Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 16:02

L’image que l’on donne

 

Deux amants se retrouvent trois ans après leur séparation. Et c’est bien de séparation qu’il il est question dans ce texte de Michel Tremblay. Séparation de deux amoureux, d’un père et de son fils, d’un écrivain et de son ego, d’un acteur et de son rôle.

 

Luc (Hicham Nazzal) vient donc trouver Jean-Marc (Renato Ribeiro), son ancien amant, pour lui annoncer le décès imminent de son père. Cette rencontre va être pour les deux hommes l’occasion de parler.


Tout ce qui était impossible à dire quand ils vivaient ensemble va ressortir avec humour et/ou méchanceté. Entre reproches et regrets pudiques, ils passent en revue les quatre années de vie commune.


Chacun esquisse le tableau de son échec, sans chercher d’excuse, mais en démontrant l’importance de l’image que l’on donne. Celle qui faut préserver pour ne pas choquer. Celle que, par fatigue, lâcheté diront ceux qui jugent, on finit par accepter pour vivre en paix. Celle qui les oblige à des compromis, à des mensonges et qui les jours de tristesse les conduit à ne plus s’aimer eux-mêmes.


« Être quelconque quand on voulait changer le monde, c’est difficile », dit l’un deux. Il est question de leur homosexualité et de leurs difficultés à la vivre, chacun pour des motifs différents. Mais c’est bien la question de la sexualité – « J’parle pas d’amour là, j’parle d’orgueil » – qui est posée, qu’elle soit homo ou hétéro.


Michel Tremblay ne nous raconte pas un conte de fées ou une histoire extraordinaire. Il nous invite à partager les questions d’un prof et d’un acteur, de deux hommes qui n’ont que peu de personnes à qui parler et peu de temps pour le faire.


Christian Bordeleau (metteur en scène) a choisi la sobriété pour nous laisser « témoin libre » de ce qui se dit. Aucun effet ne vient souligner tel ou tel trait du personnage ou de la situation.


Hicham Nazzal et Renato Ribeiro sont au diapason de la mise en scène, sobres et touchants. Il y a notamment un très beau monologue de Renato Ribeiro sur la condition d’écrivain.


On sort heureux de ces Parfums d’intimité. Pas seulement parce que pendant une heure trente on a écouté un prof et un acteur, deux professions qui pourraient disparaître les cinq prochaines années, mais aussi parce qu’on a vaguement l’impression de les avoir un peu connus. De s’être compris. 


Célio-Noël Ménard

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Parfums d’intimité, de Michel Tremblay

L’Orpailleur • 35, rue du Chemin-Vert • 75011 Paris

01 48 06 48 43 | 06 12 80 74 82

lorpailleur@tiscali.fr

http://lorpailleur.asso.free.fr

Adaptation et mise en scène : Christian Bordeleau

Comédiens : Hicham Nazzal, Renato Ribeiro

La Luna • 1 rue Séverine • Avignon

Du 6 au 28 juillet 2007 à 17 h

Réservations : 04 90 86 96 28

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Le�la 06/08/2007 01:42

J'ai été bouleversée par le jeu d'acteur de Hicham, longue vie à toi.

marc 25/07/2007 19:32

je confirme, il est génial Hicham Nazzal, tout comme son partenaire. bravo pour cette bouffée d'air frais / Marc de Montpellier

Jess 23/07/2007 14:30

j'ai moi trouvé la mise en scène un peu "statique" mais rien à dire sur le jeu des comédiens. L'émotion est au rendez-vous, le jeune icham nazzal est d'une sensibilité extraordinaire, pas étonnant si on le voit dans la liste des molières "meilleur espoir" d'ici peu... J'ai conseillé ce spectacle à tous mes amis, sortis en larmes eux aussi. Jessica

eric 10/07/2007 19:18

je le conseille à tous et toutes, très très touchant. Hicham Nazzal m'a bouleversé. Un pur bijou d'acteur. Eric

Alain et Gérard 09/07/2007 19:39

Nous sortons à peine de la représentation, bouleversés par la performance des acteurs, en particluier du jeune, Hicham Nazzal, qui joue Luc. Ses larmes à la fin de la pièce résonnent encore en nous. Merci

Amandine 09/07/2007 13:27

Hicham Nazzal est un acteur extraordianaire, pour l'avoir vue hier jouer. Je recommande à tous les spectateurs amateur(rice)s de spectacle VIVANT de courir le voir pour sa première scène, à la Luna. Un acteur de théâtre est en train de naître sous nos yeux. Amandine

Rechercher