Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 22:33

Une folle soirée

 

Marianne Serra, en adaptant le roman d’Alexandre Dumas « les Trois Mousquetaires », nous fait partager sa passion pour ce monument de la littérature du xixe siècle. Ce spectacle de cape et d’épée, haut en couleur, se révèle unique par sa truculence. Marianne Serra crée en effet une pièce déjantée et décalée au style inclassable. Ce spectacle reste fidèle à l’intrigue du roman. Il prend tantôt les allures d’une comédie musicale, où la dérision se mêle au burlesque, tantôt il met l’accent sur ses ressorts dramatiques. Cette pièce revisitée ainsi avec bonheur constitue une belle réussite.

 

Le début de la pièce est marqué par l’apparition de quatorze comédiens évoluant aux quatre coins de la scène avec une grande énergie. Le public est immédiatement captivé par cette illustre épopée. Les déplacements des comédiens sur scène sont fluides. Tout va très vite.



L’histoire est pensée comme une suite de tableaux sans temps morts, où les facéties les plus extravagantes soulignent avec humour les personnages qui ont marqué cette époque. Ainsi, le roi Louis XIII apparaît comme un personnage falot et enfantin. Le duc de Buckingham revêt, lui, les habits d’une star. Chacune de ses apparitions est ponctuée du standard musical américain d’après-guerre Rhum et Coca-Cola. À chaque personnage est de la sorte attachée une musique ou une chorégraphie particulière.


On pourrait citer à l’envi toutes les trouvailles de mise en scène qui rendent ce spectacle à la fois drôle et dramatique. Des duels aux combats à l’épée, tout nous rappelle l’univers d’Alexandre Dumas. La traversée de la Manche par les intrépides mousquetaires, perchés sur un Caddie au son d’une mélodie entraînante, sera pour moi le morceau de bravoure de la pièce.


 

Mais, à aucun moment, la pièce ne s’est écartée de l’œuvre, tout en alternant les moments poignants et les moments désopilants. La réussite de cette pièce tient aussi en ce savant dosage. Les comédiens tous irréprochables nous ont donné un jeu plein d’allant et de naturel. Leur jeu s’est trouvé renforcé par les nombreux anachronismes voulus par la mise en scène, aussi juste dans les costumes que dans les accessoires. À titre d’exemple, les spectateurs ont vu évoluer sur scène un poste de radio et ils ont découvert le sieur de Rochefort en costume-cravate ! Marianne Serra s’est elle-même dirigée en interprétant le personnage d’Anne d’Autriche en spectatrice de l’intrigue, assise dans le public.


On pourrait reprocher la longueur de la pièce, mais la réduire reviendrait à escamoter l’œuvre d’Alexandre Dumas. Marianne Serra ne s’y est pas trompée. Ce soir là, un brin de folie soufflait au Théâtre du Nord-Ouest. Il faisait bon y respirer ! 


Laurent Schteiner

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


La Jeunesse des trois mousquetaires, d’Alexandre Dumas

Mise en scène : Marianne Serra

Adaptation : Thomas Condemine et Marianne Serra

Avec : Maxime Franzetti (d’Artagnan), Cyrielle Debreuil (Milady), Antoine Nembrini (Aramis|Buckingham), Marc Delor (Porthos), Xavier Bazin (Athos), Christophe Mie (Tréville), Marianne Serra (Anne d’Autriche), Nicolas Merlin (Rochefort), Paul Delize (Richelieu), Frédéric Bouquet (Bonacieux), Sarah Cottereau (Mme Bonacieux), Yann Ropars (Louis XIII) et Lionel Laget (Planchet)

Maître d’armes : Christophe Mie

Costumes|décors : Julie Trudgett

Régie|création lumière : Jean-Christophe Burel

Affiche et captation vidéo : Nicolas Dupuis

Photos : Marjorie Lequeux et Romain Dauphin

Maquillage effets spéciaux : Harold Lévy

Théâtre du Nord-Ouest • 13, rue du Faubourg-Montmartre • 75009 Paris

Réservations : 01 47 70 32 75

Vendredi 13 juin à 20 h 45

Durée : 2 h 10

20 € | 13 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher