Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 02:16

Pourquoi « font »-ils

que les hommes s’ennuient ?

 

La vie de Gauguin à travers les chansons de Brel. Une idée intéressante…

 

brel-est-vivant-web.jpg« Je ne crois pas au monologue, au one-man-show, au tour de chant… » déclare Miran, l’auteur de ce spectacle. On est en droit de se demander si Isabelle Servol (mise en scène et rôle de Mette Gauguin) croit aux chansons de Brel et à l’intérêt de la vie de Gauguin. Sinon, pourquoi illustrer en permanence chaque mot d’une chanson, chaque évènement de la vie du peintre. Quand le texte d’une chanson dit « Ami, remplis mon verre », est-on obligé de voir le chanteur remplir son verre et singer la soûlerie ? C’est un exemple parmi d’autres, on ne peut pas tous les citer.


Est-on aussi obligé d’assister à un défilé de mode pour bien comprendre chaque lieu où se passe l’histoire ? Et, si le budget « costume » était si important, pourquoi les musiciens tassés à l’avant-scène portent-ils leurs habits de tous les jours ?


Est-ce nécessaire dans une salle de cette taille – ce n’est pas le Zénith – de voir chaque comédien chanteur avec un microcasque, qu’il peine à replacer correctement quand son tour est venu ? D’ailleurs, est-ce obligatoire de venir régulièrement en avant-scène le poing serré pour chanter du Brel ?


On peut comprendre, pour des raisons pratiques, que le pianiste joue sur un clavier et non sur un piano. Mais serait-ce trop difficile de mettre un morceau de tissu noir afin de cacher le côté gris métal de l’instrument, sa marque et les câbles qui en sortent ? De même, où est l’intérêt d’avoir des bons musiciens en direct s’ils n’ont pas une vraie place dans le spectacle (leurs noms ne sont même pas dans le programme qui m’a été remis à l’entrée) ? Et du coup, pourquoi Gérard Del Volgo (le capitaine) prend-il sa guitare à trois reprises ? Je veux dire pourquoi la prend-il s’il ne sait pas en jouer ?


Les chansons sont bien interprétées même si on aimerait plus de sobriété et entendre la fin de chaque mot. Les lumières sont réussies même si on préférerait ne pas entendre le « bip » de la console lumière à la fin de chaque effet. Alicia Malialin (la Tahitienne) est sans doute une danseuse de talent, mais on ne la voit pas danser.


Ce spectacle ne parvient qu’à nous donner envie d’écouter Brel par Brel, et de lire la vie de Gauguin chez soi.


Cette manie de vouloir superposer théâtre, danse et musique a l’inconvénient des mélanges ratés : goût indistinct et mal de crâne. 


Célio-Noël Ménard

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Brel est vivant… Il habite aux Marquises

Texte : Miran

TDB et la Cie du Chat-Badabada • 151, chemin du Chateau-d’Eau • 06610 La Gaude

06 16 09 23 69

Mise en scène : Isabelle Servol

Interprètes : Nicolas Carré, Jil Aigrot, Isabelle Servol, Gérard Del Volgo, Loïc Deltour, Alicia Malialin

Musiciens : Bruno Mistrali au piano, Jean-Jacques Franchin, Freddy Garcia, Élisabeth Millard par alternance à l’accordéon

Régie : non communiqué

La Luna • 1 rue Séverine • Avignon

Réservations : 04 90 86 96 28

Du 6 au 28 juillet 2007 à 21 h 25

Durée : 1 h

15 € et 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher