apéro Jazz. Le Gilles Repond quartet animera la cour chaque début de soirée les 31 juillet, 1er et 2 août 2008.

Un tonus musical, subtil et frais, porté par quatre musiciens aux parcours multiples.

Un répertoire de compositions originales qui laissent, au sein du quartet, la spontanéité, l’interaction et l’imprévu « envahir » la cour des Doms pour trois soirs.

 

Philippe Grombeer et Isabelle Jans

 

Recueilli par

Les Trois Coups


Théâtre des Doms • 1 bis, escaliers Sainte-Anne • 84000 Avignon

04 90 14 07 99

info@lesdoms.eu

www.lesdoms.eu

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Oriane 05/08/2008 19:06

Grâce à mon père, je compris vite que Les Doms était l'un des théâtres (parmi la multitude, parfois improvisés) à retenir pour le festival d'Avignon. Je n'y vu que Bash, littéralement éprouvant et émouvant. On sort de ce spectacle avec une gifle dans la gueule et les mains tremblantes. Surtout bravo aux comédiens car la mise en scène reste très sobre. C'est un spectacle très dur auquel il faut s'accrocher, traitant des thèmes sensibles (l'ambition, la violence gratuite, l'homophobie, la mort) perçus, malgré la façade (fragile) du rêve américain... 

michelaise 17/07/2008 16:12

ALLEZ AUX DOMS !!! Moi je suis une inconditionnelle des Belges (mais non je ne suis pas belge, michelaise c'est une habitante de Meschers sur Gironde, sur la côte atlantique !). J'ai vu, j'ai adoré, et ri aux éclats, et été émue par le Dialogue... J'ai vu Bash, j'ai été prise au piège de cette folie ordinaire et en ravin sous nos pas... j'ai été impressionnée par cette forme en triptyque, avec, au centre (l'endroit le plus important d'un triptyque), l'histoire la plus probable, la plus banale qui tout d'un coup tourne à l'horreur. J'ai trouvé les acteurs justes et parfaits, plus que probables, proches et vibrants. J'ai vu, et apprécié la performance d'acteur de Soufian El Boubsi... je ne m'attendais pas du tout à un conte, et ai été un peu désorientée, mais c'est un bel et bon spectacle, qui parle à nos souvenirs d'adolescence !! J'ai vu enfin Africare, un des meilleurs moments du festival Off selon moi... chapeau bas, c'est très émouvant, ça prend aux tripes, c'est un spectacle total, sans complaisance et rythmé au millimètre près. Une utilisation intelligente de tous les modes de communications, danse, chant, rythme, images vidéo, langue, tout est là, et on est pris par cet admirable hommage aux conglolais. J'ai été très touchée par la façon parfaite dont les 5 "acteurs" intègrent au spectacle leurs semblables et leurs pairs, là-bas, si loin et soudain, si proches. Le théâtre des Doms est vraiment une des belles scènes du Off... et en plus, on y mange bien !!

Rechercher