Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 21:40

« Veillons et armons-nous en pensée »

 

Théâtre national de Chaillot • 1, place du Trocadéro • 75116 Paris

Studio du 8 novembre au 15 décembre 2007 à 20 h 30

 

À partir des textes le Messager hessois de Georg Büchner, le Manifeste du parti communiste de Karl Marx et Friedrich Engels, le Manifeste de Bertolt Brecht

Textes de l’AGCS et chansons

Chefs de troupe, Jean-Louis Hourdin, François Chattot

Avec : François Chattot, Jean-Louis Hourdin

Lumière : Gérard Bonnaud

Sculptures : Anne Leray

Peintures : Catherine Rankl

Chansons : Michel Musseau

Régie générale : Jean-Pierre Dos

Photo affiche : © Didier Goudal

 

veillons-fw.jpgDes vitamines pour résister

Que reste-t-il quand tout s’est effondré ? Que reste-t-il des utopies quand ce mot n’est plus désormais qu’un gros mot ? « Le monde est foutu, la vie est intacte », clament en chœur Jean-Louis Hourdin et François Chattot. Ces deux gaillards du théâtre n’entendent pas baisser les bras. Tout se brouille ? On n’y voit plus clair ? Et pas le moindre discours consolateur à l’horizon ? Tant mieux, semblent-ils nous dire, c’est le moment de réfléchir et même, osons-le, de penser. Il ne s’agit pas de faire la révolution, mais de s’interroger, de partager et, au fond, d’ouvrir les yeux sur la réalité qui nous entoure.

 

Pour cela quelques auteurs choisis ont été convoqués. Ils s’appellent Büchner, Marx, Engels, Brecht… Loin d’être démodés, ces écrivains ont au contraire encore beaucoup à nous apprendre quand le monde se transforme de plus en plus vite comme c’est le cas aujourd’hui. Car sur fond de catastrophe, le discours ambiant en revient toujours à la dédramatisation comme si tout ce qui arrive était normal, pas si grave, ne serait-ce que pour cette simple raison que « cela arrive ». Alors, comparée à cela, l’injonction de Georg Büchner en 1834 dans le Messager hessois, « veillez et armez-vous en pensée », l’effort acharné de Marx et Engels pour analyser les forces à l’œuvre dans les processus historiques afin de favoriser la libération de tous les êtres humains, le théâtre engagé de Bertolt Brecht qui ne se satisfait jamais de réponses faciles, sont autant de figures, de modèles de pensée comme de résistance. Au premier abord, tout cela paraît bien sérieux, terrible, inquiétant – et pour de bonnes raisons. Certes, mais quand ce sont des personnages de la trempe de Jean-Louis Hourdin et François Chattot qui s’en emparent, les choses ne sont jamais tristes. Il ne saurait être question ici de s’apitoyer. Au contraire, les deux hommes insufflent une dose indispensable d’humour, de joie et de plaisir dans cette affaire, faisant de ce spectacle tonique un merveilleux stimulant.

Hugues Le Tanneur

 

Recueilli par

Les Trois Coups


Théâtre national de Chaillot • 1, place du Trocadéro • 75116 Paris

Adresse postale : BP 1007-16 • 75761 Paris cedex 16

Studio du 8 novembre au 15 décembre 2007 à 20 h 30

Dimanche à 15 h, relâche lundi

Renseignements|réservations : 01 53 65 30 00

www.theatre-chaillot.fr

Tarifs : 27,5 € plein tarif, 21 € tarif réduit, 16 € tarif jeune

Métro : Trocadéro, lignes 6 et 9

Autobus : lignes 22 - 30 - 32 - 63 - 72 - 82

01 53 65 30 01 (groupes)

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher