Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 23:30

Les éclosions du papier
 

Toujours dans le cadre du Salon d’éveil culturel 0-6 ans, nous continuons nos pérégrinations dans les sphères du livre jeunesse. Bien éloigné de l’adaptation ou de la lecture, le Théâtre « T » s’attache avec poésie, imagination et beauté, au matériau : le papier.

 

Nous attendons hors de la salle de spectacle que les portes s’ouvrent. La comédienne Christine Julien vient à notre rencontre. Elle porte un panier qui contient des petits bouts de papier blanc. Elle en porte un à la bouche et souffle. Il vole délicatement et se pose sur le sol. D’autres souffles, d’autres petits papiers blancs s’envolent, et nous suivons le chemin parsemé de pétales de pivoines.

 

« Même les bouts de papier

Ont une face de pivoine

Cachés dans les feuilles. »

Isaa (poète japonais, 1763-1827)

 

Ce haïku révèle l’existence poétique du papier, personnage principal de la pièce. Feuille blanche, le papier manipulé, malaxé, trituré, travaillé, offre de multiples naissances grâce aux mains de la comédienne. Elle l’imagine, le transforme, le froisse, le déchire, réalise de superbes objets, des êtres animés, des formes qui interpellent l’imagination.

 

La scénographie est épurée, sobre, zen. Une table basse sert de plan de travail pour la transformation du papier et de jeu pour les êtres animés. Cinq panneaux verticaux posés en fond de scène accueillent au fur et à mesure de grandes feuilles blanches de papier lisse, froissé, plié. Le laiteux, la pureté du blanc dégage une douce sérénité. Puis, un jeu de lumière se pose subtilement sur le papier et en révèle une autre face, avec des zones d’ombres légères.

 

Quant à l’histoire annoncée : « une feuille de papier qui nous racontera l’évolution de la vie », elle s’est volatilisée. On pourrait comparer le spectacle à des tours de magie. Notre regard, notre attention finissent par être absorbés par le personnage principal, le papier, et ses multiples naissances. On s’attache au tour de main, à ce qu’il devient et l’on prélève des petites histoires, des fragments, en effaçant, évacuant l’histoire en filigrane de l’évolution de la vie. Il faudrait presque voir le spectacle une deuxième fois, pour que notre attention soit libérée des réalisations à partir du papier, pour ne plus être impressionnés, accaparés, et s’attacher à l’évolution de la vie.

 

L’attention des enfants a été très diversifiée. Sans doute en rapport avec les âges. Le spectacle est programmé dès 1 an. Il est juste de préciser qu’il y a toujours quelque chose à prendre dans ce spectacle, quel que soit l’âge. À la fin, d’autres papiers blancs ont été soufflés devant la scène. Une maman dit à sa fille : « Va chercher un papier, un petit bout du spectacle. »

 

Je nais papier est un très beau spectacle gorgé de poésie sereine, d’images captivantes, d’imagination fertile. 

 

Christine Trolet

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Je nais papier

Théâtre « T » • 65, avenue de Saint-Mandé • 75012 Paris

01 43 43 29 85

association.theatre-t@laposte.net

Conception : Christine Julien et Denis Guivarc’h

Mise en scène : Denis Guivarc’h

Interprétation : Christine Julien

Le 27 janvier 2008 à 11h et 16 h

Centre social et culturel Max-Pol-Fouchet • rue Jean-Jacques-Rousseau • 62680 Méricourt

Programme et réservation : www.tiotloupiot.com

Tous les évènements sont gratuits

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher