Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 18:46

« Celui qui paie a le pouvoir partout. »

 

Ils sortent un à un de leurs tanières. Les visages déformés prennent la lumière. Ils sont là, les bouffons, comme si les siècles n’étaient pas passés depuis les mystères et les fous du roi médiévaux. Personnages étranges et lugubres que ces cinq bouffons.

 

Sur une vieille place, la roulotte des « Mangiafuoco » stationne. Un tréteau et des rideaux en lambeaux, comme le sont les costumes de ces histrions, ont été installés pour qu’ait lieu la représentation d’Arturo Ui, une des pièces les plus importantes de Bertold Brecht, « histoire d’un groupuscule devenu puissant ». La lutte pour le pouvoir sera le maître mot. Les transactions sont en marche, poussées par « la crise de la morale autant que celle de l’argent ».

 

Arturo Ui se prépare, attend la première occasion pour se faufiler, tel un renard dans le poulailler. Orgueilleux, la rage au ventre, Arturo Ui épouvante. Les yeux globuleux et le visage couturé de cicatrices, le sourire à la « Joker », tout de cuir vêtu, et une coque en métal avec des pointes au sexe, le personnage du bouffon éructe les paroles d’Arturo Ui.

 

arturo-ui-web.jpg

 

« Celui qui paie a le pouvoir partout. » Argent, pouvoir, trahison, violence. Ici, on tue. On arnaque et on fait chanter. L’horreur est dans le mot autant que dans l’apparence. Les innocents sont accusés et les coupables innocentés. Arturo Ui s’en pourlèche les babines. Il écoute, est à l’affût, tel une bête sanguinaire prête à bondir sur sa proie. Son pouvoir étend ses tentacules. Attention, « la bête immonde » est lâchée.

 

Arturo Ui, farce bouffonne s’est inspiré de l’univers cinématographique : des films d’horreurs du début du xxe siècle, des films de Tim Burton et du film le Dictateur de Charlie Chaplin, avec ses passages, très connus, du globe terrestre et celui du discours final. Quelles belles références, correspondant tout à fait à l’univers de cette pièce, la Résistible ascension d’Arturo Ui, de Bertold Brecht !

 

Les bouffons extravagants manipulent des marionnettes de toutes sortes : des courtes sur pattes bedonnantes avec d’énormes bouches, des plus élancées avec un visage plus humain… Jonglant entre leurs rôles de bouffons et ceux de marionnettistes, les cinq comédiens montrent, tous les soirs, la décadence de l’humanité. Sylvain Mouly, comédien talentueux, interprète avec une aisance déconcertante et un jeu extraordinaire, le personnage Malbouk.

 

Spectacle d’une grande qualité et d’un très bon travail sur le bouffon. Rare. 

 

Anaïs André-Acquier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Arturo Ui, farce bouffonne, d’après Bertold Brecht

Sam Harkand & Cie • Théâtre Marie-Jeanne • 56, rue Berlioz • 13006 Marseille

04 96 12 62 91 | 06 64 36 87 50

theatre.mariejeanne@free.fr

http://mangiafuoco.hautetfort.com

Adaptation et mise en scène : Patrick Rabier

Interprètes : Sylvain Mouly, Isabelle Pan, Cédric Pera, Caroline Puyet et Frédérique Souloumiac

Costumes et marionnettes : Cédric Pera

Lumière : Vincent Guibal

Musique : Sébastien Smither

Scénographie : Caroline Selig et Daniel Garcia

Collège de La Salle • place Pasteur • Avignon

Réservations : 04 90 82 21 56

Du 6 au 28 juillet 2007 à 22 h

Durée : 1 h 55

14 € | 10 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher