Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 17:53

Second degré, mon œil !


Par Olivier Pansieri

Les Trois Coups.com


Je me faisais une joie d’aller voir ce « Timide au palais », de Tirso de Molina, monté par une jeune troupe au Théâtre 13, lieu d’ordinaire synonyme de qualité et d’innovation. Las ! Malgré mon envie de trouver dans ce naufrage quelque chose à sauver, je n’ai trouvé que moi, à la forme pronominale. Et encore, à toutes jambes !

« Comédie de cape et d’épée, dit le programme, en souvenir du Bossu et du Capitaine Fracasse. » Tiens donc ! Voilà sans doute pourquoi tout se passe dans ce faux pub d’autoroute entre magasiniers et vendeuses en blouse grise. Aurais-je mal vu, mal lu ? Je relis : « Tirso de Molina, moine obscur de la Merci… a créé le mythe le plus célèbre du théâtre moderne : dom Juan (dans sa pièce le Suborneur de Séville). On lui attribue plus de trois cents comédies. Il est, avec Lope de Vega et Calderón, l’un des plus grands auteurs de cette période comprise entre le xvie et le xviie siècle espagnol qu’on appelle « l’âge d’or ». Contemporain de Shakespeare, il est malheureusement peu joué aujourd’hui.

Et la pièce ? Interminable. L’histoire ? Confuse. La trame ? Voici ! Un fils de riches bergers, Miréno, et son ami Tarso quittent les montagnes. Miréno veut tenter sa chance à la cour du duc d’Aveiro, lequel a deux filles Magdalena et Séraphina. Qu’on confond ici, je vous préviens, car elles sont toutes les deux brunes, petites et en blouse grise. Pour ne rien arranger, les messieurs se déguisent, une des dames aussi ; il y a deux histoires d’amour, une de trahison, une autre de viol. Bref, on met une bonne heure à comprendre ce qui se passe, avant d’y renoncer tant on s’en fiche. Comme il faut bien justifier le titre, Miréno est timide. C’est donc sa Séraphina qui va devoir faire tout le boulot, ce qui occasionne enfin une scène, hélas bien tardive, où des spectateurs bien disposés éclatent de rire. Ce qui réveille les autres, dont moi.

Qu’est-ce qui leur a pris de monter ça ? C’est la seule réflexion profonde qui vienne à l’esprit. Car là gît le fond du problème : cette pièce est d’une platitude exaspérante. Comme je suppose que, en plus, elle devait être bavarde, l’adaptateur s’est chargé d’en ratiboiser les rares qualités (si elle en avait) poétiques. Autrement dit, les métaphores, les envolées, les stances, couic ! De sorte qu’il ne reste rien. D’où bien sûr ce traitement de sitcom. L’histoire n’a ni queue ni tête, les personnages sont nuls, les dialogues débiles. Mais c’est exprès. Mon œil !

Ça ne commence pourtant pas trop mal. Nous sommes dans une usine de confection de costumes de théâtre. Idée plutôt malencontreuse si on en juge par ceux que portent les héros, pardon les antihéros. Mais passons. Disons un atelier de déguisements, farces et attrapes, avec un petit côté anglais à cause des briques, des fenêtres à guillotine, des impostes en demi-lunes. Quelques bonnes idées dans ce début : les employés qui cousent sur des machines imaginaires, les manutentionnaires qui jouent à se battre en duel, les filles qui gloussent, bref la vie d’atelier. On se dit : « Tiens, ils vont nous la jouer le Bal de Penchenat, les Deschiens, ça peut être sympa… » Et puis patatras ! Rien du tout. Le bon vieux mauvais boulevard, avec ses apartés, ses déplacements gratuits, ses rangs d’oignons : l’horreur.

Les filles jouent comme des patates, les gars dans deux équipes adverses. François Kergourlay (Tarso), Rainer Sievert (Figuero), Stephen Szekely (dom Antonio) et Jean-Benoît Terral (le Prologue), très pros, cherchant visiblement dans la même direction : celle de ce fameux second degré qui reste introuvable ; les autres carrément dans la direction opposée, en faisant des tonnes, cherchant en vain à entraîner leurs coéquipiers vers ces rires gras qu’ils sentent, eux, dans la salle, prêts à jaillir ! Sur le côté, deux musiciens (Christian Huet et Damien Joëts) font bling bling, histoire de meubler. Les Simpson au Portugal contre Ma colocataire est une garce : zéro partout.

La charité voudrait qu’on ne parle pas du fond, involontairement injurieux, déjà, pour ces métiers de la confection, auxquels la mise en scène prétend rendre hommage ; ensuite et surtout, pour ces « nuls », qu’elle raille en réalité assez à la manière des petits marquis d’aujourd’hui. Le grand Jérôme Deschamps, lui-même, n’échappe d’ailleurs pas toujours à ce travers aussi détestable que répandu.

Tandis que je sortais de la salle, s’imprégnaient dans ma mémoire : le jeu impeccablement efficace de François Kergourlay ; le bref instant où Jean-Benoît Terral, après pas mal de balourdises, trouve enfin le ton juste dans une désopilante parodie de cours magistral, où il explique au tableau noir ce qui s’est passé autrefois. Et celui, guère plus long, du faux somnambulisme de la princesse. Deux scènes où le metteur en scène, semblant sortir de sa torpeur, nous sort un peu de la nôtre. Je songeais surtout, nostalgique, aux précédents spectacles la Dispute et Marie Stuart donnés sur ce même plateau quelques mois plus tôt. Comme quoi il faut toujours retourner au théâtre, quelque tort qu’il nous fasse parfois. 

Olivier Pansieri


Le Timide au palais, de Tirso de Molina

Compagnie du Catogan • 206, boulevard Voltaire • 92600 Asnières

lacompagnieducatogan@hotmail.fr

Mise en scène : Gwenhaël de Gouvello

Adaptation : Robert Angebaud

Avec : Brigitte Damiens, Marie Grach, Marie Provence, Grégori Baquet, Jean-Michel Canonne, François Kergourlay, Rainer Sievert, Stephen Szekely, Jean-Benoît Terral, Éric Wolfer

Création musicale : Cristian Huet et Damien Joëts

Décors : Éric Den Hertog

Costumes : Anaïs Sauterey

Maquillages : Laurence Otteny

Théâtre 13 • 103 A, boulevard Auguste-Bianqui • 75013 Paris

Réservations : 01 45 88 62 22

Du 29 avril au 1er juin 2008, mardi, mercredi, vendredi à 20 h 30, jeudi et samedi à 19 h 30 ; dimanche à 15 h 30

Durée : 2 heures

22 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

mel 22/10/2008 17:03

Je tape :le timide au palais sur internet pour connaitre les prochaine dates de ce spectacle que je veux recommander a des amis et je tombe sur votre critique!je suis choquée par autant de mechanceté gratuite et je me demande qui vous etes pour etre aussi aineux sur ce spectacle...nous y sommes allés en famille et nous avons passé une soirée sous le signe du rire et de l'enthousiasme.ce spectacle est porté par des comediens doués et genereux et une mise en scene ingenieuse .Un moment de detente et de bonheur qui font du bien par les temps qui court.J'ai l'impression que vous etes atteind par la morosité qui regne en ce moment...dommage pour vous mais merci de ne pas condamner ceux qui se batte pour nous faire rire

Les Trois Coups 26/10/2008 13:31



Mea culpa


Décidément ce « Timide » me poursuit tel un spectre. J’admets avoir eu la main lourde et m’en repens. Il est bien temps ! Ma
faute s’est inscrite à jamais sur l’indestructible toile du Net, laquelle, comme chacun sait, laisse passer les gros et retient les petits comme toutes les justices terrestres. Tout ce que je
peux dire pour ma défense, c’est que ce malencontreux article fut trop vite écrit sous le coup de l’énervement, en aucun cas de la haine. J’aime aimer. Notamment les spectacles que je vais
voir.


Je connais bien la vie, ou plutôt la survie, des costumiers de théâtre qui sortent lentement d’une crise sans précédent responsable de
chômages en tous genres, eux nullement déguisés. Vous l’aurez en effet remarqué : depuis de nombreuses années, on ne joue plus en costumes d’époque, les plus riches donnant, si j’ose dire,
le « mauvais exemple ». Il s’en est suivi une véritable hécatombe dans ce fragile artisanat. On ne compte plus les ateliers de modiste, de couture, de bottier qui ont dû fermer. Sans
parler des écoles ! Quelle mère indigne voudrait encore que son enfant apprenne à coudre des justaucorps que plus personne ne veut mettre ?!


Pour en revenir à ce « Timide », j’avoue avoir été agacé par sa vision donc étourdie d’un métier sinistré. Mais c’est vrai aussi que
je me lasse de cette sauce « bande dessinée » dans laquelle beaucoup de spectacles nous servent… au fond peu de choses. Si j’ai d’ailleurs été « méchant », c’est surtout avec
le contenu de cette pochade, qui ne m’a laissé pour être franc que le souvenir d’un galimatias un rien poussif. Je regrette néanmoins le ton avec lequel j’ai parlé de l’interprétation. Ce que je
ne fais jamais d’ordinaire, étant moi-même par ailleurs comédien. Navré, vraiment.


Comment réparer ? D’abord en vous conseillant d’aller voir ce spectacle pour décider qui a tort et qui a raison. Pour cela, il vous
suffit de taper « la Compagnie du Catogan ». Là, vous tomberez tout de suite sur les dates de tournée de ce Timide au palais, que voici :


– jeudi 13 novembre 2008, à 19 h 30 – Théâtre de Fontenay-le-Fleury


– vendredi 14 novembre 2008, à 21 heures – Théâtre de Fontenay-le-Fleury


– mardi 18 novembre 2008, à 20 heures – Théâtre Montansier de Versailles


– jeudi 12 mars 2009, à 20 h 30 – Les Trois Pierrots de Saint-Cloud


Pour ma part, je vais retourner voir ce spectacle. Si vous avez encore la patience de me lire, je vous dirai alors, ici même, ce que j’en
pense maintenant. Sans haine ni complaisance, comme j’essaie toujours de le faire.


Olivier Pansieri












 













paulinus 08/10/2008 00:11

Nous rentrons de la pièce. Nous trouvons votre critique presque injurieuse. Vous exprimez votre opinion, nous en faisons de même. Bonne continuation

Rechercher