Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 21:58

Sublime

 

« La Nuit du thermomètre », un spectacle remarquable, né de la rencontre du joli texte de Diastème avec la remarquable mise en scène.

 

Avant tout, il faut présenter cet endroit charmant, le Théâtre Hébertot, qui accueille sur ses deux scènes des spectacles fort intéressants. La petite salle située dans la cour derrière le grand théâtre, nommée Le Petit Hébertot, fut fondée en 2003. C’est un endroit à découvrir rapidement vu la programmation ambitieuse et l’accueil chaleureux réservé aux spectateurs.

 

Et puis, le rideau s’ouvre… Une petite chambre aménagée sur scène, avec un lit, une armoire, quelques livres, et une fenêtre ouverte sur le monde. Une grande simplicité de décor, qui met en valeur ce qui dans ce spectacle se révèle le plus important : le jeu époustouflant de deux jeunes acteurs (Andréa Brusque et Justin Blanckaert) et la beauté du texte qu’ils jouent.

 

Nous sommes entraînés dans cet étrange théâtre du récit, qui dévoile devant nous le passage aventureux de l’enfance à l’adolescence. La nuit, l’été, la chaleur s’épanouit. Derrière la fenêtre et dans le corps et le cœur de la jeune fille qui nous raconte sa vie. Ainsi, dit-elle : « J’ai une jolie vie. J’ai une chambre à moi, avec un lit, et un bureau. J’ai de l’argent de poche, pas mal même. Je vais dans une belle école. Je travaille bien. Ma santé est épatante […] Je pars en vacances chaque année. J’ai des grands-parents, que je ne vois jamais. J’ai des cousins, que je ne vois jamais. Et puis des amis […] Simon… Je me couche tous les soirs à dix heures. Je mange des yaourts allégés. Mon père est mort. Ma mère est alcoolique. »

 

 

Une sorte d’intimité sublime s’installe entre la jeune héroïne et son auditoire, qui écoute attentivement ses monologues sur la mort et l’amour, sur les parents irresponsables (faut-il passer un examen pour devenir parent ?), sur des rêves et des soucis de jeune fille. Une forme passionnante du théâtre de l’aveu et de la narration, dans lequel intervient Simon, le meilleur ami de Lucie. Celui qui ne dort jamais afin de préparer les attentats contre les humains abasourdis. Les dialogues et les conversations de ces deux jeunes en crise et en manque d’affection – au seuil de l’amour qui naît entre eux – sur la connerie humaine, sur la cruauté et l’injustice, reflètent ce point de vue enfantin, naïf parfois, mais toujours émouvant et attendrissant.

 

C’est un spectacle sublime, qui traite des choses essentielles et les plus graves avec (sou)rire et humour. Une comédie tendre interprétée par de jeunes acteurs prometteurs, dont le talent et la maturité de jeu ne cessent de m’éblouir. Un véritable univers est recréé sur scène et dans l’imagination du spectateur grâce aux jeux de lumière et à la musique, qui nous transportent dans les contrées de l’enfance. 

 

Maja Saraczyńska

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


La Nuit du thermomètre, de Patrick Asté, dit Diastème

Mise en scène : Damien Bricoteaux

Assistant de la mise en scène : Mathieu Morelle

Avec : Andréa Brusque et Justin Blanckaert

Lumière : Anne Coudret

Décor : Riton Dupire-Clément

Musique : Arthur Simonini

Le Petit Hébertot • 78 bis, boulevard des Batignolles • 75017 Paris

Métro : Villiers, Rome

Réservations : 01 43 87 23 23

http://www.theatrehebertot.com

Du 20 mai au 29 juin, du mardi au samedi à 19 heures, dimanche à 16 heures

Durée : 1 h 10

22 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher