Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 21:38

Mission accomplie


Par Maud Sérusclat

Les Trois Coups.com


Beckett est un écrivain extraordinaire, mais pour le moins compliqué. Il ne se laisse pas saisir facilement, résiste toujours. Un temps. « Fin de partie » est à l’image de son auteur, une pièce compliquée. Composée d’un tiers de didascalies, impossibles à transgresser si l’on suit la méthode beckettienne, elle est un vrai défi à mettre en scène. Se jouant de cette contrainte qu’il juge « excitante », Bernard Levy a accompli cette mission avec brio, grandeur et majesté.

La salle est plongée dans le noir. L’épais rideau de velours est déjà levé, un autre, léger et translucide, fait face au public. Les didascalies de la première page du texte sont projetées devant nous, en silence, et peu à peu le rideau de tulle se transforme en brouillard et s’évapore sous nos yeux. Il laisse place instantanément à l’univers de Beckett. Hamm, l’homme aveugle et cloué sur une chaise roulante artisanale, est au milieu du plateau, recouvert d’un drap. Clov, son ami-compère-esclave, claudique autour de lui. Comme dans le texte.

Ils ne savent pas ce qu’ils font encore là. Il est temps que cela finisse. Ça ne va pas vite. « Qu’est-ce qui se passe ? Quelque chose suit son cours ». L’éternelle question du sens de l’existence. Pourtant, ils ne prétendent pas « signifier » quelque chose. Ils sont là. C’est tout. Ils attendent. Hamm est condamné à ne plus voir et à ne plus se lever, Clov est voué à être éternellement debout. « Chacun sa spécialité ». Celui qui peut marcher tente de s’en aller depuis sa naissance, celui qui ne peut plus voir passe son temps à chercher la lumière et à vouloir regarder dehors. Ils perdent leurs dents, leur fraîcheur, leurs idéaux. La nature les a oubliés. À moins que cela ne soit ainsi, la Nature. « Être sur terre, c’est sans remède. »

« Fin de partie » | © Philippe Delacroix

N’allez pas croire que cette pièce est tragique ou atrocement déprimante. Chez Beckett, on rit toujours, et quand la pièce est interprétée avec justesse, comme ce soir, on pleure aussi un peu. Pas de tristesse, mais parce qu’on est saisi, serré, ému par ce qui se déroule devant nous. Parce que ce qui se déroule devant nous nous interroge sur le sens de cette histoire qu’on se raconte depuis toujours. À quoi bon naître ? Au milieu des mots qui ne savent plus rien dire ? Ne sommes-nous bons qu’à nous donner la réplique ? Pouvons-nous finir de perdre ?

Si le texte est fort, la réussite de la pièce tient surtout à l’incroyable  finesse déployée par l’ensemble de la troupe. Direction d’acteur, costumes, lumières, jeu, mise en scène, rien ne laisse à désirer, tout est juste, graphique, beau. Le travail du décorateur Guilio Lichtner est exceptionnel. Au milieu d’un cube blanc qui tient lieu de pièce principale, portes et fenêtres semblent dessinées au crayon et laissent jouer des comédiens talentueux, qui prennent des allures de créatures merveilleuses, tout clochards qu’ils sont. Quand la fin de la partie arrive, les lignes du décor s’effacent, et, comme par miracle, on sort de la salle conquis et habité par quelques répliques marquantes : « Allez-vous-en et aimez-vous les uns les autres ». « Ah… Les vieilles questions, les vieilles réponses, il n’y a que ça. » Un vrai moment de littérature, un vrai moment de théâtre. Du grand art. 

Maud Sérusclat


Fin de partie, de Samuel Beckett

Compagnie Lire aux éclats

Mise en scène : Bernard Levy

Assistant à la mise en scène : Jean-Luc Vincent

Avec : Gilles Arbona, Thierry Bosc, Annie Perret, Georges Ser

Décors : Guilio Lichtner

Costumes : Elsa Pavanel

Lumières : Christian Pinaud

Son : Marco Bretonnière

Le Granit, scène nationale • 1, faubourg de Montbéliard • 90000 Belfort

Réservations : 03 84 58 67 67

contact@theatregranit.com

www.theatregranit.com

Du 23 au 25 avril 2008

Durée : 1 h 40

19 € | 14 € | 7,50 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher