Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 11:36

« Mémoire de ma mémoire »,

de Gérard Chaliand

 

Off 2007

Grenier à sel, à 20 heures

2, rue du Rempart-Saint-Lazare • 84000 Avignon

 

Note de mise en scène

Ces hommes et ces femmes nous racontent, comme les Grecs dans la tragédie classique, ce qui s’est passé ailleurs, avant, et comment cela s’est passé sous leurs yeux, mais comme dans la tragédie, cela ne se passe pas devant nous. Ce qui se passe devant nous, c’est l’onde de choc, le regard de celui qui écoute, l’impact.

 

Ce théâtre est un acte, inqualifiable et paradoxal, de l’ordre de l’indicible et de l’implicite, de souvenir.

 

Dans ce théâtre, le moment du jeu est un moment de vie, une vie parallèle mais bien réelle, avec de vrais acteurs devant nous, et qui nous emmènent dans un monde imaginaire historique qui se déroule vraiment sous nos yeux tout en appartenant au passé. Ce paradoxe nous évite un jugement sur ce que l’on voit pour accepter simplement de vivre, pour y croire, se laisser emporter par les propositions, et écouter ce que les anciens ont à nous dire, ceux que l’on invoque, ces autres du passé, de ce qui s’est passé.

 memoiredemamemoire.jpg


Ce qui n’est pas paradoxal : c’est l’émotion qu’on en ressent. Gérard Chaliand est ce passeur, verseau de ce flot d’émotions, de lames brillantes de couteaux, de parfums de cuir et de benjoin, de peau, de larmes, d’étoffes, de drôles de chapeaux rouges et de musiques. De vie, tout simplement.

 

Mémoire de ma mémoire est un travail pour se souvenir que cette histoire a été vécue par des hommes et des femmes de chair et pas seulement par des fantômes en noir et blanc. Des fantômes flous et passés, costumés comme des danseurs traditionnels désuets. Des danseurs traditionnels images de livres d’histoires dont l’oubli efface les visages, visages de guerriers devenus des listes de noms sur des monuments et des lignes ingrates dans des rapports d’experts.

 

Elle parle d’Arméniens et de leur mémoire, de leur culture, de leur douleur et des effluves qui ont construit un homme engagé dans un combat sans relâche pour écrire la mémoire de sa mémoire et qu’elle ne disparaisse plus jamais. Au delà, l’universel est maître, c’est lui que l’on touche avec cette ode à la vie qui reprend.

 

C’est une petite histoire épique et personnelle de famille au milieu de la bourrasque arménienne orchestrée par les puissants. Une histoire de grand-père, d’oncle, l’histoire des anciens, des vieux et de leurs poussières dorées.

Frédéric de Rougemont

 

Adaptation et mise en scène : Frédéric de Rougemont
Collaboration artistique : Séverine Bourgignon et Franck Olivier Laferrère
Avec : Jacques Bourdat, Jean-Claude Falet et Odile Frédeval

Blog du spectacle :

http://memoiredemamemoire.theatre-contemporain.net/

 

Manifestation organisée dans le cadre d’« Arménie, mon amie », Année de l’Arménie en France

 

Recueilli par

Les Trois Coups


Grenier à sel • 2, rue du Rempart-Saint-Lazare • 84000 Avignon

04 90 27 09 11

En compagnie des loups • 13, rue de la République • BL 110 • 85000 La Roche-sur-Yon

08 75 34 82 06

http://www.encompagniedesloups.fr

administration@encompagniedesloups.fr

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher