Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 16:00

En piste pour les étoiles…

 

Quelques poignées de sciure en guise de piste et le décor est posé. Bienvenue au plus grand cirque du monde, celui qui habite littéralement Luciano Farfalle son directeur et qui va l’emporter loin dans son délire… et nous avec ! Pour sa première grande scène, la compagnie Le Bruit qui court propose à Montpellier un spectacle tragico-comique simple en hommage au spectacle vivant et à la création. Une pièce qui demande confirmation…

 

Don Farfalle est un homme passionné, obsédé par la piste et les numéros qu’il voit dans ses songes s’y dérouler… Il se perd alors dans son imaginaire et rêve en grand, se plaît à se prendre pour le directeur du plus grand cirque du monde. Pour le moins agité, il cogite, soliloque, se montre préoccupé par son dessein. Mais le déroulement du rêve n’est pas tendre avec son ego et il éprouve le plus grand mal à contrôler ses artistes : deux clowns et un magicien, supposés proposer des numéros exceptionnels à hauteur de ses ambitions. Or ceux-ci semblent non seulement n’en n’avoir cure et surtout pas la capacité, mais ils préfèrent faire tourner en bourrique leur excentrique directeur.


Luciano Farfalle passe ainsi son temps à chercher des idées « énormes » et à ramener ses clowns éparpillés à la piste et au spectacle qui doit se dérouler coûte que coûte. Mais il est perturbé, dérangé, parfois par des appels téléphoniques de M. Bouglione… Enfin la reconnaissance de ses pairs, se dit il ! ? Mais non, les appels ne lui sont même pas destinés…


undefined

« l’Incroyable Cirque Farfalle » | © Sarah Freby


Si l’introduction du spectacle invite vraiment le spectateur à entrer dans le jeu, la suite est moins jubilatoire. On apprécie néanmoins la petite ambiance poétique créée par la compagnie, notamment grâce aux décors simples et à l’accompagnement musical à l’orgue joué sur la scène. À l’image de Don Farfalle qui entrevoyait un cirque flamboyant et ne peut proposer d’autre qu’un spectacle stérile, la compagnie a pris le parti de ne faire exécuter par ses clowns que peu de choses, de ne leur confier que peu de texte.


On aurait pourtant aimé que le burlesque soit plus poussé, plus osé, plus marqué, pourquoi pas jusqu’au ridicule, voire à l’absurde. À notre goût, le spectacle aurait gagné à proposer des cabrioles, des acrobaties, du jonglage, bref des numéros pour étoffer la mise en scène, la pièce et les personnages eux-mêmes. En fond se dessine pourtant un joli hommage au monde du spectacle et une réflexion sur les rêves, qui parfois portent les êtres un peu trop loin, sur la création et les déboires d’un homme rongé par la folie et par son imagination.


Luc Miglietta se décrit lui même comme « l’orchestreacteur» d’un spectacle qui repose grandement sur son personnage : Don Farfalle, le directeur autoritaire incarnant le monde du cirque traditionnel qui, au final, laisse peu de place à la poésie et à l’expression libre, et reste perché sur les hauteurs de sa folie, loin de la piste et des spectateurs… Démarche radicalement inverse de « théâtre artisanal » qui sous-tend le travail de la compagnie. Ne perdons pas de vue que le spectacle est en partie destiné aux enfants et l’objectif paraît, sur ce plan-là atteint. Cependant les adultes, pour leur part, restent un peu sur leur faim, d’autant que tous les ingrédients nécessaires sont réunis, mais qu’au final le plat manque un peu de goût. Attendons donc de la compagnie peut être un peu d’audace à l’avenir ! 

 

Frédéric Nembrini

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


L’Incroyable Cirque Farfalle

Théâtre burlesque et clownesque

Création – à partir de 7 ans

Compagnie Bruitquicourt

Hangars 6 et 7 • 42, rue Adam-de-Craponne • 34000 Montpellier

04 67 92 55 62 | 06 74 68 96 13

http://www.bruitquicourt.com/

marie.maurette@wanadoo.fr

Coécriture : Christophe Pujol, Luc Miglietta

Mise en scène : Luc Miglietta

Création lumière : Caroline Esnée

Son : Bruno Nöx Méria

Costumes : Sandra Alati

Décor : Dominique Doré

Intervention plastique : Bertrand Lecointre

La Turbine résidente du Pont de la Croix

Avec : Bastien Authié, Luc Miglietta, Estelle Sabatier, Emmanuel Valeur, Sonia Pintor

Théâtre Jean-Vilar • 155, rue de Bologne • 34080 Montpellier

Réservations : 04 67 40 41 39

http://www.theatrejeanvilar.montpellier.fr/pages/

Mardi 4 mars 2008 à 19 h, mercredi 5 mars 2008 à 15 h, jeudi 6 mars 2008 à 21 h, vendredi 7 mars 2008 à 21 h

Durée : 1 h 30

13 € | 10 € | 4,5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher