Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 18:41

L’impossible échange


Par Maud Sérusclat

Les Trois Coups.com


En ce soir de Saint-Valentin inhabituel, j’avais rendez-vous au Théâtre de la Croix-Rousse avec Claudel. Inhabituel, vous dis-je. La pièce s’intitule « l’Échange », et parle d’amour. Entre autres. À propos de cette œuvre, l’auteur écrivait qu’il souhaitait parler « des catalyseurs entre les âmes ». Et dans une des deux versions de la pièce, il faisait dire à un personnage « le théâtre, c’est toujours une femme qui arrive ». Un programme tentant, vous en conviendrez. Mais ô combien décevant !

De quoi parle-t-on lorsqu’on dit « amour » ? Outre les corps, qu’il faut apprivoiser, le sien d’abord, puis celui de l’autre ; outre le désir, le devoir, le risque, la tentation, l’imagination, le « catalyseur » qui fait son entrée dans cette pièce écrite en 1894 est l’argent. Le fameux billet vert vient semer la zizanie au milieu de personnages si douloureusement humains. La dimension visionnaire de l’Échange ne manquera pas de vous surprendre.

Marthe, jouée par Julie Brochen, également metteuse en scène, aime Louis Laine, son jeune mari insouciant et volubile. Le couple fraîchement marié mène une vie paisible, modeste, banale. Il est amarré à un horizon simple : vivre. Ensemble. Quand entre dans leur vie un autre couple : deux êtres tentateurs, riches, jeunes, luisants, américains. Elle, Lechy Elbernon, est actrice, audacieuse, décalée, désirable. Parfois lubrique. Lui, Thomas Pollock, est fortuné, beau. C’est « l’agent de change », pour reprendre l’expression de Claudel. Nous avons donc sur le plateau deux forces en présence : la raison et le désir, la fougue et la sagesse, le bien et le mal. En un mot : Claudel.

On comprend assez vite que ce qui se joue devant nous est un parallèle entre l’amour et l’argent, mais le texte demeure difficile à jouer. La langue résiste, et doit résonner, se faire entendre pour que la communication claudélienne fonctionne : « la bouche livre des paroles et les oreilles les reçoivent », comme le souligne Marthe. Oui, mais je ne peux m’empêcher de me demander ce que les yeux sont censés voir. Je ne comprends pas.

undefined

« l’Échange » | © F. Beloncle

À cet instant de la pièce (au bout d’un quart d’heure environ), je m’interroge. Où suis-je déjà ? Ah oui, au théâtre ! Je crains que la mise en scène ne m’ait peu à peu décontenancée pour ne pas dire larguée en cours de route. Je m’explique. Je me suis sentie d’emblée surstimulée. Le plateau envoie des tas de signes. Tout d’abord, au fond, un homme joue de la musique à l’aide d’instruments insolites : tubes, tuyauteries, bâtonnets de bambou, et autres feuilles d’aluminium. D’ordinaire, j’aime ce genre de trouvailles. D’autant plus que le musicien, qui est devant moi, ne manque pas de talent et d’imagination. Mais je n’ai pas saisi en quoi ces accompagnements, qui confinent parfois à de véritables intrusions, étaient légitimes. J’ai plutôt eu le sentiment qu’ils venaient surligner des moments d’intensité déjà là, sous nos yeux, en particulier dans les mots que les acteurs s’échangent. Au début, ça agace l’oreille qui aimerait vraiment « recevoir ». À la longue, c’est énervant et je me sens comme « parasitée ». Je ne capte plus.

Le jeu des comédiens m’a également laissée perplexe. Je tire mon chapeau cependant à Cécile Péricone qui joue Lechy. Sa folie, sa prestance, son charisme, s’ils semblent au début de la pièce un peu grotesques, deviennent une vraie proposition. Elle est fascinante, à la fois terrifiante et attirante. Son partenaire, Fred Cacheux (Thomas Pollock Nageoire), l’est également, et il m’a semblé juste. Je n’ai en revanche pas compris le jeu de Julie Brochen (Marthe) et d’Antoine Hamel (son mari). J’ignore pourquoi Marthe ne touche presque jamais Louis, pourquoi lorsqu’elle pleure on ne l’entend pas, pourquoi lorsqu’elle l’aime, on ne le voit pas. Pourquoi crie-t-elle, pourquoi souffre-t-elle sans cesse ? Parce qu’elle est la seule « pure » parmi ces personnages perdus, corrompus ? D’accord, le texte le dit. Mais la mise en scène pourrait le montrer autrement, plus subtilement sans doute. Ici le personnage de Marthe paraît monotone, monocorde, décevant. Sans doute parce que le jeu de Julie Brochen m’a réduite au sort de spectatrice interdite. Dommage.

N’allez pas croire que ce spectacle n’est pas le fruit d’un vrai travail de mise en scène. Ce serait méprise. Du travail, il y en beaucoup, c’est indéniable. Mais il m’a laissé un goût amer d’inachevé, d’incohérence. Cette histoire de la désharmonie des corps et des cœurs manque justement d’harmonie et de tenue. Certains moments sont beaux, de cette beauté qui se passe de glose. Mais ils sont trop rares, noyés dans des scènes hystériques et bruyantes, qui crispent nos sens et oublient tout simplement le public. Ça dégouline, ça sautille, ça bondit, ça crie sur le plateau, sans qu’on ne puisse rien y comprendre. Du coup, le public pouffe, rit, résiste et n’y tient plus, alors qu’il est censé assister à un drame et que le texte voulait s’adresser à son « âme ». L’échange, qu’on a pourtant attendu plus de deux heures, n’a donc pas eu lieu ce soir. 

Maud Sérusclat


L’Échange, de Paul Claudel

Théâtre de l’Aquarium • Cartoucherie • route du Champ-de-Manœuvre • 75012 Paris

01 43 74 72 74

theatredelaquarium@wanadoo.fr

Mise en scène : Julie Brochen

Avec : Julie Brochen, Fred Cacheux, Antoine Hamel, Cécile Péricone

Regard et oreille : Valérie Dréville

Installations sonores et visuelles : Frédéric Le Junter

Création lumière : Olivier Oudiou

Création costumes : Sylvette Dequest

Création maquillage et coiffure : Catherine Nicolas

Direction technique : Dominique Fortin

Constructions et trouvailles : Marc Puttaert

Peintures : Maud Trictin

Régie lumière : Pascal Joris, assisté de Hervé Gajean

Régie plateau : Marc Puttaert

Durée : 2 heures

Théâtre de la Croix-Rousse, scène nationale de Lyon • place Joannès-Ambre • 69317 Lyon cedex 04

www.croix-rousse.com

Billetterie : 04 72 07 49 49

Du 12 au 15 février 2008 à 19 h 30

23 € | 18 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher