Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 02:26

Un instant jouissif

 

Depuis le 27 mai 2008, Jean-Laurent Cochet et Pierre Delavène nous font découvrir au Théâtre Tristan-Bernard le texte inconnu et étrangement surprenant de Sacha Guitry. Une belle rencontre avec le public.

 

Jean-Laurent Cochet, assisté de Pierre Delavène, nous invite à partager une petite heure de petit bonheur. Assis derrière leurs tables, les manuscrits à la main, les comédiens nous lisent des lettres… inédites : celles de Paul Roulier-Davenel, un auteur dramatique fort médiocre qui n’a jamais existé… Cette correspondance imaginaire retrace toute une vie malchanceuse de ce soi-disant artiste, tout en faisant nombre de clins d’œil méchamment amusants à l’entourage et aux connaissances de Sacha Guitry lui-même.


Nous sont ainsi présentés des portraits satiriques d’artistes, de longues railleries sur les femmes et sur l’amour, des réflexions sur le milieu théâtral et sur ceux qui osent guider le public, ces « auteurs critiques inutiles et nuisibles » au succès des pièces médiocres. Tout un mélange explosif qui rend le spectateur fou de rire.



Une écriture séduisante, une très bonne interprétation illustrée par des peintures expressives de Guitry, une ambiance hilarante : tous les éléments nécessaires sont réunis pour concevoir un spectacle comique réussi. Je n’ose plus guider les lecteurs de ma critique : je mentionnerai seulement qu’il n’y faut pas s’attendre à voir un spectacle théâtral plus ou moins conventionnel. Car il s’agit ici d’une lecture ou même d’une soirée littéraire intellectualisante, et monopolisée par Jean-Laurent Cochet.


Nous sommes devant deux comiques excellents (Cochet et son disciple Delavène), qui malheureusement disparaissent un peu dans les décors pompeux de la salle et de la scène, celle-ci figurant une chambre, avec un lit, quelques murs et portes… Ces éléments de la scénographie, qui ne servent guère et qui ne mettent pas les interprètes en valeur, brouillent inutilement l’image du plateau. Dommage.


Cette rencontre artistique reste quand même un moment très agréable à passer. Un instant jouissif de théâtre lu et un bon remède à des soirées pluvieuses. 


Maya Saraczyńska

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Correspondance inattendue, d’après Correspondance de Paul Roulier-Davenel, de Sacha Guitry

Mise en scène : Jean-Laurent Cochet

Avec : Jean-Laurent Cochet et Pierre Delavène

http://cochet.delavene.fr/

Théâtre Tristan-Bernard • 64, rue du Rocher • 75008 Paris

Métro : Saint-Lazare

Réservations : 01 45 22 08 40

Du 27 mai au 9 août 2008, du mardi au vendredi à 19 heures, samedi à 16 heures

Durée : 1 heure

23 € | 11 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher