Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 18:06

Ma vie sans toi


Par Delphine Beaugendre

Les Trois Coups.com


Prières, cris, caresses envoyés à l’absent. Voyage aux confins de la douleur, du manque, de l’atrophie. « L’Inattendu », programmé au Théâtre Gilgamesh jusqu’au 27 juillet 2007, c’est tout cela… Mais c’est aussi le récit d’une résurrection, d’une plongée en soi, de la découverte de son propre instinct de survie, de l’ouverture au monde, qui sait ? Parce qu’il faut bien continuer à vivre, malgré tout…

linattendu-web-copie-1.jpgLiane a perdu son homme. Tué ? Disparu ? Le mystère reste entier. Sauf qu’elle ne s’y attendait pas. Comme aurait pu l’écrire l’auteur de la pièce, Fabrice Melquiot, ça lui est un peu « tombé sur la gueule ». Le bonheur anesthésie les sens, c’est bien connu. Depuis l’intimité de leur chambre (« le bagne d’où je t’aime »), elle lui parle à « son petit chou », « son tigre ». Elle l’appelle, le questionne, l’accuse, l’engueule, le sermonne, le supplie, le maudit, le célèbre à grands coups de « gnôle périmée »…

Veuve. Le mot est lâché : veuve. Oui, peut-être, il paraît… Mais diablement vivante, aussi ! La douleur a ceci de précieux et d’universel qu’elle nous ramène à notre triste condition d’êtres humains, qu’elle réveille en nous la sensation primitive du vivant. Comment « faire avec » la douleur, comment pactiser avec elle, l’apaiser, quand on n’a de cesse de l’entretenir, l’embaumer, la sanctifier, seule compagne des vieux jours désormais…

Alors oui, Liane est théâtrale, excessive, égocentrique, ridicule peut-être, comme tous les gens en souffrance, claquemurée en elle-même comme dans une prison, avec un cœur laminé, qui ne cesse de se cogner aux parois silencieuses de sa raison. Une prison suintante de son absence à lui, avec des bougies pour célébrer son anniversaire (celui de sa disparition), ses fringues repassées et suspendues, ses visites nocturnes (présence fugitive et charnelle du danseur chorégraphe Patrick Servius). En témoignent les fioles colorées pleines de leur histoire, qu’il laisse à son intention, et qu’elle s’empressera de ranger dans la vitrine, avec les autres, décoration désuète, pacotille du souvenir.

Et pourtant, il faut vivre, il faut sortir, aller voir le monde, car « l’avenir à présent, c’est le malheur des autres ». Elle part. Photographe. Tour du monde de la misère et de la peine. Et puis en Afrique, sur les traces de son passé à lui. Le monde est « bien crade », ça permet de relativiser… D’autres hommes ? Pas envie. Le choc du premier baiser après lui : « Tu l’auras voulu mon salaud ! » S’ouvrir à… Ce récit poignant est aussi celui d’une quête de sens, d’identité, de présence au monde.

Avec des mots doux comme des baisers, des invectives tranchantes comme des poignards, Fabrice Melquiot nous emmène à travers les méandres de la perte, du deuil, du désespoir, de la folie qui affleure.

La langue est riche, pleine, elle déborde, elle dégouline, passe de la poésie la plus désespérée au trivial le plus drôle, via le lyrisme le plus fiévreux. Pour ne pas sombrer, un flot intarrissable de mots à la place des larmes, une logohrrée amoureuse, dont la comédienne Wilma Lévy s’empare avec fougue et espièglerie.

« Rester sage. Pas bouger. Crever. » « Ni souvenir ni avenir. » Seule leçon de tout cela : le cynisme ? Oui, parce qu’à défaut de comprendre les (mauvais) tours du destin, il faut apprendre, grandir, « faire avec »… Mais on lui fait à confiance à Liane, elle refera surface un jour, c’est sûr… 

Delphine Beaugendre


L’Inattendu, de Fabrice Melquiot

Cie des Pas-Sages • 23, rue Fontange • 13006 Marseille

06 28 76 27 77

ciedespas_sages@yahoo.fr

Création saison 2006-2007

Mise en scène : Anny Perrot

Interprètes : Wilma Lévy, Patrick Servius

Lumières : Richard Psourtseff

Scénographie : Béatrice Courcoul

Son : Jean-Claude Leita

Le Gilgamesh Théâtre • 2 bis, place des Carmes • 33, rue Caretterie • Avignon

Réservations : 04 90 25 63 48

Du 6 au 27 juillet 2007 à 11 heures

Relâche le 16 juillet

Durée : 1 h 10

14 € | 10 € | 7 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher