Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 13:50

Un héritage lourd à porter

 

C’est d’abord un voyage, dans l’histoire du peuple arménien. Un passé de trois mille ans marqué d’années noires, dont les plus récentes, au milieu de la Première Guerre mondiale, sont les plus tristement célèbres et marquent le premier génocide du xxe siècle.

 

Mais si l’on connaît ou du moins si l’on a entendu parler de ces massacres organisés, la majorité d’entre nous ne sait pas que ceux-ci commencent dès la fin du xixe siècle, avec la mort de plus de 200 000 Arméniens entre 1894 et 1896. À cela s’ajoute le dépouillement de plus d’un million d’entre eux, la conversion forcée à l’islam, la destruction des églises et la disparition pure et simple des villages récalcitrants. Et, bien évidemment, les protestations de ce que l’on nomme aujourd’hui la communauté internationale sont aussi plates qu’elles le seront concernant les débuts de l’Allemagne nazie, le Rwanda, le Darfour, l’Algérie, la Yougoslavie, etc.

 

C’est le témoignage d’un héritage lourd à porter et que l’auteur (Gérard Chaliand) a voulu dans un premier temps oublier. « Le caillot que j’avais dans le poing au jour de ma naissance et dont, enfant, on m’a transmis la tragédie. Et que j’ai voulu oublier. Et puis un jour, il faut à son tour le transmettre. » La Cie En compagnie des loups prend ce sujet à « bras le cœur ». Jacques Bourdat, Jean-Claude Falet et Odile Frédeval transitent d’un espace à l’autre, suivi par leurs « carrés de lumières » et nous racontent l’horreur, l’humiliation, la résistance de ces hommes et de ces femmes. « Choisir sa façon de mourir est la seule liberté qu’il nous reste. »

 

memoire-web.jpg

 

La mise en scène (Frédéric de Rougemont) est limpide. Les déplacements réguliers, martiaux, mettent en relief l’horreur de cette organisation, de cette « solution finale ». On ne sort pas une seconde du sujet. L’interprétation des trois comédiens est magistrale. Le terme n’est pas trop fort. Le texte est parfois insoutenable, mais comment ne pas les écouter, eux qui sont vivants.

 

J’entends bien l’argument qui veut que le théâtre serve à divertir, qu’après tout on sait que ce génocide a eu lieu, et qu’on n’a pas envie d’entendre parler de mise à mort et de destruction. Divertir ou faire diversion ? Ce spectacle, indispensable, donne l’espoir de ne pas être, comme dit Philippe Claudel, « à l’image de tous les hommes d’aujourd’hui qui se souviennent de leurs dernières vacances, mais pas des crimes contre l’espèce humaine. Nous ne savons plus où ranger les guerres. Nous manquons de tiroirs. Nous consommons des cadavres par massacres entiers à mesure que les journaux nous les apportent, et puis nous mélangeons, nous touillons : c’est bien plus efficace que la chaux vive ». 

 

Célio-Noël Ménard

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Mémoire de ma mémoire, de Gérard Chaliand

En compagnie des loups • 13, rue de la République • boîte 10 • 85000 La Roche-sur-Yon

08 75 34 82 06 | 06 07 50 47 69

contact@encompagniedesloups.fr

www.encompagniedesloups.fr

Mise en scène : Frédéric de Rougemont

Interprètes : Jacques Bourdat, Jean-Claude Falet et Odile Frédeval

Collaboration artistique : Franck-Olivier Laferrère, Séverine Bourguignon

Le Grenier à sel • rue du Rempart-Saint-Lazare • Avignon

Réservations : 04 90 27 09 11

Du 6 au 27 juillet 2007 à 20 heures

Durée : 1 h 20

13 € | 9 € | 6 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher