Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 19:01

Mise en scène percutante

 

Tous les sièges du Théâtre de la Croix-Rousse sont occupés ce lundi soir. Et pour cause, le public lyonnais désirait juger de cette nouvelle mise en scène de « la Cantatrice chauve » par Daniel Benoin.

 

La salle est pleine, certes, mais les jeunes se font rares. Le public a plutôt les cheveux grisonnants : ton sur ton avec l’austérité du décor de la même couleur. Les auteurs classiques, à l’image d’Eugène Ionesco, effraient toujours autant les jeunes. Ils ont trop souvent peur de s’ennuyer en poussant la porte d’un théâtre. Et quand bien même ils y entrent, ils sont escortés par leurs professeurs et relégués au fond de la salle. Toujours est-il que ces sorties théâtrales sont souvent les balbutiements d’une culture naissante pour ces écoliers. Une culture qui ne demande pourtant qu’à s’agrandir… À coup sûr, c’est en proposant à ces jeunes de venir en prendre plein la vue et les oreilles avec « la Cantatrice chauve » que l’envie de se cultiver naîtra dans leur esprit, telle une postiche sur un crâne chauve.


Pour une pièce de théâtre appartenant au répertoire de l’absurde, la Cantatrice chauve paraissait trop simple à suivre, quasiment trop logique. Deux couples différents, mais dont aucun des deux n’arrive à communiquer. Ils se retrouvent autour d’un repas et partagent des anecdotes. Mais, heureusement pour l’absurdité, le capitaine des pompiers débarque. Il troque son casque contre un micro et s’érige en juge, écoutant toutes les parties plaignantes et rendant son jugement. Avant de sniffer de la drogue sur la poitrine de la bonne de la famille ; puis de l’aimer éperdument, prenant sa défense, seul contre tous. Les phrases sans queue ni tête s’enchaînent, mais le jeu global des acteurs est bon. Le spectateur n’est donc pas perdu.


Dans cette pièce toujours d’actualité, la critique de notre société se cache autant dans la réplique que dans la mise en scène de Daniel Benoin. Avant même le début de la pièce, les spectateurs commentent le nombre important de télécommandes et autres portables sur scène. Une critique aussi de la communication qui va courir tout au long de la pièce. Dès le début du spectacle, le comédien actionne une foultitude de télécommandes : l’une pour actionner un pan du décor, l’autre pour allumer un écran, une troisième pour un autre écran…


« la Cantatrice chauve » | © Fraicher-Matthey


Il n’a toujours pas pipé mot lorsqu’une émission télévisée commence sur les écrans. Quatre personnes sont réunies autour d’une table : un présentateur, un footballeur, une chanteuse et un auteur, Eugène Ionesco. Le sujet du jour : la peine de mort. Forcément, le footballeur et la chanteuse ont un discours des plus creux ; à tel point que le présentateur se permet d’envoyer un S.M.S. à l’antenne, rappelant au passage un certain président, accro à ce moyen de communication.


La communication entre les êtres est d’ailleurs fortement mise à mal dans cette mise en scène. Les personnages discutent davantage par le biais de messages instantanés que par le biais de la parole. Puisqu’ils n’ont rien à se dire, ils parlent de la pluie et du beau temps… en envoyant un S.M.S. ! Les codes de la bienséance ne sont pas épargnés non plus. Ainsi, les deux couples sont réunis autour d’une tablée, et aucun n’ose porter son verre à ses lèvres tant que l’invité ne l’a pas fait. Le vice est poussé jusqu’à l’endormissement.


Mention spéciale pour la comédienne roumaine Raluca Paun. Contrairement à sa partenaire, Christine Boisson, son jeu est juste, elle ne surjoue pas. Force est de constater qu’il était facile de lui confier le rôle de la bonne. En tout cas, elle est très convaincante. Malgré sa scène fort dénudée, qui a tendance à surprendre le public, elle reste crédible, à l’aise dans son personnage. Un personnage contrasté, qui paraît bien naïf au départ, mais qui se révèle à la fin de la pièce. Elle éclate, chante et détruit des portables, comme pour nous prouver qu’elle peut jouer de bien meilleurs rôles que celui d’une bonne.


La mise en scène est percutante jusque dans le choix des vêtements : tous sont de blanc vêtus, le blanc de la virginité contrastant avec le nombre conséquent de vices cumulés par chacun des personnages. Dans la mise en scène de Daniel Benoin, tous les messages ne passent donc pas forcément par la parole, mais ils sont clairs pour le public. On peut cependant regretter l’usage de quelques clichés… 


Léa Torres

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


La Cantatrice chauve, d’Eugène Ionesco

Mise en scène : Daniel Benoin

Assisté d’Emmanuelle Duverger

Avec : Paul Chariéras, Christine Boisson, Èva Darlan, Frédéric de Goldfiem, Raluca Paun, Éric Prat

Décor : Jean-Pierre Laporte

Costumes : Nathalie Bérard-Benoin

Lumière : Daniel Benoin

Vidéo : Benoît Galera

Direction technique : Jean-Pierre Laporte

Régie générale :Jean-Paul Moye

Régie plateau : François Bollone

Régie lumière : René Poulin

Régie son et vidéo : Martial Gauthier

Construction décor : Atelier du T.N.N. (Pascal Brodin, Hugues de Baecke, Manuel Perez, Illes Février, Marie Flayosc, Hervé Papin)

Habilleuse : Élisa Octo

Production : Théâtre national de Nice

Coréalisation : Théâtre national marin, Sorescu de Craiova-Roumanie

Théâtre de la Croix-Rousse • place Joannès-Ambre • 69004 Lyon

Réservations : 04 72 07 49 49

http://www.croix-rousse.com

Du 3 au 7 mai 2008, samedi et mardi à 20 h 30, lundi et mercredi à 19 h 30 et dimanche à 15 heures

Durée : 1 h 30

23 € | 18 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

evadarlanblog 08/05/2008 15:22

bonjour!pour avoir aussi vu ce spectacle je rejoins tout à fait votre critique : on re rique pas de trouver cette version ennuyeuse!Et si comme moi vous avez un mauvais souvenir d'étude de texte d'Ionesco courrez voir cette cantatrice modernisée à Paris, le seul risque : beaucoup rire!Grande modernité du tetxe et des décors qui donnent bcp de sens au texte et équipe de comédiens très en phase!

Rechercher