Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 22:07

Exquise « Marquise » !


Par Franck Bortelle

Les Trois Coups.com


Cinq comédiens et un musicien se passent inlassablement le relais d’un texte aux rondeurs enivrantes, au phrasé riche sans être précieux, où s’immisce régulièrement un humour délicat, à l’image de l’ensemble de ce spectacle qui fait rimer élégance et intelligence. L’exquise « Marquise d’O » du poète maudit Kleist, contemporain de Goethe, ainsi revisitée par le génie d’un metteur en scène aussi audacieux que précis, s’avère un enchantement de chaque instant.

Julietta, jeune marquise qu’un veuvage précoce a éloigné des trépidations de l’amour inhérentes à son âge, se retrouve dans l’attente d’un heureux évènement, sans savoir comment. Honnie de sa famille – un père commandant des forces italiennes d’une rigidité marmoréenne et une mère engoncée dans des principes de moralité drastiques –, elle est pourtant l’objet de tous les tourments du comte de F., officier russe, qui ne demande qu’à l’épouser.

La nouvelle de Heinrich von Kleist, poète maudit qui se donna la mort à l’âge de 34 ans suite à une série de malheurs terrestres, dont celui même d’être incompris de son illustre contemporain et compatriote Goethe, possède tous les éléments pour une adaptation, cinématographique ou théâtrale. Rohmer la porta d’ailleurs à l’écran il y a une trentaine d’années. Dans sa mise en scène, Lukas Hemleb prend le parti de rester le plus proche possible du texte, très narratif, sans y ajouter pléthore de dialogues. Pour du théâtre, ce n’est plus du parti pris, ça relève de la gageure. Douce litote de dire qu’elle est relevée.

la-marquise-do-bellamy-fw.jpg

© Bellamy

Cinq comédiens vont durant près de deux heures jouer un personnage et être les narrateurs, tantôt des faits de celui-ci, tantôt de ceux de leurs partenaires. Plutôt casse-gueule, comme procédé. C’est pourtant un des éléments qui donne un véritable relief à la pièce, une belle énergie, sans jamais créer une sensation de distanciation par rapport à l’intrigue. Bien au contraire, car les phases narratives où le je est proscrit sont assorties de quelques bribes de dialogue en temps réel.

Mais tout cela ne suffirait pas à opérer le miracle auquel on assiste. La totale réussite de ce spectacle tient également bien sûr à la richesse de son texte. Les tirades longues sans être interminables, riches sans être précieuses, déferlent en un flot discontinu dans la bouche des comédiens, qui se passent le relais parfois à l’intérieur d’une même phrase. C’est un véritable tourbillon que font souffler ces cinq comédiens exceptionnels, accompagnés discrètement mais efficacement d’un pianiste virtuose et parfois espiègle. Car n’oublions pas de préciser qu’un souffle d’humour cocasse et délicat vient régulièrement rafraîchir les braises incandescentes de ce mélodrame élégant.

Élégance. Probablement le maître mot pour décrire ce spectacle, où les déplacements se font chorégraphies, où les changements de lieu sont suggérés par le déplacement d’une immense toile blanche portée par un cube, écrin de tout ce drame intime et social, ou soulignés d’un rapide changement d’éclairage. L’équilibre ainsi réalisé entre matière concrète du propos et quasi-apesanteur de la mise en scène est parfait, car c’est le texte, véritable brûlot contre la cruauté familiale et sociale et pamphlet anticonformiste, qui en sort le grand vainqueur, sublimé par ce travail époustouflant d’une équipe au sommet de son art. 

Franck Bortelle


La Marquise d’O., de Heinrich von Kleist

Mise en scène : Lukas Hemleb

Assistante à la mise en scène : Leslie Six

Avec : Lucas Anglarès, Francine Bergé, Simon Eine, Cécile Garcia-Fogel, Brontis Jodorowsky, et le pianiste Stéphanos Thomopoulos

Scénographie : Lucio Fanti

Lumière : Lukas Hemleb

Réalisation costumes : Sylvette Dequest

Maquillages et coiffures : Cathy Dupont

Théâtre Gérard-Philipe • 59, boulevard Jules-Guesde • 93207 Saint-Denis

Réservations : 01 48 13 70 10

Du 21 novembre au 16 décembre 2007

Du mercredi au samedi à 20 h 30, le mardi à 19 h 30, le dimanche à 16 h

Durée : 1 h 50

20 € | 15 € | 13 € | 11 € | 10 € | 6 € 

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher