Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 19:29

Ode à la parole

 

Le récital commence par un fredonnement, et la première question est posée : qui sommes-nous ? De-ci, de-là, partent en une fragmentation, en un zapping, les textes de ce récital. La parole se libère sous des formes de poésie, de slam, de chanson, de récit et évoque l’enfermement et ses questionnements. Ce récital morcelé est une ode à la parole. Tout a démarré en l’année 2005, avec un atelier d’écriture mené par Hervé Leroy avec dix détenus de la maison d’arrêt de Valenciennes. Martine Delannoy s’est occupée de la mise en voix, en espace. Des mots, des douleurs, des souffrances, des espoirs, des rêves sont écrits par les détenus, dont fait partie François Marmignon. François a une parole forte et entière. Martine et Hervé les ont écoutés, ont reçu ces paroles venues des tripes, les ont ressenties.

 

Ce vendredi 5 octobre 2007 au soir, dans la salle Aragon de la ville d’Avion, Martine, Hervé et François – maintenant sorti de prison – nous parlent de ce qui les a traversés à cette époque. François, détenu, ex-détenu, joue son propre vécu, ses textes, évoque ses sentiments, la difficulté de vivre l’enfermement, sa peur, sa solitude, la déshumanisation du lieu, l’absence d’aide à s’en sortir, ses rêves, ses espoirs et enfin la sortie… dans cet autre enfermement qu’est le monde de la consommation, où l’argent est le maître des libertés.


On est ému devant François, qui nous livre ce qu’il a sur son cœur de détenu, d’ex-détenu. Pour Hervé et Martine, on cherche les personnages, on se demande, mais quels rôles jouent-ils ? Et puis, on comprend qu’il ne faut pas s’attarder là-dessus, que c’est la parole qu’il faut écouter, leur parole, la parole du je. Une parole d’intervenants en milieu carcéral, qui nous donne à entendre leurs interrogations, leurs incertitudes, leurs observations de cette confrontation au milieu pénitencier. Martine et Hervé s’interrogent, nous interrogent, portent nos interrogations. Sommes-nous infaillibles ? Pour ou contre la peine de mort ? Surviennent aussi une lecture de faits divers, une chanson de Jacques Brel, Vivre debout, un texte de Martine, « Je n’ai pas su quoi dire », un texte écrit pour Amnesty international, un tango argentin… Il y a beaucoup à écouter. C’est un spectacle à entendre, où le vécu s’exprime dans une poésie posée au bord des lèvres, accompagnée à la batterie et à la contrebasse par Bara Favaloson.


Dans un échange avec le public, après le spectacle, Henri ajoute : « Je me suis rendu compte que les frontières sont fragiles. On peut facilement se retrouver de l’autre côté. Les surveillants vivent aussi cet enfermement. »


L’homme est décidément un être bien fragile, pense-t-on à la suite du spectacle. Il était bon de nous le rappeler par ces paroles vécues, soutenues au travers d’un je(u) singulier. On espère que cette pièce trouvera un écho sur les ondes radiophoniques, ces paroles y trouveraient sans aucun doute toute leur place. 


Christine Trolet

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


L’Homme en je

Cie de l’Interlock

03 20 78 27 73 | 06 87 04 80 11

ciedelinterlock@orange.fr

Conception : Martine Delannoy

Écriture et interprétation : Martine Delannoy, Hervé Leroy, François Marmignon

Contrebasse et batterie : Bara Ravaloson

Lumière : Gregory Ceugnart

Avec la complicité artistique de Serge Ternisien, Farid’O et David Conti

Diffusion : Sophie Rhaza

Durée du spectacle : 50 minutes

Drama Makina Produktions est producteur délégué de ce spectacle. Il est coproduit par la Maison Folie de Wazemmes, la Communauté d’agglomération Valenciennes Métropole et le CER des Cheminots du Nord-Pas-de-Calais. Il est également soutenu par l’association du Printemps culturel et le Service pénitentiaire d’insertion et de probation du Nord.

L’Homme en je bénéficie du label « aide à la diffusion » attribué par le conseil général du Nord. La demande de label auprès du conseil général du Pas-de-Calais est en cours.

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher