Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 23:26

Guitares part(ie)s

 

Schling schling, schlang schlang… Tout ce que vous avez toujours rêvé de faire avec une guitare sans jamais oser. C’est en résumé le programme que propose le collectif Yes Igor avec cette nouvelle création, qui fait suite au très séduisant « Tombeau de Spike Jones » (2005).

 

Tout est parti d’une réflexion de l’équipe sur le fantasme de la guitare, emblème historique du rock et instrument successivement démantibulé, fracassé, brûlé, et on en passe par ceux que l’on nommera très vite les « guitar heroes ».


Ici, on ne verra point de guitares mises en vrac. On a plutôt l’impression d’entrer dans un laboratoire, où la guitare est soumise aux expériences des quelques savants fous – c’est-à-dire à l’imagination débridée – que sont Pierre Lachaud, Dominique Pichon, Bruno Lahontâa, Isabelle Jelen et M. Gadou. Dévoiler le contenu de ces expériences serait criminel, tant l’un des principaux ressorts du spectacle est la surprise et l’incongru, la propension du spectateur à se demander, au choix : « qu’est-ce qu’ils vont bien encore trouver ? » ou « jusqu’où vont-ils aller ? ». Tout au plus mentionnera-t-on ici un medley d’introduction des grands morceaux de l’histoire du rock joué avec des gants de boxe, des guitares balançoires ou encore une variation sur le potentiel érotico-sado-masochiste de l’instrument aussi inattendue qu’à pleurer de rire.


guitare-nb-fw.jpg


La performance tient aussi au détournement de l’objet, utilisé dans toutes ses configurations, et surtout celles auxquelles on le destinerait pas de prime abord, comme l’invention de cette guitare percussive dont le duo Lachaud / Pichon tire une symphonie surprenante.


Le spectacle tire par ailleurs sa force de cette manière qu’ont les artistes de « ne pas y toucher ». Tout est exécuté avec un flegme très scientifique et un détachement qui, en évitant toute surenchère dans le jeu et le comique de situations, accentue encore l’impression de décalage et ce quelque chose d’un humour so british, dans la lignée des meilleures moments du mythique Monthy Python Flying Circus.


Loin de se présenter comme un défouloir ou une parodie des attitudes catalogables chez les rock stars, le spectacle est avant tout un hommage très personnel, et convaincant, à cet instrument.


Ni tout à fait concert ni complètement performance, assurément spectacle vivant, Yes Igor contre la guitare ressemble à son collectif de créateurs : inventif, surprenant, drôle, peu conventionnel. Et ils ne vont pas s’arrêter là. Conçu comme une véritable expérimentation scénique visuelle et sonore au long cours, cette première sortie publique sera suivie de deux autres « rounds » en clôture de résidences, le premier au T.N.T.-Manufacture de chaussures le 14 décembre 2007, le second au Carré des Jalles le 14 février 2008. On s’en frotte déjà les mains, et eux les cordes. 


Xavier Quéron

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Yes Igor contre la guitare

Avec : Pierre Lachaud, Dominique Pichon, Bruno Lahontâa, Isabelle Jelen et M. Gadou

Le Molière, scène d’Aquitaine • 33, rue du Temple • 33000 Bordeaux

05 56 01 45 66

http://www.oara.fr

oara@oara.aquitaine.fr

Le mercredi 31 octobre 2007 à 18 h 30

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher