Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 22:30

Un enchantement
pour les yeux et les oreilles


Par Chloé Chochard-Le Goff

Les Trois Coups.com


Écrit en 1745 par Goldoni, « Arlequin, valet de deux maîtres » est réadapté sur scène par Carlo Boso. Cette pièce, jouée sur tréteaux, est l’exemple visuel parfait de ce que peut être la commedia dell’arte.

Pantalon, bourgeois vénitien, a promis sa fille à un certain Turinois, Federigo Rasponi. Or on apprend la mort en duel de ce dernier, tué par Florindo Aretusi, l’amant de sa sœur Béatrice. Pantalon cède donc au mariage de sa fille avec Silvio, qu’elle aime depuis toujours. Quant à Florindo, pour échapper à la justice, il se réfugie à Venise. Seulement, une personne répondant au nom de Federigo Rasponi arrive à Venise avec son valet Arlequin. Dès lors, les choses se compliquent dans la Cité des doges…

Les ingrédients de la comédie n’ont rien perdu de leur saveur. L’intrigue joue sur les quiproquos et le comique de situation, tout en densifiant la mise en scène par des comiques de langue, de gestes et autres mimiques. Le sérieux n’a pas sa place dans cette communauté désopilante. Le moindre silence souligne une tension qui cache la retenue d’un rire.

On ne peut pas dire pourtant que Carlo Boso innove avec cette mise en scène. Arlequin, valet de deux maîtres a été monté par Giorgio Strehler à partir de 1947, et son succès en fera la pièce associée au Piccolo Teatro de Milan. Carlo Boso, qui a travaillé avec Strehler, a réexploité ses trouvailles : la grenouille et la mouche invisibles qu’Arlequin essaie d’attraper, les comédiens inactifs, qui s’assoient autour du tréteau pour assister au spectacle… Néanmoins, l’effet comique est tel qu’on ne peut blâmer Carlo Boso de réemployer les techniques d’un des plus grands metteurs en scène européens.

Là où Carlo Boso fait preuve de créativité, c’est dans sa traduction du texte de Goldoni. Les répliques prennent un aspect plus contemporain dans le choix des mots. Sa libre adaptation inclut quelques moments apaisants de chant, d’interprétation instrumentale et de danse. La performance des acteurs est d’ailleurs incroyable. Ils font chacun preuve d’une grande souplesse, aussi bien sur le plan du corps que de la parole. Il y a une véritable cohésion dans leur jeu, qui crée un rythme toujours soutenu, sans relâche.

Quant aux décors, ils sont simples : un tréteau et une toile peinte, qui coulisse pour installer plusieurs lieux. De même, les costumes sont traditionnels. Des masques, un habit à carreaux pour Arlequin. On reste bien dans l’univers de la commedia dell’arte.

Ce qui est agréable dans cette représentation, c’est l’ouverture des comédiens au public. Durant la pièce, on est pris à témoin, interpellé, les acteurs « s’amusent » avec les spectateurs en leur faisant, par exemple, croire à un entracte alors qu’il n’en est rien… Et, après la représentation, les comédiens sont accessibles et ne courent pas se réfugier dans les coulisses. C’est souvent l’avantage des petites compagnies.

C’est un enchantement que de découvrir un spectacle qui tient de la commedia dell’arte, un enchantement pour les yeux et les oreilles. Si cette tradition théâtrale s’est un peu perdue aujourd’hui, il est bon de la faire revivre. 

Chloé Chochard-Le Goff


Arlequin, valet de deux maîtres, de Carlo Goldoni

Le Théâtre des Foules • 21, rue de Nice • 75011 Paris

Chargée de diffusion : Ève Arbes | 06 89 64 80 80

Mise en scène : Carlo Boso

Avec : Loïc Beauché, Claire Marchesi, Anne Leforestier, Anne-Cécile Richard, Sandrine Moaligou, Paolo Crocco, Antoine Malfettes, Joseph Defèche, Sandrine Demoron, Berenike Heiter, Léa Corbelet-Paradis, Kurro Carmona, Laurianne Aguilera, Ève Arbez, Thomas Raimbaud, Gustavo Araujo

Décors et masques : Stefano Perocco Di Meduna

Costumes : Julie Phelouzat

Chants : Benoît Combes

Danses : Nelly Quette

Combats : Bob Heddle-Robboth

Studio-Théâtre de Montreuil • 52, rue du Sergent-Bobillot • 93100 Montreuil

Réservations : 09 52 43 89 20

Du 2 au 12 avril 2008 à 20 h 30

Durée : 2 h 30

12 € | 8 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher