Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 00:16

Scène nationale de Cavaillon,

janvier 2008 à juin 2008

 

Vendredi 11 janvier 2008 à 19 heures

Théâtre

 

Philippe Dorin | Sylviane Fortuny

L’hiver, quatre chiens mordent mes pieds et mes mains

Coproduction, résidence et création au théâtre

En famille dès 8 ans

 

Le rapport aux saisons passe d’abord par le rapport à la terre, aux paysages et aux éléments. Nous avons toujours commencé notre travail par poser des choses sur le sol, à la manière des paysans. Le choix des saisons est une volonté de s’inspirer directement de la nature et de se confronter à elle pour composer l’espace et la matière d’un spectacle.

 

Ensuite viennent les gens qui façonnent les paysages, rythmant par leur travail et leur oisiveté le cours des saisons. Nous voulons réunir cinq personnes sur scène à l’occasion de ce travail : 1º. Un homme, une femme. Lui joue un peu de musique sur un ukulélé, elle est une artiste de cirque venue de l’Est. A priori, ils forment un drôle de couple. 2º. Deux enfants. Le choix d’intégrer deux enfants à cette création, c’est une façon pour nous de les mettre aux « premières loges » de notre travail, d’en faire sur scène les premiers témoins du spectacle auprès du public, et dans le spectacle des personnages qui soient les premiers spectateurs des adultes. 3º. Et un inconnu.

Philippe Dorin et Sylviane Fortuny

 

Séances scolaires :

– jeudi 10 janvier 2008 à 10 heures et 14 heures ;

– vendredi 11 janvier 2008 à 14 heures.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Mercredi 10, jeudi 11 et vendredi 12 janvier 2008

à 20 h 30

Théâtre des Doms à Avignon

 

Ivan Viripaev | Galin Stoev

Oxygène

En partenariat avec le Théâtre des Doms à Avignon- Nomade(s)

 

Oxygène est structuré en dix compositions musicales, interprétées par trois acteurs et un DJ. Chacune porte un titre : Danses, Sacha aime Sacha, Non et oui, le Rhum moscovite, le Monde arabe, Comme sans sentiments, Amnésie, les Perles, Pour l’essentiel, Un casque sur la tête. Chaque couplet est précédé d’une thèse, une citation des Dix Commandements, tournée, retournée et détournée par la suite à la lumière des derniers évènements de l’Histoire mondiale par deux personnages qui se confrontent et tentent d’articuler leurs différences profondes à travers les grands évènements d’aujourd’hui : le 11‑Septembre, l’opposition arabo-israélienne, le terrorisme, le globalisme, mais aussi dans leurs rapports à l’amour, à la vérité, à la conscience…

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Jeudi 17 janvier 2008 à 19 heures

Théâtre

 

Joël Pommerat

Le Petit Chaperon rouge

En famille dès 7 ans

 

Je voudrais écrire ma propre version de l’histoire, rendre simplement les différentes étapes du parcours de cette petite fille dans la campagne, qui part de chez sa mère pour se rendre chez sa grand-mère et qui rencontre un loup. Rendre ces personnages et ces moments dans leur plus grande simplicité et vérité. Avec beaucoup de concret.

 

Le rapport à la nature ainsi qu’à l’animalité voire la bestialité me paraît essentielle. La nature et l’animal dans ce qu’ils ont de dangereux, de mystérieux et d’imprévisible, mais aussi dans ce qu’ils ont de beau et de merveilleux, d’envoûtant et désirable, c’est ce que je voudrais faire ressortir.

 

Le rapport à la peur est primordial dans ce conte, et en général dans la vie d’un enfant. Selon moi, aborder la question de la peur avec les enfants, c’est aborder aussi l’autre versant de cette émotion qui est le désir.

Joël Pommerat

 

Le Petit Chaperon rouge, de Joël Pommerat est publié aux éditions Actes Sud-Papiers

 

Séances scolaires :

– lundi 14 janvier 2008 à 14 heures ;

– mardi 15 janvier 2008 à 10 heures et 14 heures ;

– jeudi 17 janvier 2008 à 14 heures.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Lundi 21 et mardi 22 janvier 2008

à 19 heures et 20 h 30

Théâtre

 

Maria Soudaïeva | Antoine Volodine | Hélène Cathala

Slogans

 

Slogans est un livre étrange, extraordinaire. Il l’est par son contenu : il décrit un univers de guerre totale où l’humain n’existe plus, sinon sous forme de traces, et où les acteurs – les actrices, plutôt, car ce sont surtout des créatures féminines qui apparaissent et vocifèrent – semblent appartenir à d’autres espèces dominantes que l’Homo sapiens. Il est également extraordinaire par sa forme : une suite d’instructions et de mots d’ordre qui décrivent, sans autre technique narrative que leur alignement et leur brutalité, le chaos et les souffrances, les espoirs lointains, le tourbillon apocalyptique, l’embrasement suicidaire d’une planète entière. C’est une fiction magnifique, qui se situe à l’écart des traditions romanesques les plus courantes, et, si la poésie n’avait pas aujourd’hui si mauvaise presse, on aimerait évoquer là une sorte de long poème…

Antoine Volodine, le traducteur de Slogans

 

Slogans est publié aux éditions de l’Olivier

 

Matinée scolaire :

– mardi 22 janvier 2008 à 14 heures.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Du mercredi 23 au jeudi 31 janvier 2008 à 20 h 30

dans les villes et villages Nomade(s)

Création

 

Serge Valletti

Christian Mazzuchini

Jésus de Marseille

 

« C’est Christian Mazzuchini qui va jouer Jésus.

Il va se laisser pousser la barbe sinon ça ne sera pas réaliste ! On a fait des essais et sur les photos, c’est très réussi ! On dirait carrément un vrai Jésus ! On a fait aussi des essais pour le crucifier, mais il n’a pas tenu plus de cinq minutes ! Remarquez, comme le spectacle c’est l’année prochaine, il aura le temps de s’entraîner ! Déjà, il a pris des cours d’acupuncture, et le professeur a dit qu’il pouvait peut-être dans six mois tenir huit heures ! On a été très contents ! Parce qu’on ne prévoit pas de faire un spectacle de plus de sept heures ! »

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Vendredi 1er février 2008 à 21 heures

Théâtre

 

Arno, en concert

Jus de box

En partenariat avec le Grenier à sons

 

Belge, il est connu pour sa voix brisée à la Tom Waits et ses textes touchants, parfois empreints de naïveté. Chantant en anglais, en néerlandais et en français il a fait de nombreux tubes (Putain, putain, Bathroom Singer, Elle adore le Noir, les Yeux de ma mère, Je veux nager, Chic et pas cher).

 

Abandonnant un peu l’anglais au cours du temps, sa musique reste un vaste mélange, l’accordéon y côtoyant la guitare électrique. C’est sur scène qu’il prend sa vraie mesure comme en témoigne ses deux livres En concert et Live in Brussels, sorti en 2005. En 2006, il a tenu le rôle principal de Komma, un film de Martine Doyen. Il enregistre un nouvel album, Jus de box, sorti en janvier 2007.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Lundi 4 et mardi 5 février 2008

à 19 heures et 20 h 30

Théâtre

 

Fatou Traoré | Sung Yon Lee

& ou regarder d’ailleurs

Installation/performance pour une danseuse et une calligraphe

Coproduction, résidence et création au théâtre

 

& ou regarder d’ailleurs est une installation/performance interactive à la frontière de la danse et des arts plastiques ; c’est aussi la rencontre entre deux femmes : l’une peintre et calligraphe, l’autre danseuse et chorégraphe. Ce qui les lie, c’est leur sensibilité commune pour l’art du geste spontané.

 

Dans un espace totalement ensablé où la frontière avec le public est invisible ; une table, un écran et ces deux femmes en dialogue. La table à partir de laquelle la peintre/calligraphe agit est le lieu de réflexion et de projection de sa pensée ; l’écran est le support sur lequel sont projetées ses fulgurances picturales ; l’espace entre les deux et l’espace à l’arrière-plan de l’écran sont investis par la chorégraphe/danseuse et cernés par la présence du public. Le spectateur circule, visiteur ou habitant, dans cet espace qui lui donne la liberté du choix de sa posture.

 

Matinée scolaire :

– mardi 5 février 2008 à 14 heures.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Jeudi 21 et vendredi 22 février 2008

à 19 heures et 20 h 30

Théâtre

 

Mathurin Bolze

Tangentes

En partenariat avec les Hivernales d’Avignon

 

Mathurin Bolze est un homme volant, trampoliniste, issu du collectif de cirque Anomalie. Avec d’autres artistes, circassiens et musiciens, il a élaboré un spectacle très poétique pour tenter de rendre visible nos aspirations incessantes, douloureuses et indicibles à vouloir être ensemble dans l’altérité, d’après notamment des textes de Imre Kertész, Jorge Semprun, ou Robert Antelme. Un rapport au monde où tout pousse à courir, où certains décident que d’autres courront plus ou moins vite. Il y a celui qui décide de l’acharnement nécessaire, celui qui fait tourner la roue et celui qui tente de rester dedans. Un spectacle d’images bouleversant d’humanité.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Lundi 26 février 2008 à 20 h 30

Théâtre

 

Gildas Milin

Machine sans cible

Coproduction et création

 

Un homme a l’intention d’écrire sur l’amour et l’intelligence. Pour se donner des outils de travail, il convie quelques amis et connaissances à une séance d’enregistrement. Chacun se livre à l’exercice difficile, intime, de dire ce qu’il pense être l’amour, l’intelligence.

 

Existe-t-il des ponts entre les deux ? Il propose une expérience concrète sur l’amour à partir d’une expérience scientifique basée sur la théorie de l’empreinte de Konrad Lorenz. Il introduit dans le groupe un « générateur numérique aléatoire ». C’est un robot, dont les déplacements, les mouvements et rotations répondent à la transcription de chiffres tombés au « hasard ». Il a été conçu pour vérifier l’influence de certains médiums sur sa trajectoire a priori chaotique. Par blague, autant que par curiosité, le groupe fait l’expérience d’envoyer des messages mentaux d’amour au robot pour voir si l’amour influe ou non sur sa trajectoire. Au cours de l’expérience, le comportement des êtres humains s’avère au moins aussi chaotique et irrationnel que celui de la machine.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Vendredi 29 février et samedi 1er mars 2008

à 19 heures et 20 h 30

Théâtre

 

Jean Lambert-wild | Dgiz | Jérôme Thomas

Le Malheur de Job

Coproduction et création

En compagnonnage avec Les Amis du théâtre populaire d’Avignon

 

Si nous étions archéologues ou antiquaires, nous tenterions peut-être une reconstitution de ce medium. Mais là où la musique contribuait à favoriser son écoute, là où la versification aidait à la compréhension et à la mémorisation, n’y aurait-il pas le risque d’en rajouter dans l’étrange et l’abscons ? Or, le principe du parlé-chanté était familier aux hommes de l’Antiquité, et c’était justement grâce à lui que l’œuvre pouvait se répandre, devenir familière à tous.

 

Il s’agit donc pour nous, non de reconstituer, mais de réinventer cette dimension. Pour cela, il nous faut passer par une forme d’expression qui ne soit pas semblable mais analogue, donc à la fois populaire et savante, et qui puisse naviguer sur des émotions rythmiques et musicales.

Frédéric Révérend, un comédien

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Vendredi 7 mars 2008 à 20 h 30

Théâtre

 

Claire Diterzi

Tableau de chasse

Coproduction, résidence musiques actuelles et création

En partenariat avec le Grenier à sons

 

J’ai composé dix chansons à partir de dix œuvres d’art. Que ce soit chez Fragonard, Toulouse-Lautrec, Allen Jones, Rodin, Doris Salcedo, Van Eyck, Lucian Freud ou encore Turner, le choix des œuvres et la traduction musicale qui en découle témoignent avant tout de mon sujet préféré : la femme. La sensualité, les désirs, le couple, l’âge, la famille, la solitude, la liberté, la cupidité…

 

Dans la vérité crue des chairs à l’huile, en bronze, en latex ou en marbre, j’ai conçu ce répertoire aux parfums de chasse à courre électro, sans jamais le dissocier de son habillage scénique : une scénographie sobre laissant la part belle à des projections vidéo qui dévoileront, d’une part, les œuvres magistrales (parfois réinterprétées) qui m’ont inspirée, et attesteront, d’autre part, dans un langage plus drôle et plus intime, la gestation de cette création au quotidien…

Claire Diterzi

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Du lundi 10 mars au samedi 15 mars 2008 à 20 h 30,

dans les villes et villages Nomade(s)

 

Olivier Messiaen | Raoul Lay | Ensemble Télémaque

Invitation au concert

Coproduction et création Nomade(s)

En partenariat avec le Département de Vaucluse

 

L’ensemble Télémaque

Basé à Marseille, sous la direction de Raoul Lay, L’ensemble Télémaque est avant tout résolument tourné vers les musiques de notre temps. Depuis sa fondation, il constitue un espace privilégié pour la création musicale. Sa trajectoire le conduit également à porter des rencontres transversales de haut niveau dans le spectacle vivant. Du concert à la performance, Télémaque joue au service des compositeurs et s’investit dans tous les croisements imaginables avec la danse, le cirque et le théâtre contemporains.

 

L’Invitation au concert est une manière de se plonger avec délice dans l’univers d’un compositeur de premier plan. En éteignant peu à peu la lumière de la salle, en commençant par une parole simple et accessible, qui laisse peu à peu la place à la musique jusqu’au silence… De l’agora au concert, l’Invitation permet de se rapprocher des œuvres comme si le musée devenait soudain vivant, comme si le monde réputé impénétrable de la musique était désormais un objet que l’on peut caresser de la main.

 

Programme :

Claude Debussy, Images : reflets dans l’eau pour piano

Olivier Messiaen, le Merle noir pour flûte et piano

Claude Debussy, Syrinx pour flûte solo

Olivier Messiaen, Quatuor pour la fin du temps pour clarinette, violon violoncelle et piano (extraits)

Pierre Boulez, Dérive pour flûte, clarinette, piano, vibraphone, violon et violoncelle

Jean-Luc Hervé, Création pour clarinette, violon, violoncelle et piano

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Lundi 17 et mardi 18 mars 2008

à 19 heures et 20 h 30

Théâtre

 

Joël Pommerat

Cet enfant

 

Une première version de ce projet a tourné en janvier 2003, sous le titre Qu’est-ce qu’on a fait ?, dans une dizaine de centres socioculturels de l’agglomération de Caen. Avec des moyens de diffusion rudimentaires, ce moment de représentation servait de point de départ à un débat et par la suite à un travail de réflexion entre familles et travailleurs sociaux.

 

Aujourd’hui, nous pensons que ce qui s’est déroulé alors à l’état brut mérite d’être repris et prolongé, avec le vœu de donner une vraie dimension scénique à ce texte : pousser plus loin l’incarnation – le travail de fond que nous menons sur le jeu, sur les présences au plateau – et approfondir la réalisation d’ensemble – lumières, sons, scénographie, costumes, lien des séquences entre elles. Nous poursuivons l’idée que les situations de Cet enfant peuvent être amenées à plus d’existence et plus d’ampleur que quand nous les avions abordées alors. C’est une vraie re-création avec tout ce que cela comporte comme changements et nécessités nouvelles dans cet autre contexte de diffusion.

Marie Piemontese,

comédienne de la Compagnie Louis-Brouillard

 

Cet enfant a reçu le prix du Syndicat professionnel de la critique pour la meilleure création en langue française 2006.

Le texte de Cet enfant est édité chez Actes Sud-Papiers avec D’une seule main.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Vendredi 21 mars 2008 à 20 h 30

Théâtre

 

Johanne Saunier

Erase-E(X) parties 1-2-3-4-5-6

 

Inspiré du tableau Erased, où l’artiste Robert Rauschenberg effaçait un tableau de Willem De Kooning et en cela se le réappropriait, Joji Inc a imaginé ERASE-E(X), une pièce relais où chaque chorégraphe efface et re-crée la pièce du précédent.

 

L’effacement se fait sur scène. Il n’est pas une négation mais une réécriture, où chaque artiste se plonge dans un univers étranger, l’absorbe, le soustrait, l’additionne, le travaille jusqu’à pouvoir s’y identifier.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Du mardi 25 mars au jeudi 4 avril 2008 à 20 h 30,

dans les villes et villages Nomade(s)

 

Marie Balmary | François Rancillac

Cherchez la faute !

Librement inspirée de la Divine Origine, de Marie Balmary

 

Lue ou pas lue, tout le monde connaît l’histoire : malgré l’expresse recommandation du divin jardinier, Adam et Ève osent manger de l’arbre interdit ! Chassés du paradis terrestre, ils sont condamnés pour des siècles et des siècles à la douleur, au dur labeur et à la mort… En quelques pages, tout est dit de ce qui fonde à jamais notre bonne et vieille civilisation judéo-chrétienne : au début était le péché, la honte, la punition… Amen ?

 

Et si on rouvrait les annales de ce premier procès de l’humanité ? Et si on refaisait l’enquête ? De quoi nos ancêtres ont-ils été coupables ? Quelle est vraiment leur faute ? Y a-t-il des mobiles ? Des circonstances atténuantes ?

François Rancillac,

directeur de la Comédie de Saint-Étienne

 

La Divine Origine est publiée aux éditions Grasset & Fasquelle | Le Livre de poche

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Samedi 29 mars 2008 à 20 h 30

Théâtre

 

Gérard Mordillat | Julien Bouffier

Les Vivants et les Morts

Coproduction et création

 

Raussel est une petite ville de l’est de la France, qui n’existe qu’à travers son usine, la Kos. Tout le monde ou presque y travaille depuis plusieurs générations. Rudi et Dallas sont un couple parmi d’autres, jeunes mariés, jeunes parents. Ils n’ont pas forcément les mêmes horaires, les mêmes aspirations, mais parviennent à se retrouver dans leur nouvelle maison construite grâce aux prêts bancaires et aux aides familiales. Rien que la routine, le petit bonheur, les copains-copines avec qui on échange tout, les confidences et les vapeurs d’alcool.

 

Jusqu’au jour où l’usine ferme. Les choses se passeront en deux temps : une grosse vague de licenciements qui frappe les vieux et les jeunes, suivie d’une fermeture définitive laissant tout le monde sur le carreau et Raussel totalement exsangue.

 

Les Vivants et les Morts est publié aux éditions Calmann-Lévy

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Mardi 1er avril 2008 à 20 h 30

Théâtre

 

Robyn Orlin | Swankas

Dressed to Kill… Killed to Dress…

Création

 

Swanka vient du mot anglais swank, qui signifie « en mettre plein la vue ». Les Swankas sont des ouvriers zoulous qui se retrouvent tous les samedis soir dans les sous-sols d’un immeuble de Johannesburg pour faire assaut d’élégance devant un jury spécialement réuni pour l’occasion. Dans une gestuelle lente, expressive, quasi chorégraphique, les concurrents dévoilent les différents éléments de leur tenue vestimentaire.

 

Bien plus qu’un défilé de mode, c’est pour eux une façon d’affirmer leur fierté. Ouvriers du bâtiment, mineurs ou agents de sécurité pendant la semaine, ils expriment ainsi leur personnalité profonde faite de respect et de tempérance. Se mettre en valeur permet de retrouver sa dignité. Il faut compter aussi sur cette recherche de raffinement qui unit tous les Swankas et leur donne un sentiment d’appartenance et d’identité.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Du jeudi 17 au samedi 19 avril 2008 à 20 h 30

Théâtre des Halles à Avignon

Nomade(s)

 

Laurence Vielle | Claude Guerre

La Récréation du monde

Coproduction en partenariat avec le Théâtre des Halles à Avignon

 

J’aime allier sur le plateau toutes sortes d’écritures : l’image, la danse, les mots, la musique. J’aime créer avec des gens que je retrouve sur mon chemin. Compagnonnages. J’aime les créations collectives. J’aime marcher dans mon quartier, dans les rues, les campagnes, et glaner, comme dans le film d’Agnès Varda, où il y a des glaneurs de légumes, de boutons, de cartes postales, de rebuts, de bouts de ficelle. Moi, ce sont les mots, les mots des autres, les miens, et les rythmes du monde. Et puis j’écris. Et j’aime dire ces mots-là. Je sens bien que le monde tourne de moins en moins rond : j’aime aller y chercher, y traquer, y guetter, les battements d’humanité. Ce sont mes tambours. Je tente d’y accorder mon cœur.

Laurence Vielle

 

La Récréation du monde est publié chez Maelstrom Éditions, coll. « Bookleg », Bruxelles, 2006

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Mardi 22 avril 2008 à 19 heures

Théâtre

 

Olivier Py | Ensemble Télémaque | Raoul Lay | Catherine Marnas

La Jeune Fille aux mains d’argent

En famille dès 9 ans

En partenariat avec l’ADDM 84

 

Un père de famille pauvre et fatigué rencontre un homme dans la forêt qui lui fait la proposition suivante : « Donne-moi ce qu’il y a derrière ton moulin et tu seras riche, très riche. » « Il n’y a rien derrière mon moulin, pense le père, si ce n’est ce vieux pommier. » Il accepte. Il a tort. Derrière son moulin, sa propre fille étendait le linge. Le pacte avec le diable ayant été conclu, le destin s’abat sur la jeune fille. Comment va-t-elle réussir à se tirer des griffes du démon ? Au cours de son voyage, un ange et un jardinier vont l’aider. Elle rencontrera un prince et deviendra princesse. Malheureusement, le diable est encore là qui la surveille…

 

Matinée scolaire :

– mardi 22 avril à 14 heures.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Jeudi 24 et vendredi 25 avril 2008

à 19 heures et 20 h 30

Théâtre

 

Joël Pommerat

Je tremble (1)

Création

 

Considérant que les questions politiques sont devenues aujourd’hui des questions proprement existentielles, Je tremble (1), va tenter une exploration des différentes questions sociales, contemporaines à l’échelle de problématiques humaines, individuelles et mêmes intimes. Cherchant à se démarquer d’un partage entre matériel et spirituel, imaginaire et réalité, texte et image, ce théâtre est aussi une tentative d’aller vers un art et une philosophie du concret.

 

« Le théâtre, c’est ma possibilité à moi de capter le réel et de rendre le réel à un haut degré d’intensité, de force… Avec des moyens qui sont des artifices, je cherche le réel. Pas la vérité. Il n’y a que la réalité qui m’intéresse. On dit que mes pièces sont étranges… Oui, l’étrangeté, c’est toutes les contradictions que le réel ne peut pas abriter parce que la vie en société ne le permet pas forcément, ces contradictions qui existent, mais dont on se détourne. Et là on ne se détourne pas… »

Joël Pommerat, l’auteur et le metteur en scène

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Mardi 29 avril 2008 à 19 heures

Théâtre de Cavaillon

 

Eddy Pallaro | Arnaud Meunier

Cent vingt-trois

En famille dès 6 ans

 

À la suite d’un évènement exceptionnel, trois personnages, Un, Deux et Trois se retrouvent dans un lieu inconnu. Ils ne savent ni pourquoi ni comment ils sont là. Ils ne se connaissent pas. Ils mettent alors toutes leurs forces et leur imagination en commun pour tenter de reconstituer l’enchaînement des faits qui les a conduits ici. Cent vingt-trois est un texte vif, ludique et inventif autour de questions aussi fondamentales que : qui sommes-nous ? pourquoi sommes-nous ici ? où allons nous ? qui est l’autre ?

 

La structure de la pièce est rythmée par une langue concise et répétitive, où les comédiens jouent constamment avec les mots et les sens comme pour mieux prolonger le plaisir de cette exploration en nous-mêmes. Bien que nous ne sachions rien des trois personnages en dehors du fait qu’ils s’appellent Un, Deux et Trois, ils nous sont familiers et partagent nos joies, nos doutes, nos peurs.

 

Séances scolaires :

– lundi 28 avril à 10 heures et à 14 heures ;

– mardi 29 avril à 14 heures.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Du mardi 20 au vendredi 30 mai 2008 à 20 h 30

Nomade(s)

 

Stefan Kaegi | Rimini Protokoll

Cargo Sofia-Cavaillon

Théâtre sur la route

 

Le camion bulgare est garé. Par un petit escalier, on grimpe dans la remorque, entièrement vitrée d’un côté, et on s’installe sur l’une des trois rangées disposées dans le sens de la longueur. Avant le départ, les deux chauffeurs viennent inspecter leur cargaison de passagers. L’un ne parle que le bulgare, mais dispose d’une interprète. Le second s’exprime en anglais basique. Ils rejoignent la cabine, et c’est parti pour un trajet au long cours : un Sofia-Cavaillon, via la Serbie, la Croatie, la Slovénie, l’Autriche, l’Allemagne, la Suisse et l’Italie.

 

scenenationalecavaillon-web.jpg

 

Du mardi 3 au vendredi 6 juin 2008 à 20 heures

Théâtre

 

Prémices

Premiers pas sur scène

 

Soucieux d’aiguiser le sens critique de leurs élèves, de développer leur imaginaire et de leur faire découvrir le plaisir du jeu, chaque année, des enseignants proposent des ateliers de pratique artistique aux volontaires qui souhaitent expérimenter le théâtre, la danse, le clown, la marionnette, etc.

 

En fin d’année, à l’occasion de Prémices, les élèves ont la possibilité de présenter leurs travaux sur le plateau du théâtre et d’appréhender ainsi les réalités de la scène et les conditions de spectacle (lumières, décors, musiques, coulisses, spectateurs, etc.).

 

Informations pratiques :

Ouverture des locations

Lundi 3 septembre à partir de 11 heures

 

Le Pécou

« Le Pécou » est le système d’abonnement propre à la Scène nationale de Cavaillon, comprenant pour la saison une adhésion et une mise de fonds minimale avec laquelle vous réglez vos places, quand vous avez fait le choix du ou des spectacles que vous désirez découvrir.

Il existe également un Pécou jeune (moins de 26 ans), donnant accès à des tarifs plus attractifs encore et un Pécou conçu pour les collectivités.

 

Outre une plus grande liberté et des tarifs privilégiés, ce système vous offre de nombreux avantages (deux places au tarif Pécou par spectacle, vous recevez Chut…, le journal de la Scène nationale à domicile, vous êtes invités à des rencontres, des répétitions publiques, des générales, vous avez droit à des tarifs réduits pour le Festival d’Avignon et bien d’autres avantages encore…

Attention cependant, en fin de saison, il ne nous est pas possible de procéder au remboursement des sommes non utilisées.

 

Le Chut…

Chut… est le journal gratuit de la Scène nationale. Ce journal permet de détailler de façon plus précise les spectacles et l’action culturelle proposés. Il est envoyé aux Pécous de la saison, mais est disponible dans près de 200 points de Chut… (bibliothèques, mairies Nomade(s), commerces…)

 

Recueilli par

Les Trois Coups


La Scène nationale • BP 205 • 84306 Cavaillon cedex

Renseignements et réservations : 04 90 78 64 64

Du lundi au vendredi de 11 heures à 18 heures

contact@theatredecavaillon.com

www.theatredecavaillon.com

Administration : 04 90 78 64 60

Télécopie : 04 90 76 22 67

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher