Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 20:52

Et Dieu dansa avec le diable

 

« Feu d’enfer » est une création d’Yves Charreton d’après la biographie de Jerry Lee Lewis – pionnier du rock né en Louisiane en 1937 –, « Hellfire », écrite par Nick Tosches. Il s’agit d’une coproduction Fenil hirsute et le Théâtre Les Ateliers.

 

Jerry Lee Lewis est né au cœur d’une famille de chrétiens de l’Église de l’Assemblée de Dieu (église américaine issue du protestantisme), croyants pratiquant la transe au travers des chants, des prêches et du parler en langue spirituelle. Marqué de cette idée d’un Dieu tout-puissant et d’un diable tout aussi puissant, il n’aura de cesse sa vie durant de passer d’un monde à l’autre sans trouver sa place.


La création de lumières, de sons, d’espaces, de super-huit, le jeu des acteurs nous accompagnent à la rencontre de l’univers de Jerry Lee Lewis. Personnage haut en couleur, il découvre Dieu en famille et transgresse les lois de cette religion, trop étouffante pour lui, dans les bouges nègres, où il découvre le blues. Il connaîtra tout les excès : l’alcool, le tabac, les pilules, les colères, la bigamie, les mariages et divorces multiples. Nous sommes là dans un spectacle vivant, où le temps de narration est au passé et le ton celui d’un prêche.


feudenfer-fw.jpg


La scénographie nous emmène d’un univers à un autre avec élégance et sobriété. Le décor composé de quatre panneaux mobiles en tous sens, les écrans éphémères permettant la projection des images nous donnent à voir une circulation aisée dans les différents lieux de vie de Jerry Lee Lewis. Les nombreux costumes nous aident à voir défiler le temps sans lourdeur. Les compositions musicales et le chant, véritables respirations, aiguisent notre ouïe à l’écoute des silences et des cris.


Le jeu des comédiens est intéressant. L’opposition faite d’une part par la souplesse des corps pour évoquer l’univers profane, d’autre part par la raideur pour les pratiquants du culte de l’Assemblée de Dieu, le tout relayé par les costumes, nous permet aussi de ne pas perdre le fil de cette biographie vivante. Le phrasé des comédiens, qui rappelle le prêche tout en étant saccadé comme une musique, est pourtant un peu difficile à suivre par moments. Alors, lorsque le texte est très dense, bercée par la musique des mots, j’ai parfois, je l’avoue, décroché un instant. 


Esther Mano

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Feu d’enfer, d’après Hellfire de Nick Tosches

Traduit de l’anglais par Jean-Marc Mandosio

Adaptation et mise en scène : Yves Charreton

Avec : Stéphane Bernard, Yves Charreton, Anne Ferret, Douce Mirabaud

Composition musicale et chant : Éric Allombert

Scénographie et lumières, régie plateau : Seymour Laval

Costumes, bruitages, habillage en jeu : Catherine Delmond

Univers sonore : Éric Dupré

Régie lumières : Jean-Louis Delorme

Réalisation des films : Véronique Bettencourt

Avec les images filmées de Valentine Bremeersch, Sarah Théodon et Marie Lavaux dans le rôle de Myra Gale

Regard extérieur : Catherine Marion

Construction de décors : Gabriel Guénot

Mention obligatoire : Florence Lavaux

Diffusion : Emmanuelle Gourvitch

06 84 33 94 74

cie@fenilhirsute.com

Théâtre Les Ateliers • 5, rue du Petit-David • Lyon

04 78 37 46 30 | télécopie : 04 72 41 93 02

contact@theatrelesateliers-lyon.com

www.theatrelesateliers-lyon.com

Du 12 au 25 octobre 2007 à 19 h 30 ou 21 heures

Réservations au 04 78 37 46 30 ou à l’accueil du Théâtre Les Ateliers

20 € | 18 € | 14 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher