Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 18:43

« Tout est attendre
de l’homme »


Par Anaïs André-Acquier

Les Trois Coups.com


Assis sur les fauteuils comme au cinéma, une voix off informe le spectateur des statistiques de la fréquentation des théâtres. Une petite précision : elles sont un peu particulières…

Furie-J--r--me-Rouger-web.jpgLe comédien entre en scène et renverse la situation avec une remarquable habileté. Les spectateurs malgré eux deviennent « acteurs ». Cette réflexion subtile me rappelle une phrase de Shakespeare : « Je tiens ce monde pour ce qu’il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle. » (le Marchand de Venise).

Le comédien s’interroge sur l’absence de sens de certaines représentations théâtrales. Ses paroles acides rebondissent sur les spectateurs. Il questionne le verbe, le tourne et le retourne dans tous les sens. Mais le « cerveau n’en fait qu’à sa tête ».

Avec ce coup de gueule, les barrières tombent, les a priori s’effacent. Une relation simple s’installe. Plus d’hypocrisie, sincérité oblige. Lui, le comédien, de cet état de conscience, en a perdu quelque chose. « Les spectateurs sont là, comme prévu. Mais son spectacle, lui, l’a quitté. » Il a foutu le camp, s’est envolé. Peut-être parce qu’il y a trop de spectacles ou que la magie du théâtre est partie ?

L’acteur, seul en scène, dénonce les politiques actuelles et les spectacles subventionnés. Réalité amère, mais tellement juste. La société de consommation est mise à bas. Le public prend de la culture comme une côte de bœuf au rayon frais du supermarché.

Des images tapissent le mur, des voix émergent de cet espace nu. La réalité devient fiction ou télé-réalité ou encore le rêve d’un comédien de retrouver son spectacle. Messages d’une puissance tonnante, de voir, avec un peu de recul dans quel monde nous vivons. « Tout est attendre de l’homme » : reconstruire sa propre partition chaque matin.

Le spectateur est malaxé, trituré, compressé par cette furieuse déferlante. Que c’est bon d’être bousculé, de recevoir, en pleine poire, ces décharges électriques ! 

Anaïs André-Acquier


Furie, de Jérôme Rouger

La Martingale • l’Archipel • 7, rue de la Citadelle • 79200 Parthenay

Tél : 05 49 94 32 19 | 06 08 09 27 96

martingale@cc-parthenay.fr

www.lamartingale.com

Mise en scène : Jean-Pierre Mesnard

De et avec Jérôme Rouger

Lumière : Cédric Ridouard

Son : Laurent Baraton

Le Ring • 13, rue Louis-Pasteur • Avignon

Réservations : 04 90 27 02 03

Du 6 au 28 juillet 2007 à 19 h 30

Durée : 1 h

Tarifs : 14 € et 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher