Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 13:41

Qu’on se le dise !

 

Il est bien chanceux ce Lucernaire de proposer « Je t’avais dit, tu m’avais dit », un spectacle que tous les théâtres parisiens devraient littéralement s’arracher.

 

Assurément, le support est en or. Jean Tardieu offre, dans ces petites comédies enfilées les unes aux autres, des variations d’une richesse inouïe sur les thèmes du couple et du conformisme. C’est de manière atypique et séduisante qu’il dévoile « l’envers du décor » si bien caché de tous. Parce que l’humour permet toujours de mieux partager les vérités les plus crues…


Ces pièces ne peuvent pas supporter, on s’en doute, la médiocrité. Construites autour de jeux de mots, de dialogues tronqués, de syntaxe affolée, elles ne laissent nulle place à l’erreur. Mal mises en scène ou mal jouées, elles aboutiraient à un brouhaha incompréhensible. Et, en l’occurrence, ce n’est ni l’un ni l’autre. Bien au contraire !


La mise en scène est vivante, pétillante, dynamique, mais ne tombe jamais dans l’exagération. Pleine d’inventivité et d’ingéniosité, il est évident qu’elle regorge de talent.


J’ai particulièrement apprécié les enchaînements entre les saynètes, réalisés par des acteurs toujours dans leur rôle, qui nous font glisser très naturellement de l’une à l’autre. Ils effectuent ouvertement les changements de décor comme de libres aménageurs de leur scène.


tardieu-fw.jpg

« Je t’avais dit, tu m’avais dit »


Le deuxième point fort de ce spectacle est sans conteste ses acteurs, trois hommes et trois femmes qui épousent totalement leur personnage, leur donnant vie de la manière la plus pittoresque qui soit.


Ils débordent littéralement d’énergie et parviennent à soutenir un rythme qui, s’il se ralentit légèrement sur la fin, ne leur laisse pas vraiment de répit. Grâce à une diction travaillée, le texte – malgré sa difficulté et bien qu’énoncé rapidement – apparaît clair comme de l’eau de roche. Ainsi, le casting, globalement exigeant, a permis de trouver des acteurs qui ont une très forte présence sur scène.


Je tirerai aussi un vrai coup de chapeau aux costumes. Sympathiques par leur style, efficaces par la vivacité des couleurs, ils apparaissent comme autant de repères, qui complètent visuellement un texte truffé d’artifices.


En somme, il ne s’agit que de bonheur pendant cette soirée, drôle et tellement vraie. À voir absolument ! 


K. R.

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Voir aussi la critique de Vincent Cambier pour les Trois Coups au Off d’Avignon 2005


Je t’avais dit, tu m’avais dit, de Jean Tardieu

Compagnie Le Septentrion • 142, boulevard Masséna, tour Palerme • 75013 Paris

Mise en scène : Christophe Luthringer

Avec : Évelyne Bork, Laurent Gérard, Marthe Janssen, Carole Massana, Franck Mercadal, Sandrine Molaro, Gilles-Vincent Kapps, Valérie Vogt

Lumière : Jean-Pierre Michel

Scénographie : Barbara de Limburg

Costumes : Barbara de Limburg et Rebecca Bouvier

Musique et sons : Gilles-Vincent Kapps

Lucernaire • 53, rue Notre-Dame-des-Champs • 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

À partir du 21 novembre 2007 à 21 h 30 (relâche le dimanche et le lundi)

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher