Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 00:41

Pour un vrai voyage

 

« Et si l’homme avait été taillé dans une branche de baobab » est une fable, librement inspirée du roman « Désert » de Le Clézio, mais aussi le produit de nombreuses influences. Le Théâtre du Plateau, bien caché au bout d’une impasse, sait qu’il détient un petit bijou qui se mérite…

 

… Eh oui, c’est un endroit dans lequel on n’entre pas « classiquement », en payant sa place et en s’asseyant. Non, là, chacun est reçu, accueilli chaleureusement et placé au sein d’une grande tente, qui tient lieu de décor mais aussi de vaisseau onirique. Au sein de ce vaisseau, on se sent progressivement glisser dans un voyage poétique et fabuleux, d’autant que les acteurs côtoient les spectateurs, et que la scène absorbe la salle.


Le cadre de ce voyage est le sable, apporté en grande quantité pour former une dune. Ses guides sont les sens, tous sollicités, y compris l’odorat et le goût. On y explore les thèmes de l’identité, des origines, de la nécessaire connaissance de l’histoire familiale, de l’immigration, et tout cela à travers un regard africain plein de joie, d’humour, de peur, et de rêve. On navigue au milieu des clins d’œil, des surprises, et on contemple avec plaisir la sagesse qui s’en dégage.


et-si-lhomme-fw.jpg


On n’a pas toujours une idée très claire de l’itinéraire, au sens où l’histoire proprement dite est reléguée à l’arrière-plan des sensations. Du coup, l’enchaînement des « tableaux » n’est pas très naturel, et apparaît un peu décousu. Mais tous ont œuvré à la création d’une atmosphère magique et saisissante, qui donne l’impression d’être véritablement en Afrique, l’espace d’une soirée. Ceci passe notamment par une très bonne exploitation de l’espace, mais aussi par la beauté de la musique et des sons, et par la douce voix de Lalla.


Chacun recevra cette fable à sa manière et à son niveau, y compris les enfants qui pourront aussi s’y amuser, même si la limite d’âge a été fixée à juste titre à 10 ans. Mais l’originalité de ce spectacle est bien de montrer qu’il ne suffit pas, même si c’est essentiel, de savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va… Pour cela, peut-être faut-il aussi sortir du rêve ? 


K. R.

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Et si l’homme avait été taillé dans une branche de baobab, librement inspiré du roman Désert
de Jean-Marie-Gustave Le Clézio

Compagnie La Fabrique des petites utopies • 1, rue des Beaux-Tailleurs • 38000 Grenoble

www.petitesutopies.com

Mise en scène : Bruno Thircuir

Assistante du metteur en scène : Isabelle Gourgues

Avec : Alphonse Atacolodjou, Jean-Luc Moisson, Fine Poaty, Malou Vigier Tegenay, Moussa Sanou, Éric Biston

Décors : François Gourgues

Musique : Philippe Kodeko

Création lumières : André-Paul Venans

Costumes : Béatrice Ribault

Collaboration à la scénographie : Thierry Dufourmantelle

Régie lumière : Lucas Lafont

Administration et production : Céline Rodriguez

Diffusion, production et communication : Emmanuelle Robert

Conception graphique : François Blaire

L’Atelier du plateau • 5, rue du Plateau • 75019 Paris

Métro : Buttes-Chaumont ou Jourdain

Réservations : 01 42 41 28 22

Du 6 au 16 décembre 2007 à 20 heures, sauf les 9, 12 et 16 décembre 2007 à 17 heures, relâche le 10 décembre 2007

12 € | 10 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher